Ragnar Jónasson : Sótt

Sótt
Sótt

Résumé :

Mais que se passe-t-il encore à Siglufjördur ? L’inspecteur Ari Thor n’est pas venu à bout des secrets de ce village en apparence si tranquille.
Lui qui avait fini par se faire à la rudesse du climat et aux hivers trop longs se sent de nouveau pris à la gorge par un terrible sentiment de claustrophobie.
La ville est mise sous quarantaine car on suspecte une épidémie de fièvre hémorragique ( sótt, en islandais).  Les premières victimes succombent tandis qu’un crime vieux de cinquante ans remonte à la surface… 

L’auteur :

Ragnar Jónasson est né à Reykjavik en 1976. Ses grands-parents sont originaires de Siglufjördur. Grand lecteur d’Agatha Christie dès son plus jeune âge, il entreprend la traduction, à 17 ans, de quatorze de ses romans en islandais. Avocat fiscaliste, il est aussi le cofondateur du Festival international de romans policiers Iceland Noir. C’est l’agent d’Henning Mankell qui a découvert Jónasson et vendu les droits de la série des enquêtes d’Ari Thór dans vingt-et-un pays dont les États-Unis, la Suède ou l’Angleterre, où elle rencontre partout un immense succès.

Mon avis :

Ce quatrième opus m’a autant accrochée que les précédents.

J’ai retrouvé avec grand plaisir Ari Thór, le jeune inspecteur, et l’ambiance islandaise.

Le jeune policier est attachant, l’auteur mélange vie privée des policiers et l’enquête pour une immersion complète. Retrouver des personnages comme sa compagne Kristín, la journaliste Isrún et le policier Tómas renforce l’intérêt du lecteur.

Nous sommes face à plusieurs intrigues contemporaines et une histoire du passé alors qu’une épidémie enferme les habitants de Siglufjördur. L’isolement dû à cet épisode de menace de contagion rend le climat d’autant plus pesant.

Lorsqu’un homme demande à l’inspecteur de se pencher sur une énigme vieille de cinquante ans, Ari n’hésite pas et se lance dans cette aventure. Comment expliquer la mort de cette jeune femme à Hédinsfjördur ? Comme le précise l’auteur dans le prologue, ce magnifique fiord est inhabité depuis les années cinquante et accessible en voiture seulement depuis quelques années. Le froid et l’isolement sont-ils les seuls facteurs de la mort de la jeune femme ? Retrouver des traces du passé et démêler une histoire complexe, telle est la nouvelle mission d’Ari.

Lors de chaque enquête, je me téléporte en Islande, je regarde sur Internet où se situent les lieux décrits et je me régale.

Des chapitres courts et une écriture très fluide dynamisent la lecture qui devient addictive.

Fan de la première heure, je reste attachée à cet auteur qui m’apporte dépaysement et plaisir de lecture. Pourquoi s’en priver ?

À retrouver aux éditions La Martinière.

Notation :