Chronique de : Zen et zazen de Taikan JYOJI

Présentation :

Comment pratiquer zazen ? Comment s’asseoir ? Que faire une fois assis ? Comment approfondir sa pratique ? À quoi s’attendre lors d’une pratique intensive en groupe (sesshin) ? Dans l’école Rinzai du bouddhisme Zen, la pratique essentielle est zazen. Maître Taikan Jyoji en a rassemblé dans cet ouvrage concis les éléments fondamentaux …

L’auteur :

Taikan JYOJI part pour le Japon en 1964 pour y suivre des études d’architecture. Il découvre le zazen et décide d’entrer au monastère Zen de Shôfukuji, à Kôbe, où il reste sept ans, pratiquant et étudiant auprès de Maître Yamada Mumon.

Ma chronique :

Voici une réédition d’un texte publié il y a trente ans avec une mise en page revue et de belles illustrations.

J’ai aimé la première phrase du livre : « Les livres sur le Zen sont assommants ». Je confirme que celui-ci ne l’est pas. Certainement grâce à la nouvelle présentation avec des notes complémentaires et au ton résolument simple de l’auteur voire à des touches d’humour parsemées dans le texte.

Dès l’introduction, l’auteur précise : « la finalité du zazen, c’est d’arriver à la non-pensée ».

Plus concrètement, nous apprenons les postures à adopter et l’importance du souffle. L’auteur indique « la pratique de zazen n’est rien d’autre que la concentration de l’esprit sur ses respirations ». Le principe de la « non-pensée » est expliqué : observer où commence une pensée, son développement.

Les conseils de la pratique du zen dans son quotidien sont clairs et précieux et  textes anciens commentés dans la dernière partie du livre apportent un éclairage complémentaire.

Un ouvrage que je recommande à tous ceux qui s’intéressent au zazen.

Publié aux éditions Le Courrier du Livre chez Guy Trédaniel.

Notation :

Chronique de : Le grand guide de la sophrologie au quotidien de Gaëlle Piton

Le grand guide de la sophrologie au quotidien

Présentation :

Gaëlle Piton présente dans cet ouvrage les fondements de la sophrologie, en pointant bon nombre d’idées reçues à son sujet. Elle nous enseigne des techniques simples et efficaces, destinées aux adultes comme aux enfants et aux adolescents. Le livre, richement illustré, décline de nombreux exercices de manière thématique : stress, sommeil, émotions, phobies, estime de soi, addictions, parentalité… Il comprend également 25 séances audio, guidées par la voix apaisante de l’auteure, pour une pratique en toute autonomie.

L’auteure :

Gaëlle Piton est sophrologue, coach et instructrice en méditation de pleine présence. Gaëlle est aussi journaliste, formatrice et conférencière.

Ma chronique :

Ce guide qui décrypte la sophrologie s’adresse à pour tous : débutants, expérimentés et sophrologues, chacun y trouvera des réponses.

J’ai aimé cet ouvrage pour le fond riche, clair et également pour la forme qui donne envie de le parcourir grâce aux illustrations des mouvements et à la mise en page aérée. 

Le ton est donné dès l’introduction, l’auteure précise « cet ouvrage sera conforme à ma pratique : simple, accessible, experientiel ».

Je confirme, c’est réussi.

Après avoir expliqué la sophrologie, ses origines et son potentiel, on enchaîne sur la pratique, tout est expliqué : les techniques clés, le déroulé d’une séance, les thématiques sur lesquelles la sophrologie est particulièrement efficace (stress, sommeil, confiance en soi, phobies …). Des exercices spécifiques et conseils pour chaque problématique aideront chacun à se lancer. Une cinquantaine d’exercices et vingt-cinq audios complètent ces présentations.

La partie sur la sophrologie pour les enfants à l’école reflète les activités de Gaëlle au sein de sa ville. « La sophrologie est complémentaire des apprentissages dits classiques » : davantage de bienveillance en classe et aide à lutter contre le décrochage scolaire. Une belle réussite et preuve de l’efficacité de la sophrologie.

Je rejoins Gaëlle lorsqu’elle nous précise que la sophrologie est un art de vivre, une philosophie de vie. Une fois qu’on y a gouté, la transformation se fait et on aborde la vie plus sereinement et de manière davantage positive.

Un ouvrage complet et riche paru aux éditions Le Courrier du Livre chez Guy Trédaniel.

Notation :

Critique de : Comment arrêter de souffrir de Nicole Pasquier Le Moine

Comment arrêter de souffrir

Présentation :

Dans une société en souffrance, tout le monde a envie d’arrêter de souffrir ! Dépression, burn-out, douleurs chroniques, troubles du sommeil, angoisses, peur de l’avenir, difficultés relationnelles… autant de symptômes qui trahissent une souffrance psychique ou physique. « La paix ! »… Voilà ce qui hurle en nous et qui, parfois, déborde de nos lèvres en cas de trop plein. Trop plein de cette souffrance liée aux conflits, aux injonctions, aux efforts prolongés, à cette course effrénée du « toujours plus » exigé partout et par tous, à commencer par soi-même !

L’auteure :

Thérapeute depuis plus de 20 ans, ostéopathe, praticienne en médecine traditionnelle chinoise, formatrice et conférencière, Nicole Pasquier-Le Moine offre un regard « autre » sur notre corps, afin de nous aider à utiliser et comprendre son langage.

Ma chronique :

L’auteure nous éclaire sur les messages que notre corps peut nous adresser en cas de situation difficile et nous propose de repenser l’image que l’on a de soi.

C’est un ouvrage à lire puis à poser pour réfléchir aux propositions pour les insérer progressivement dans notre quotidien. J’ai pris mon temps pour le parcourir une première fois puis je l’ai repris pour revenir sur les parties qui m’inspiraient le plus et mettre en oeuvre les exercices proposés. De nombreux exercices d’introspection pour être plus conscient et se rendre compte que « le corps est un outil qui indique ce que nous pensons ».

J’ai apprécié l’approche philosophique et inspirante autour de la place de l’égo ou bien des notions de « responsabilité/culpabilité ».

Le principal message de ce livre, écrit par une praticienne en médecine traditionnelle chinoise, est de se rendre compte que notre corps est un moyen de communication « de soi vers soi » et qu’il est possible de décrypter les messages du corps.

Sachons écouter ces messages pour être au coeur de son état d’âme, et prenons conscience de ce que nous sommes en mettant à distance l’égo, défini ainsi par l’auteure : « l’égo est l’esprit étriqué que nous croyons être ».

Une lecture à méditer, parue aux éditions Le Courrier du Livre chez Guy Trédaniel.

Notation :

Chronique de : Cap vers la confiance de Marielle Laheurte

Cap vers la confiance

Présentation :

Oui, comment faire pour en finir définitivement avec le syndrome de l’imposteur et votre tendance à l’autosabotage ? Désirez-vous vous libérer des doutes, des blocages, du découragement, du sentiment d’impuissance, de la peur d’agir ou encore de la crainte du regard des autres ? Et, surtout, comment y parvenir tout en vous amusant ? Partez pour un voyage en 21 escales et avancez à coup sûr jusqu’à votre destination. 

L’auteur :

Marielle Laheurte est psychoénergéticienne, coach de vie, sophrologue, thérapeute par les rêves et formatrice. Elle a écrit de nombreux livres pratiques, mais aussi deux récits de voyage qui racontent son périple de deux ans autour du monde entre Saigon et Saint-Malo à bord de sa jonque vietnamienne Sao Mai.

Mon avis : 

Comme un capitaine, prenez la barre et décidez votre vie en toute confiance : tel est le programme découpé en trois modules et vingt-et-une escales. 

C’est réussi : on a envie de tourner les pages grâce à la présentation colorée et gaie avec une mise en page remplie de dessins et de pictogrammes permettant de mémoriser les principaux messages.

Après la forme, voyons le contenu : un programme progressif pour atteindre tout en douceur son objectif. 

Le plus important étant au départ d’aligner les « 3C » : le cerveau (je décide où je veux aller), le cœur (envie de se lancer, motivation), le corps (j’ai l’énergie pour y aller en étant détendu). Cet état permet d’arrêter le mode « pilotage automatique », d’avoir conscience de ses pensées, d’être plus tonique et positif.

Le programme relève de l’expérience et de la vie de la thérapeute (qui n’hésite pas à expliquer ce qu’elle a réussi à réaliser) et allie des techniques de sophrologie (respiration ou visualisation), de la cohérence cardiaque et de la méditation.

Pour chaque escale ou journée, description de l’action du jour avec conseils, exercices et entraînements. L’escale qui m’a interpellée : « mon île paradisiaque » qui devait au départ être en conclusion et finalement positionné après douze escales est une pratique pour trouver son vrai cap, efficace et à ritualiser pour de plus grands bénéfices encore.

J’ai apprécié ce programme pour sa progression et ses précieux conseils, la mise en page ludique est agréable en prime. Les confidences de l’auteure sur les changements dans sa vie encouragent à se lancer.

Paru aux éditions Guy Trédaniel Le Courrier du Livre 

Notation :

Critique de : Le climat change, et nous ? De Louise Browaeys et Alexandre Florentin

Le climat change, et nous ?

Présentation :

Si c’est pas moi, c’est qui ? Si c’est pas maintenant, c’est quand ? Nous avons écrit ce manifeste sur l’écologie et les transitions qui nous attendent pour répondre aux nombreuses questions que tout le monde se pose : Par quoi commencer ? Comment concilier joie et écologie ? Comment agir ? À quelles échelles ? Comment transformer en douceur notre lien à la nature, aux autres, à nous-mêmes ? Comment réinventer et réinvestir la démocratie ? Quelles pédagogies pour les enfants d’aujourd’hui et de demain ?…

Les auteurs :

Ingénieure agronome, Louise Browaeys travaille depuis dix ans dans les domaines de l’agriculture biologique, l’alimentation, la responsabilité d’entreprise et la permaculture. Consultante et formatrice, elle intervient régulièrement dans des séminaires en lien avec l’écologie.

Alexandre Florentin est consultant en stratégie climat chez Carbone 4 et expert en éco-psychologie.

Ma chronique :

Une vision non catastrophique et déculpabilisante de notre monde d’aujourd’hui : il n’est pas trop tard pour agir. 

J’ai aimé cette vision qui prône l’alliance entre les humains, tous interconnectés, pour avancer et inverser les dérèglements climatiques. Tous ensemble et en impliquant nos enfants les acteurs de demain, nous devons avancer, sans tomber dans la crainte de la collapsologie, l’effondrement de la civilisation humaine.

Cultivons l’optimisme, la gratitude et la joie en pratiquant la communication non violente sans être passif. Les auteurs insistent aussi sur les cinq types d’écologies : intérieure, sociale, environnementale, politique et du langage pour mettre en place une « dynamique exponentielle », depuis l’individu jusqu’au collectif.

Dans les recommandations générales, j’ai aimé ces principes mis en avant : « gager sur la joie et les réussites plutôt que la peur et la culpabilité comme mise en mouvement », « transformer les contraintes en opportunités » et « formuler ce que l’on souhaite advenir plus que ce que l’on souhaite arrêter ».

Des pistes plus concrètes sont listées également sur les thèmes de l’éducation, la ville où l’entreprise.

Un manifeste à mettre en toutes les mains pour agir et rester confiant en l’avenir.

Publié aux éditions Guy Trédaniel collection Le Courrier du livre.

Notation :