Bernard Duporge : Le prix de la terre

Le prix de la terre

Résumé :

Dans un village du Bordelais, on enterre Gentil Bacquey. Aux yeux de tous, l’homme était un paysan respecté et respectable, ancien héros de la Résistance. Pourtant, au fil des jours, délivrées par sa disparition, les langues se délient. Un voisin, qui lorgne sur les terres particulièrement fertiles de ce coin du Bordelais, lance même de graves accusations contre le défunt : cinq ans plus tôt, pendant l’Occupation, Gentil aurait volé de l’argent destiné à lutter contre l’envahisseur. Accusation mensongère ? La veuve de Gentil, s’enferme dans un silence pesant, comme si elle avait peur de salir davantage la mémoire du mort.

L’auteur :

Romancier, musicien, chroniqueur, adjoint à la culture de sa commune, Bernard Duporge a voué sa vie aux arts. Dès son premier roman Les Pins de la discorde, il a insufflé à son écriture sa passion pour l’histoire, de la grande à la petite, celle qui fait le quotidien des gens simples de nos régions.

Mon avis :

Voici un bon roman de terroir que j’ai lu en deux jours.

J’ai retrouvé les ingrédients classiques et efficaces de ce genre : milieu rural, régionalisme et secrets de famille.

L’action se déroule quelques années après la seconde guerre mondiale en Gironde. Après la mort d’un des villageois, le passé ressurgit et bouscule la vie de la famille du défunt. Sa veuve tente de comprendre l’animosité à l’encontre d’une partie de ses proches.

L’histoire bien construite et l’écriture fluide m’ont poussée à tourner les pages rapidement.

Les personnages sont attachants et le contexte historique bien décrit.

En synthèse : une lecture agréable pour cette rentrée.

Paru chez City Éditions.

Notation :

Joëlle Loeuille : Chocolat et fleurs de sel

Chocolat et fleurs de sel

Résumé

Jeanne s’apprête à fêter ses 49 ans, seule dans son appartement parisien, avec un macaron beurre-salé en guise de gâteau d’anniversaire. Mais sa vie monotone et bien rangée est bousculée par le décès de sa tante. Elle quitte Paris pour assister aux obsèques dans son village natal, en Bretagne. Un lieu où elle n’était pas retournée depuis 26 ans, après avoir coupé les liens avec sa famille. Jeanne voulait que rien ne lui rappelle Pierre, son fiancé décédé brutalement la veille de leur mariage. Là, elle croise des amis d’enfance et respire des parfums qui lui rappellent tant de souvenirs…

L’auteur

Joëlle Loeuille a enseigné la littérature au collège pendant 15 ans et vit aujourd’hui à Lannion, en Bretagne. Persuadée que l’on peut relever toutes les épreuves dans la vie, elle a écrit Chocolat et Fleurs de sel, son deuxième roman.

Mon avis :

Une lecture douce et agréable que je vous recommande.

Plonger dans ce roman vous rappellera peut-être, comme moi, la sensation que l’on éprouve lorsqu’on s’enfonce sous sa couette : douceur et réconfort. Le chocolat élaboré et vendu par Gabin, l’ami d’enfance de Jeanne notre héroïne, a aussi ce pouvoir.

On débute cette histoire avec plaisir puis on se prend d’amitié pour Jeanne et sa métamorphose nous remplit de joie.

J’ai aimé cette héroïne attachante et la tendresse qui parsème cette belle histoire.

Un roman qui pourrait aussi s’intituler « Le chocolat dans tous ses états ».

À déguster sans modération.

Paru chez City Éditions.

Notation :

Stéphane Garnier : J’ai décidé d’être heureux…, c’est bon pour la santé

J’ai décidé d’être heureux c’est bon pour la santé

Présentation :

Et si le bonheur était un simple CHOIX ? S’il suffisait de transformer sa vision du monde pour changer de vie ? C’est ce que propose ce livre en partant de citations souvent tendres et drôles pour susciter la réflexion et parvenir à une vie quotidienne plus heureuse. L’auteur nous emmène, aux côtés de poètes et de grands sages, dans un voyage philosophique inspirant et plein d’humour, ponctué d’exemples concrets. On y découvre l’importance de la simplicité, du partage, de la nécessité d’assumer ses choix, d’oser, d’aimer, de croire en soi et en ses rêves.

L’auteur :

Stéphane Garnier est auteur et chroniqueur. Il a exercé plusieurs métiers, notamment ingénieur du son, concepteur de site web et gestionnaire de patrimoine. Depuis, parce qu’il a décidé d’être heureux, il se consacre à sa passion de l’écriture comme romancier, essayiste et parolier. Il est notamment l’auteur du best-seller Agir et penser comme un chat.

Mon avis :

Agréable à lire, un livre fourmillant de conseils à suivre pour vivre mieux.

Le chiffre « 24 » a son importance ici : 24 chapitres comme 24 heures ou 24 carats …

Progressivement, l’auteur distille ses messages pour attraper le bonheur. Il les appelle des « petits moments d’apprentissage ». Chaque chapitre traite un thème et se compose : d’une présentation du conseil à appliquer, d’une citation et d’un « off qui fait du bien » (poèmes ou mantras). 

Une lecture plaisante, les auteurs et la littérature sont à l’honneur : de nombreuses citations et références parsèment l’ouvrage.

J’ai passé un bon moment avec ce livre.

À vous de le découvrir maintenant.

Le site de l’auteur : http://www.stephanegarnier.com

Paru aux éditions Ideo chez City Éditions.

Notation :

Audrey Perri : La maison de la falaise

La maison de la falaise
La maison de la falaise

Résumé :

Dévastée par une récente rupture, Alma quitte Londres pour passer l’été chez sa grand-mère dans un petit village, au bord de la mer. C’est là, dans la bibliothèque familiale, qu’elle découvre entre les pages d’un livre une ancienne lettre. Le courrier est adressé à l’arrière-grand-mère d’Alma, employée autrefois chez les Wilson, une famille habitant dans une grande maison battue par les embruns. Qui est cette femme noyée dont la lettre parle avec tant de douleur ? Quel rôle a joué par sa propre famille dans ce drame ? Alma se lance sur les traces de Selina Wilson, une jeune femme qui a vécu dans les années 1910. Une femme éprise de liberté et refusant de se plier à un mariage arrangé. Dans les méandres d’une histoire familale dévastée, Alma va découvrir un secret bouleversant…

L’auteur :

Audrey Perri, diplômée en Lettres, est journaliste. Avec La maison de la falaise, elle signe un premier roman écrit d’une plume brillante, dans la lignée des meilleurs livres de Kate Morton, Karen Viggers ou Sarah Vaughan.

Mon avis :

Oui je confirme ce qui est indiqué sur la couverture : c’est une « étourdissante saga familiale ». En vacances quelques jours, je me suis évadée aux côtés de tous ces personnages gravitant autour d’Alma et Mina, les deux héroïnes, la grands-mère et la petite fille.

Alternant les époques entre 1909 et 2011, nous découvrons Selina et Laura, les deux jeunes protagonistes des années 1900, issues de deux familles aisées habitant au bord de l’océan. Selina est fière, intrépide et sauvageonne alors que Laura est posée et rêveuse. Toutes deux sont très proches et se fréquentent beaucoup.

Au fil de la lecture, nous vivons au cœur de ces deux familles, avec des aller-retours auprès d’Alma, elle aussi intriguée par la vie des deux amies et leurs secrets enfouis.

Je n’avais pas envie de quitter cette époque et les jeunes héroïnes. J’ai préféré les chapitres dans lesquels le lecteur accompagne Selina, Laura et Matthew, l’atmosphère des années 1900 est bien restituée.

Une belle plume, une lecture agréable pour une romance pleine de mystère, un livre à découvrir et à emporter cet été.

Merci aux éditions City Editions.

Notation :

Corinne Javelaud : Un été d’orage

Un été d’orage
Un été d’orage

Résumé :

Paris, mars 1942. Dans la capitale occupée, Eulalie Fontanel tente de survivre. En acceptant de devenir danseuse aux Folies Bergères pour nourrir sa fille Beata, elle a l’impression de trahir son mari qui a été envoyé au front. La jeune femme se sent prisonnière de ce Paris occupé où elle côtoie les lieux les plus huppés et les bureaux clandestins qui organisent le marché noir. Le pire, c’est d’avoir attiré l’attention de Lubin Von Baden, un mystérieux officier de l’armée allemande qui la poursuit de ses assiduités. Alors, pour son bien et celui de sa fille, elle décide de fuir et se réfugie chez des cousins en Charente.

L’auteur :

Après des études de lettres et d’histoire de l’art, Corinne Javelaud se consacre à l’écriture. Elle a publié plusieurs romans, notamment La demoiselle du mas du Roule, La dame de la Villa Saphir, L’oubliée de la Ferme des brumes et L’insoumise de Carennac(Terre d’Histoires). Elle a par ailleurs reçu le prix de l’Académie des Belles Lettres et Beaux-Arts.

Mon avis :

J’apprécie les romans de Corinne Javelaud depuis que je l’ai découverte avec « L’oubliée de la ferme des brumes ».

Les mêmes bons ingrédients sont présents dans ce roman : un solide fond historique, du romanesque et un récit très fluide.

Découpé en deux parties, nous suivons la destinée de deux femmes : Eulalie et Beata sa fille pendant la seconde guerre mondiale. Le mari d’Eulalie est prisonnier et celle-ci doit trouver une activité pour assurer sa subsistance. La danse, sa passion, lui permet d’être embauchée dans un grand cabaret parisien et de vivre décemment ainsi. Sa vie bascule lorsqu’elle décide de quitter Paris pour se protéger, elle et sa fille.

De nombreux rebondissements nous attendent, j’avais du mal à quitter ces deux héroïnes bien courageuses en ces temps difficiles.

J’ai pris du plaisir à suivre cette belle histoire et je vous invite à la découvrir aussi.

Notation :