Critique de : Écrire, c’est résister d’Alfred et Lucie Dreyfus

Écrire, c’est résister
Écrire, c’est résister

Présentation :

Innocent du crime de haute trahison dont on l’accuse et condamné à l’issue d’un procès inique, dégradé devant vingt mille Parisiens, déporté en Guyane sur l’île du Diable, le capitaine Dreyfus s’est battu pour la justice et la vérité dès le premier jour de sa mise au secret, le 15 octobre 1894. 

Son courage face à l’effondrement de son existence et à l’enfermement s’exprime tout entier dans les lettres qu’il adresse à sa famille depuis la prison et le bagne. Avec Lucie, sa jeune épouse, il noue une correspondance exceptionnelle qui défie le temps, l’éloignement et l’épreuve inhumaine de la détention. L’écriture épistolaire, malgré la censure, devient pour Alfred et Lucie le monde de leur résistance et de leur amour. 

Ma chronique :

Dans la préface de la comédienne Francoise Gillard, qui avait lu à haute voix cette correspondance en 2006, elle écrit « cette correspondance, c’est le combat d’un couple, …, le témoignage que l’union de deux êtres peut changer le cours de l’histoire ». Cela résume parfaitement mon ressenti après avoir parcouru cette correspondance : Lucie protègera et assistera son mari avec un grand courage et redonne espoir à son mari grâce à l’amour qui les unit.

Un témoignage saisissant qui illustre le climat politique et social de cette fin de dix-neuvième siècle. Dans le premier chapitre, l’historien spécialiste de l’affaire Dreyfus, Vincent Duclert, raconte la résistance opposée par Alfred Dreyfus et le soutien de son épouse, de Zola et des milieux intellectuels. La justice peut triompher conclut l’historien. 

Une nouvelle édition dans laquelle on retrouve des lettres inédites et des fac-similés de ces courriers.

Pour mieux comprendre cette affaire, plongez-vous dans cette correspondance, aux qualités littéraires et qui unit entre deux êtres d’exception.

Paru aux éditions Folio.

Notation :

Critique de : Plus jamais peur de la cantine, Catherine Aliotta

Plus jamais peur de la cantine

Présentation :

Emma doit déjeuner à la cantine. 

C’est horrible ! La nourriture n’a pas du tout le même goût, ni la même couleur qu’à la maison. En plus, il y a du bruit, des petits qui pleurent, les dames du service qui crient pour demander le silence, les grands qui jettent des choses collantes dans les cheveux… Rien ne va ici !

L’auteure :

Catherine ALIOTTA est une auteure et pédagogue française spécialisée dans le domaine de la sophrologie. Fondatrice et directrice de l’Institut de formation à la sophrologie. Elle a à son actif de nombreux manuels pratiques en sophrologie destinés au grand public et aux professionnels. Elle donne de nombreuses conférences et apparait régulièrement en tant qu’experte dans les plus grands médias français. Paris    

Ewen BLAIN est né en 1981. Nourri aux bandes dessinées dès son plus jeune âge par son père, il se dit qu’être dessinateur plus tard, ce serait vachement bien. 

Ma chronique :

Une BD parfaite pour donner envie aux petits de pratiquer la sophrologie.

Face à des perturbations émotionnelles, quoi de mieux que la sophrologie pour les dépasser ? Passer par la BD pour transmettre des pratiques de sophrologie est une bonne idée pour donner envie aux enfants. 

Une petite souris va venir aider Emma qui ne supporte pas la cantine depuis que sa maman retravaille. Trop de bruit, pas à son goût : la petite fille ne veut plus y aller.

Des exercices doux adaptés aux enfants et aux situations vécues par Emma vont changer son regard et ses ressentis. Les exercices sont illustrés et montrent clairement comment faire, il suffit de reproduire.

Toute la famille retrouve le sourire et le foyer se ressoude grâce à ces exercices simples et amusants : pourquoi ne pas essayer ?

Publié aux éditions Langue au chat.

Notation :

Critique de : J’accuse…! La vérité en marche de Émile Zola.

J’accuse ..! La vérité en marche
J’accuse ..! La vérité en marche

Présentation :
Janvier 1898. Zola est scandalisé par la tournure que prend l’affaire Dreyfus. Face au secret militaire et à la raison d’État qui empêchent tout débat public, il rédige une lettre ouverte au président de la République. Il y met en cause le grand état- major, accusé de mensonges, de parjure et de crime. Publié le 13 janvier a la une de L’Aurore, le journal de Clemenceau, sous le titre « J’accuse… ! », ce réquisitoire fait l’effet d’une bombe. Comme il l’avait prévu, Zola sera inculpé et traduit en cour d’assises. Mais, cette fois, aucun huis clos possible : ce procès la sera public. Zola sait déjà qu’il sera condamné. Du moins aura-t-il arraché le cas Dreyfus à la nuit dont s’entoure le tribunal militaire.

Ma chronique :
Un document riche et instructif : la préface d’Henri Guillemin éclaire le rôle primordial d’Émile Zola dans l’affaire Dreyfus en détaillant l’affaire du point de vue du rôle de l’auteur révolté. Si Zola perd son procès, en fait il a gagné puisque cela a poussé ses adversaires à faire des erreurs.

Zola a été le détonateur de la libération de Dreyfus même s’il ne verra jamais sa réhabilitation qui s’est passée seulement quatre ans après la mort de l’auteur.

Émile Zola dans sa préface explique qu’il a refusé les offres de publication de roman pour ne toucher aucun droit sur cette affaire. Ce sont tous les articles publiés par l’auteur qui sont réunis (préface de février 1901).

Retrouvez aussi les derniers jours d’Émile Zola dans « Assassins », mon avis paru en septembre, ici https://www.despagesetdesiles.fr/jean-paul-delfino-assassins/

Je vous recommande chaudement cet ouvrage qui combine les écrits de l’auteur et l’analyse de son biographe.
C’est très instructif.

Publié aux éditions l’Archipel collection Archidoc.

Notation :

Critique de : Cléopâtre de Alberto Angela.

Présentation :
Peu de femmes peuvent se vanter d’avoir autant marqué les esprits que Cléopâtre. La dernière reine d’Égypte antique a séduit les puissants mais a surtout fait de son nom un symbole de puissance. Alberto Angela, vulgarisateur de génie, nous entraîne sur les pas de cette femme d’exception. Dans un monde antique dominé par les hommes, elle a permis au royaume d’Égypte de connaître une expansion fulgurante. Femme de pouvoir, douée dans l’art de la négociation comme dans celui de la guerre, elle est une grande stratège et une figure incroyablement visionnaire.

L’auteur :
Alberto Angela est connu pour mettre l’Histoire à portée de tous grâce à ses émissions culturelles à succès. Son secret ? Faire revivre l’Histoire à travers les yeux de ceux qui en furent les acteurs. Il est l’auteur de nombreux best-sellers, comme Les Trois Jours de Pompéi (Payot, 2014).

Ma chronique :

Ce pavé de cinq cent pages se lit comme un roman bien que ce soit une biographie romancée.

L’auteur s’est concentré sur quatorze années : de l’an quarante quatre avant J.-C. jusqu’à l’année trente. Une période où l’on croise César, Cassius, Marc Antoine, Octavien et Cléopâtre.

Tout est minutieusement raconté, tout semble réel même si, comme le précise l’auteur, son imagination a comblé les pans de l’histoire méconnus.

N’étant pas historienne, je ne sais pas si ce récit plaira aux historiens mais pour tous les autres, le charme devrait opérer.

En fin d’ouvrage l’auteur a inséré des cartes et une bibliographie qui complètent le récit déjà bien documenté.

Ni un roman ni un livre d’histoire, entre les deux, une lecture agréable et instructive.

Paru aux éditions Harper Collins.

Notation :

Mari Fujimoto : Sagesses du Japon

Sagesses du Japon

Présentation :

Une invitation à vivre selon la sagesse japonaise

De wa, l’expression de l’harmonie universelle, à hotoke, l’hommage aux défunts, en passant par ikigai, notre raison d’être, ou kaizen, la quête d’une amélioration perpétuelle, les mots japonais révèlent un entrelacement intime de langage et de philosophie.

Compilant plus de quarante mots soigneusement choisis, Sagesses

du Japon est une initiation poétique aux valeurs et aux croyances japonaises.

L’auteure :

Mari Fujimoto dirige le département d’études japonaises au Queens Collège de New York et enseigne tous les niveaux de la langue et de la linguistique japonaises.

Mon avis :

Un beau livre rempli de zenitude : j’ai aimé les textes inspirants et les belles photos.

C’est une invitation à découvrir la philosophie japonaise au travers de quarante mots symbolisant les principales valeurs japonaises.

L’auteure, habitant aux Etats-Unis dorénavant, a voulu transmettre ces croyances japonaises pour que chacun expérimente une vision plus consciente de sa vie.

Depuis les premiers chapitres orientés vers la connaissance de soi jusqu’au dernier chapitre qui prône les liens vers les autres : toutes ces notions sont liées et forment un tout.

J’ai appris beaucoup car sur la quarantaine de mots présentés, certains seulement me sont familiers comme « ikebana », « ikigai », « Kaizen » ou « zazen ».

La présentation des différentes notions avec des haïkus, des poèmes et de très belles photos en noir et blanc concourent au plaisir de la lecture.

Pour se poser, réfléchir et s’ouvrir à la philosophie japonaise : plusieurs bonnes  raisons pour découvrir ce livre.

Un livre à s’offrir et à offrir.

Paru aux éditions Contre-Dires groupe Guy Trédaniel.

Notation :