Angélique et le Roy d’Anne Golon

Angélique et le Roy d'Anne Golon
Angélique et le Roy d’Anne Golon

Résumé :

Qui reconnaîtrait à la cour du Roi Soleil, en cette grande dame élégante de Versailles, la fille du pauvre baron de Sancé et la femme apeurée qui, après la mort de Joffrey de Peyrac, a dû lutter pour arracher ses fils à la misère ! Angélique ne craint plus rien. Et connaît toutes ses armes… Elle s’en servira pour l’âpre combat qui l’oppose au marquis Philippe du Plessis-Bellière, cet archange glacial qu’elle a voulu épouser en secondes noces pour parvenir à la Cour. Mais Louis XIV entre en scène et Philippe, en parfait courtisan, s’efface. Tous ses biens sont au Roi de France, même sa femme… Mais Mme de Montespan ne reculera devant rien pour conserver sa place de première maîtresse… Amours frelatées et cœurs féroces : Angélique découvre l’envers du décor. La série Angélique comprend treize tomes, parus en France de 1957 à 1985. Voici la réédition de la « version d’origine » du 3e tome (1959).

L’auteur :

Née à Toulon en 1921, Anne Golon écrit son premier livre à dix-huit ans. Romancière, scénariste, journaliste, elle publie plusieurs romans sous les pseudonymes d’Anne Servoz et de Joëlle Danterne. Elle fonde le futur France Magazine et part pour l’Afrique en 1947 où elle rencontre son mari, le géologue Vsevolod Goloubinoff. C’est à Versailles, ville royale où elle réside toujours, qu’elle rédige en 1953 le premier volume des aventures d’Angélique, fresque monumentale sur le XVIIe siècle, paru en 1957 sous le nom d’Anne et Serge Golon : le succès est immense, universel, et gagnera le cinéma.

Mon avis :

Le plaisir de lecture est toujours là dans ce troisième tome des aventures d’Angélique.

Brillant, érudit et agréable à lire : que demander de plus à un livre ?

Angélique découvre la Cour de Louis Quatorze, Versailles mais aussi Saint-Germain et Fontainebleau lorsque le roi décide de changer de château et emmène la cour avec lui. Les codes à la cour sont compliqués, les transgresser sont lourdement sanctionnés, Angélique va le découvrir. Des mentors vont l’aider à progresser dans ce monde où la noblesse se bat pour acquérir des privilèges et ainsi approcher le roi. Les grands de ce monde, comme le ministre Colbert, croisent notre Angélique et lui confient des missions. Une lecture rythmée, difficile à lâcher qui passionne. Le monde de la culture est aussi mis en scène puisqu’on y croise La Fontaine, Perrault, Lully, Madame de Sévigné.

Ce que j’ai apprécié dans ce roman, c’est la plongée dans l’histoire du dix-septième siècle, on apprend beaucoup tout en se divertissant.

Oubliez les films pour vous plonger dans une histoire, certes romancée, surtout très documentée et bien écrite.

Allez-y et régalez-vous comme moi.

Merci aux éditions l’Archipel

 

Notation :

Angélique Le chemin de Versailles d’Anne Golon

angelique
Angelique

Résumé :

1663. Qui connaît la véritable identité de Mme Morens, la belle chocolatière du Marais dont la fortune ne cesse de s’accroître avec la vogue dont jouit dans les salons le chocolat, cette mixture importée du Nouveau Monde ? Qui se doute que cette parvenue, qui fréquente aujourd’hui Ninon de Lenclos, fut naguère connue sous le nom d’Angélique de Sancé ? S’étant juré que ses enfants ne souffriraient plus jamais de la faim et du froid, elle ne craint plus de jouer son destin à quitte ou double. Sa beauté, sa richesse, sa personne même sont le gage du jeu dangereux où elle se risque pour effacer l’opprobre lié à son passé. En faut-il, de l’ambition, pour ravir au prince de Condé lui-même l’hôtel du Beautreillis, bâti pour elle par Joffrey de Peyrac ? L’ultime carte d’Angélique est la plus hardie : le ténébreux marquis du Plessis

 

L’auteur 

Née à Toulon en 1921, Anne Golon publie son premier livre à vingt ans. Romancière, scénariste journaliste, elle fonde le futur France Magazine et part pour l’Afrique en 1947 où elle rencontre son mari, le géologue Vsevolod Goloubinoff. C’est à Versailles, ville royale, qu’elle rédige en 1953 le premier volume des aventures d’Angélique paru en 1957 en France, sous le nom d’Anne et Serge Golon : le succès est immense, universel, et gagnera le cinéma. Anne Golon réside à Versailles.

 

Mon avis :

Un bon moment de lecture pour un livre qui est à la fois une romance et un roman historique et social. J’ai pris du plaisir à suivre les aventures d’Angélique, qui nous entraînent des bas-fonds de Paris jusqu’à Versailles. Les principaux ingrédients : de l’aventure, des intrigues, des personnages réels mis en scène pour servir l’histoire et du rythme. De nombreux rebondissements nous tiennent en haleine tout au long de la lecture .

L’histoire d’Angélique que l’on pense connaître au travers des films est plus détaillée dans le livre et apporte un éclairage complémentaire sur cette période. Au début du livre, Angélique est veuve, son mari a été brûlé comme sorcier. Restée seule avec ses deux jeunes enfants et ruinée, elle doit faire face. On suit son combat pour s’en sortir et donner un avenir à ses enfants. Depuis la Cour des miracles, en passant par la vie de commerçante puis de bourgeoise, petit à petit elle va regagner sa position.

L’auteur nous livre à la fois une description des pauvres, des petits commerçants mais aussi des grands bourgeois déjà puissants et de la royauté.

Angélique se révèle une redoutable femme d’affaire qui va lui permettre de s’élever dans la société. Elle côtoie aussi des grandes dames cultivées comme Madame de Sevigné, Ninon de Lenclos et la veuve Scarron.
Un beau portrait de femme et de la société du dix-septième siècle, fouillé, documenté : une plongée instructive dans cette époque .
La lecture est très fluide grâce au style impeccable et une belle langue.

Même si on a vu les films, ce récit est complémentaire et instructif.

 Je vous le conseille et remercie les éditions l’Archipel

Notation :