Lesley Blanch : Croquis d’une vie de bohème

Croquis d’une vie de bohème
Croquis d’une vie de bohème

Présentation : En 1944, Lesley Blanch, issue d’une famille bourgeoise londonienne, épousa Romain Gary, qui ferait d’elle l’héroïne de Lady L. Cette aventurière spirituelle était alors illustratrice, décoratrice de théâtre et chroniqueuse pour l’édition britannique de Vogue. La carrière diplomatique de son mari la mena à Paris, Sofia, New York, en Bolivie et, enfin, à Hollywood, où elle côtoya quantité de stars. Quand Gary la quitta pour Jean Seberg, elle partit, en solitaire cette fois, visiter les pays dont elle rêvait : la Sibérie, la Mongolie, la Turquie, l’Iran, l’Afghanistan… Rien d’étonnant à ce que Georgia de Chamberet, sa filleule, l’ait incitée à rédiger ses Mémoires : aux souvenirs d’enfance de cette femme devenue une légende de son vivant s’ajoutent ici ses meilleurs articles de mode et de voyage, des dessins ainsi qu’un récit très personnel sur sa vie avec Romain Gary.

Mon avis :

Paru aux éditions de la Table Ronde et préfacé par Georgia de Chamberet, c’est un très bel ouvrage, rempli de dessins de l’auteure, que je vous recommande chaudement.

J’ai découvert un écrivain que je ne connaissais pas et, ses talents ne se limitant pas à l’écriture, une illustratrice et décoratrice de théâtre révélée avec les dessins parsemant cet ouvrage.

Lesley, née en 1904, a eu une vie bien remplie, traversant les deux premières guerres mondiales, ayant une carrière dans la presse, a épousé un grand écrivain et beaucoup voyagé.

Cette grande dame force l’admiration et on ne peut résumer la vie de Lesley à son mariage avec Romain Gary. Ce mariage a duré dix-huit ans, elle nous le raconte dans le texte reproduit dans cet ouvrage. Deux écrivains épris de vie, d’aventures et de liberté qui ont côtoyé d’autres artistes et écrivains comme Truman Capote, Georges Simenon ou Marlène Dietrich.

J’ai aimé l’autre facette de Lesley, sans paillette : la voyageuse qui parcourt de nombreux pays comme le Mexique, la Russie, la Perse, l’Afghanistan. Dans ses récits de voyage, elle nous explique qu’elle aime voyager en train car ils ont « un pouvoir magique », et n’aime pas l’avion. Elle préfère voyager seule pour le plaisir du vagabondage et de la rêverie sans planifier tout à l’avance. Elle nous décrit les peuples avec leurs croyances, les paysages et la cuisine locale. Immersion totale garantie.

Une grande dame anti-conformiste et érudite que je suis ravie d’avoir découvert.

Plongez-vous aussi dans ce beau livre et partez à l’aventure.

Ce bel ouvrage ferait aussi une belle idée de cadeau pour la fête des mères.

À retrouver aux Editions de la Table Ronde.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, merci de nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée. Merci.

Notation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.