Joseph Incardona : Chaleur

Chaleur
Chaleur

Résumé : La Finlande : ses forêts, ses lacs, ses blondes sculpturales… et son Championnat du Monde de Sauna. Chaque année, des concurrents viennent de l’Europe entière pour s’enfermer dans des cabines chauffées à 110°. Le dernier qui sort a gagné. Les plus acclamés sont Niko et Igor : le multiple vainqueur et son perpétuel challenger, la star du porno finlandais et l’ancien militaire russe. Opposition de style, de caractère, mais la même volonté de vaincre. D’autant que pour l’un comme pour l’autre, ce championnat sera le dernier. Alors il faut se dépasser. Aller jusqu’au bout.

 

L’auteur

Joseph Incardona est un écrivain Suisse, d’origine italienne. Il vit à Genève où il tente d’arrêter de fumer. Il aime les romans noirs, Harry Crews et les pâtes. Il a 47 ans et il est membre de l’équipe de foot italienne des écrivains.

 

 

Mon avis

Inclassable, délirant et plein d’humanité : à découvrir.

Adapté d’un fait réel, lors d’un championnat du monde de sauna où les concurrents s’affrontent : le dernier à quitter le sauna, chauffé à 110 degrés Celsius, remporte la compétition. Les dernières épreuves ont eu lieu à Heinola en Finlande en 2010.

Nous suivons les deux champions de l’épreuve habitués à s’affronter.

Niko, le finlandais, amoureux de son corps et star du porno adulé par les femmes fait son show. Il dévoile ses muscles sous son peignoir et signe des autographes. Les femmes se précipitent sur lui.

À l’opposé, Igor, russe est petit et sec, plus âgé aussi. Il passe davantage inaperçu et se prépare méthodiquement à l’épreuve.

Chacun est animé par la même détermination : remporter la victoire.

La tension monte crescendo au rythme de la compétition. Le livre débute avec les qualifications et déroule les différents stades du championnat jusqu’à la finale

Cette année, nos deux protagonistes ont changé, rien ne se déroule comme prévu.

Je vous laisse découvrir leur évolution, leur confrontation aura lieu mais avec quelle issue ?

Un ton décalé, une histoire folle avec deux héros fous et touchants : j’ai souri, parfois j’ai été émue.

Je conseille ce petit livre qui se lit vite avec plaisir.

 

Merci à l’agence Anne et Arnaud pour cette lecture.

Parution le 6 janvier chez Finitude

 

Notation :

Florian Eglin : Ciao connard

Ciao connard
Ciao connard

Résumé : Deux hommes sont enfermés dans une cave. Avec un stylo-plume, un très beau stylo-plume laqué noir de marque japonaise, l’un torture l’autre. Tour à tour moqueur, abattu, lucide, le supplicié supporte de son mieux ce que son bourreau lui inflige. Il endure avec un sourire sardonique et hautain ces parties du corps qu’on lui arrache, et résiste… Peu à peu, on comprend au travers de l’étrange conversation qu’ils ont entamée que ces deux hommes se connaissent bien, très bien même, car ce qui s’y dit relève de l’intime, du privé, du familier.

 

L’auteur : Florian Eglin est né en Suisse, à Genève en 1974. Après une scolarité classique, il s’oriente vers des études de français moderne puis décide de voyager (Japon, Vietnam, Chine). De retour à Genève, il termine ses études et démarre une carrière d’enseignant. Passionné de littérature, poussé par son goût pour la culture populaire, les héros emblématiques, les récits épiques, il se met à tenir un blog, « Le journal d’un con » qui s’est peu à peu transformé en roman.

 

Mon avis :

Décontenancée et secouée par ce texte. Impossible de rester indifférent à pareille lecture.

Il s’agit d’un court roman sous forme de huis clos entre un maniaque et sa victime.

Déstabilisant tout en étant prenant, on est emporté par un texte à la fois violent et poétique. Je salue la plume acérée à l’instar de celle utilisée par le “connard”.

Attention, âmes sensibles s’abstenir : la confrontation violente est décrite avec réalisme, le style est très efficace et l’ambiance lourde. De belles qualités d’écriture pour une mise en scène qui emporte le lecteur et l’emprisonne tout du long.

Qui est ce maniaque ? Pourquoi tant de haine ?

Je ne dévoilerai rien bien sûr et je vous encourage à découvrir un beau texte sombre et déroutant.

La couverture du livre, magnifique, a un lien avec le crime. Si si, vous verrez …

 

Merci aux éditions de la Grande Ourse, dénicheur de talents.

 

Notation :

Joël Dicker : Les Derniers Jours de nos pères.

Les Derniers Jours de nos pères.
Les Derniers Jours de nos pères.

Résumé :

Londres, 1940. Soucieux de pallier l’anéantissement de l’armée britannique à Dunkerque, Winston Churchill a une idée qui va changer le cours de la guerre: créer une branche noire des services secrets, le Special Operation Executive (SOE), chargée de mener des actions de sabotage et de renseignement à l’intérieur des lignes ennemies et dont les membres seraient issus des populations locales pour être insoupçonnables. Du jamais vu jusqu’alors.

Quelques mois plus tard, le jeune Paul-Émile quitte Paris pour Londres dans l’espoir de rejoindre la Résistance. Rapidement recruté par le SOE, il est intégré à un groupe de Français qui deviendront ses compagnons de cœur et d’armes. Entraînés et formés de façon intense aux quatre coins de l’Angleterre, ceux qui passeront la sélection se verront bientôt renvoyés en France occupée pour contribuer à la formation des réseaux de résistance. Mais sur le continent, le contre-espionnage allemand est en état d’alerte…

L’existence même du SOE a été longtemps tenue secrète. Soixante-cinq ans après les faits, Les Derniers Jours de nos pères est un des premiers romans à en évoquer la création et à revenir sur les véritables relations entre la Résistance et l’Angleterre de Churchill.

Né à Genève en 1985, Joël Dicker est juriste de formation. Le manuscrit de ce roman a été récompensé par le Prix des Écrivains genevois.

Mon Avis :
Dans ce livre nous allons suivre Paul Émile, dit Pal, comme dans le poème qui débute le livre, il veut rester ou plutôt devenir un Homme avec un grand H. Pal refuse la défaite de la France et veut résister. Recruté à Paris par un agent anglais à la recherche de jeunes français courageux, il quitte Paris et son cher Père et rejoint Londres où tout ce passe. A Londres, il transite par le centre d’interrogatoire de Wandsworth dans la proche banlieue. On lui propose d’intégrer un tout nouveau service secret la Section F du SOE :  “F” comme France bien sùr .
Le SOE à été créé par Churchill en juillet 40 avec pour mission de soutenir les mouvements de résistance en Europe occupée “et maintenant,mettez le feu a l’Europe” avait-il dit à la création du service.
Le rôle du SOE, section F, a été très minimisé à la libération par de Gaulle qui ne voulait pas que l’on sache que la résistance avait été aidée par un service étranger à son BCRA (Bureau Central de renseignements et d’action). Il y a eu même un pacte pour que les agents français du SOE ne soient pas jugés à la libération pour avoir travaillé avec une puissance étrangère et ainsi ne pas être jugés comme traitre à leur patrie !!

La première partie du livre nous décrit la transformation de Pal, de simple étudiant ne sachant pas se battre, en commando aguerri avec “licence to kill” (droit de tuer).
De camp d’entraînement en camp d’entrainement, il parvient à la fin de la sélection non sans souffrances, blessures mais aussi de belles amitiés avec quelque autres personnes comme lui : Gros , Key , Claude, Laura, Faron… Le début est un petit peu « longuet » mais nous permet de bien cerner la mentalité des diverses personnes présentes dans le centre d’entraînement et ainsi de vouloir connaitre la suite de leurs aventures . Celle du père de Pal, aussi, qui jalonne les chapitres de sa présence et occupe les pensée du Fils jusqu’à l’obsession !!

Commence pour eux la guerre, la VRAIE !
Les parachutages, les coups d’actions, les rencontres avec la résistance, les voyages à travers la France occupée, les mitraillages de convois, les assassinats d’officiers allemands.
Ce qui est intéressant dans ce livre, c’est la manière dont son auteur a mis en avant les émotions des personnages, les rapports humains, on ne rentre pas vraiment dans les action terroristes , on reste  juste près d’eux. Je lis principalement, depuis des années, des livres techniques sur cette période où tout est détaillé en chiffres et faits bruts. Dans ce roman, on zoome sur des personnages qui auraient pu exister, on devine leurs peurs jusqu’à vomir, leurs remords, cette envie tenace de revoir leur famille  ce qui leur est interdit bien sur !
Mais peut-on interdire l’amour filial même en temps de guerre  …
On traverse comme cela la guerre jusqu’à débarquement et la libération.
Je vous laisse découvrir ce roman qui vous séduira par l’émotion qui s’en dégage, un très bon roman sur la guerre secrète vu du coté Anglais.

On a une pensée pour les vrais du SOE : les Roland, Marcel, Eugène, Muriel, Yolande, Madeleine, et les centaines d’autres qui ont lutté corps et âme pour la libération du joug nazi.

Notation :

Joël Dicker : Le livre des Baltimore

Le livre des Baltimore
Le livre des Baltimore

Résumé :

Jusqu’au jour du Drame, il y avait deux familles Goldman. Les Goldman-de-Baltimore et les Goldman-de-Montclair. Les Goldman-de-Montclair, dont est issu Marcus Goldman, l’auteur de La Vérité sur l’Affaire Harry Quebert, sont une famille de la classe moyenne, habitant une petite maison à Montclair, dans le New Jersey. Les Goldman-de-Baltimore sont une famille prospère à qui tout sourit, vivant dans une luxueuse maison d’une banlieue riche de Baltimore, à qui Marcus vouait une admiration sans borne. Huit ans après le Drame, c’est l’histoire de sa famille que Marcus Goldman décide cette fois de raconter, lorsqu’en février 2012, il quitte l’hiver new-yorkais pour la chaleur tropicale de Boca Raton, en Floride, où il vient s’atteler à son prochain roman. Au gré des souvenirs de sa jeunesse, Marcus revient sur la vie et le destin des Goldman-de-Baltimore et la fascination qu’il éprouva jadis pour cette famille de l’Amérique huppée, entre les vacances à Miami, la maison de vacances dans les Hamptons et les frasques dans les écoles privées. Mais les années passent et le vernis des Baltimore s’effrite à mesure que le Drame se profile. Jusqu’au jour où tout bascule.

L’auteur :

Passé par le cours Florent à Paris, Joël Dicker étudie le droit à Genève. Passionné d’écriture dès son plus jeune âge (il fonde la “Gazette des animaux” à 10 ans), il publie sa première nouvelle à 25 ans. Il reçoit le Prix des écrivains genevois en 2010 pour son premier roman, “Les Derniers jours de nos pères”, qui relate l’histoire vraie d’une branche des services secrets britanniques pendant la Seconde Guerre mondiale. En 2012, il est récompensé par le Grand Prix de l’Académie française pour son deuxième roman, “La Vérité sur l’affaire Harry Québert”.

Mon avis :

Une grande saga dont les principaux ingrédients sont l’amitié et le pouvoir. Le suspense est présent de bout en bout. On peut qualifier ce livre de “page turner”.

La construction du roman est habile : des aller-retours entre plusieurs époques, depuis les jeunes années des héros, à aujourd’hui en passant par la période précédant ce que l’auteur appelle “le Drame”. Ces enchaînements aiguisent notre curiosité : quel drame et pourquoi ?

Les héros sont touchants : Hillel l’enfant surdoué, Woody son copain, le costaud, qui va le défendre et lui rendre son humanité et Marcus le cousin.

Marcus nous raconte comment Woody, enfant dans un foyer, sera adopté par la famille de Hillel. Une grande amitié va naître entre Woody et Hillel. Marcus qui les rejoint pour les vacances devient le troisième larron du trio des Goldman. Un quatrième jeune, Scott, diminué par une maladie va les rejoindre. Le tournant dans cette histoire, c’est le moment où Alexandra va rejoindre le quatuor et semer la pagaille.

L’amour va bouleverser l’amitié qui liait les garçons.
Difficile d’en raconter davantage sans déflorer l’intrigue.
Sachez que ceux qui sont riches et heureux au départ ne le seront pas forcement à la fin et que Marcus n’a pas le plus mauvais rôle.
L’histoire n’est pas très originale mais bien construite et nous donne envie d’aller vite au bout.

Un bon livre mais pas un livre exceptionnel.

A vous de tester.

 

Notation :