Richard Adams : Watership down

Watership down
Watership down

Résumé : Menés par le valeureux Hazel et le surprenant Fyveer, une poignée de braves choisit de fuir l’inéluctable destruction de leur foyer. Prémonitions, malices et légendes vont guider ces héros face aux mille ennemis qui les guettent, et leur permettront peut-être de franchir les épreuves qui les séparent de leur terre promise, Watership Down. Mais l’aventure s’arrêtera-t-elle vraiment là ?

 

L’auteur : Richard George Adams est né le 9 mai 1920 à Newbury dans le sud de l’Angleterre. Fils d’un médecin, il est le dernier de trois enfants et passe ses journées à lire et à vagabonder dans le jardin ou les collines avoisinantes en s’imaginant chef d’un pays imaginaire. Après avoir fréquenté des écoles du Berkshire, il intègre l’université de Worcester à Oxford où il étudie l’histoire. Pendant 25 ans, il vit et travaille à Londres et lit avidement, notamment des classiques. C’est pendant un trajet vers Stratford-on-Avon, la ville de Shakespeare, que Richard Adams ébauche Watership Down. Il lui faudra deux ans pour l’écrire.

 

Mon avis :

Nouvelle édition d’un roman écrit en 1972, nouvelle traduction aussi entièrement révisée et retravaillée, merci aux éditions Monsieur Toussaint Louverture. La première traduction française date de 1976.

Un best-seller déjà vendu à 50 millions d’exemplaires, que je ne connaissais pas.

Ce qui m’a attirée : la nouvelle traduction, la maison d’édition Monsieur Toussaint Louverture que j’apprécie et l’universalité des thèmes du roman.

Mon verdict : si on a gardé son âme d’enfant et une grande curiosité alors oui c’est pour vous.

Les héros de cette histoire, les lapins Hazel et Fyveer, visionnaires, préviennent leur communauté qu’un grand danger les menace tous. Le maître et la Hourda, sa garde, ne croient pas à ces prémonitions et refusent de quitter leur garenne. Les deux frères, Hazel et Fyveer, s’enfuient avec d’autres pour trouver une contrée plus tranquille. De multiples aventures les attendent, grâce à leur courage et intelligence, ils vont surmonter de multiples épreuves. Quand on dit courage, il faut saluer la performance de l’auteur, qui se met à la place des lapins et nous décrit la difficulté pour traverser une rivière ou leur crainte face au renard ou autres prédateurs.

Ces lapins sont attachants et l’histoire bien construite.
Pour les amateurs d’aventure, un conte philosophique et une grande épopée qui va ravir petits et grands.

Merci à l’agence Anne et Arnaud.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, merci de nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée. Merci.

Notation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.