Critique de : L’été où je suis devenue vieille d’Isabelle de Courtivron

L’été où je suis devenue vieille

Résumé :

Elle a soixante-treize ans. Cet été-là, Isabelle de Courtivron se rend compte qu’elle a perdu en souplesse et qu’elle s’essouffle plus vite. Son ophtalmo lui a prescrit une opération de la cataracte. Son corps est usé. Elle a pris sa retraite, a du mal à adopter Instagram ou Twitter. Elle se surprend à voir partout, tout le temps, des plus jeunes qu’elle. Ce qui lui arrive ? L’âge. Elle est devenue vieille.

L’auteure :

Isabelle de Courtivron a toujours mené la barque de son existence. Elle s’est construite en se détournant de son pays et de sa famille pour avoir une vie qui lui ressemble. Elle a connu les mouvements féministes des années 1960 et 1970 qui l’ont structurée, elle a été professeure de littérature, culture et cinéma aux États-Unis à Brown et au MIT. Elle a travaillé sur des romancières comme Violette Leduc ou Clara Malraux. 

Ma chronique :

Un constat doux et amer sur le temps qui passe.

Ce témoignage sensible et réaliste, parfois cru, mais toujours vrai nous émeut car l’auteure se met à nu.

Elle pointe du doigt le regard porté sur les femmes moins jeunes : ignorées voire malmenées parfois.

Ici, aucune nostalgie mais plutôt une grande lucidité sur l’âge et ses conséquences.

« La littérature m’a sauvé la vie » dit-elle. Il est aussi question de féminisme et de littérature avec de grandes dames comme Annie Ernaux, Doris Lessing, Toni Morrison ou Simone De Beauvoir. 

Un style impeccable et des thèmes comme le féminisme et la place des seniors dans notre société qui parleront à beaucoup.

À découvrir aux éditions l’Iconoclaste.

Notation :

Dans la hotte du père Noël : mes lectures préférées de 2018

Offrez des livres pour Noël et pour les étrennes.

Mes recommandations en littérature et essai :

La neuvième heure d’Alice McDermott

Le petit sapin de Noël de Stella Gibbons

Magnifica de Maria Rosaria Valentini

Poste restante à Locmaria de Lorraine Fouchet

Les garçons de l’été de Rebecca Lighieri

Écouter le silence intérieur de Thierry Jansen

Catégorie beaux livres :

La révolution Sergio Leone de Gian Luca Farinelli

Méditer pour être heureux de Stella Delmas

 

 

Notation :

Thierry Janssen : Écouter le silence à l’intérieur

Écouter le silence à l'intérieur
Écouter le silence à l’intérieur

Présentation

Thierry Janssen nous invite à entrer avec lui dans l’expérience du silence intérieur. Ce livre se présente comme une prescription spirituelle, un traitement de l’esprit et du corps. En racontant son histoire, son rapport à la spiritualité et en nous initiant aux exercices mis au point dans son école,Thierry Janssen guide le lecteur vers une expérience transformatrice.

L’auteur

Ancien chirurgien, Thierry Janssen quitte l’hôpital en 1998 et part étudier la médecine corps-esprit dans une école américaine. A son retour en France, il devient médecin-psychothérapeute et accompagne les patients souffrant de cancers et de maladies chroniques. Il est l’auteur, depuis 2001, de plusieurs livres consacrés à une approche globale de l’être humain et à une vision plus spirituelle de la société.

Mon avis

Un texte profond, à lire en prenant son temps pour profiter pleinement du contenu. C’est ce que j’ai fait, ce témoignage poignant et sincère m’a remuée.

J’ai eu envie de découvrir cet ouvrage à l’énoncé du titre « Écouter le silence à l’intérieur », en pensant calmer mon bavardage intérieur.

Le propos de l’auteur est plus ambitieux : nous amener à découvrir notre « pure conscience » au plus profond de soi.

Progressivement, en avançant dans la lecture, le cheminement introspectif de l’auteur nous amène vers d’autres notions qui vont beaucoup plus loin que l’écoute du silence intérieur. Il s’agit plutôt d’une reconquête de sa vie.

Cet ouvrage, éloigné du simple livre de développement personnel, est l’histoire d’une transformation et d’une révélation que l’auteur partage avec son lecteur.

A chaque fin de chapitre, les principales notions sont reprises et accompagnées d’un exercice pour expérimenter ce qui vient d’être énoncé.

Difficile de décrire tous ses ressentis face à ce texte : c’est un livre qui se vit avec beaucoup d’émotion et qui nous fait réfléchir.

Le chapitre dix intitulé « laisser la conscience s’éveiller… » est le cœur de ce livre, le chapitre à lire et relire plusieurs fois pour méditer sur les notions suivantes : la conscience, la joie, la présence, le Soi. Je l’ai lu puis relu, pour réfléchir aux propos.

En prime, le livre est très réussi : les éditions « L’Iconosclaste » ont réalisé une belle mise en valeur des propos de l’auteur : la mise en page est superbe.

Pour plus d’informations, le site de l’auteur.

Paru aux Éditions L’Iconoclaste en octobre 2018.

Notation :

Christian Bobin : Un bruit de balançoire

Un bruit de balançoire
Un bruit de balançoire

Présentation : Pour la première fois, Christian Bobin livre un texte entièrement composé de lettres. Rares et précieuses, elles sont adressées tour à tour à sa mère, à un bol, à un nuage, à un ami, à une sonate. Sous l’ombre de Ryokan, moine japonais du XIXe siècle, l’auteur compose une célébration du simple et du quotidien. La lettre est ici le lieu de l’intime, l’écrin des choses vues et aimées. Elle célèbre le miracle d’exister. Et d’une page à l’autre, nous invite au recueillement et à la méditation.

 

L’auteur :

Christian Bobin est né en 1951 au Creusot. Il vit près de sa ville natale, dans une maison au cœur de la forêt, où il se consacre entièrement à l’écriture. Il est l’auteur d’une vingtaine d’ouvrages dont les titres s’éclairent les uns les autres, comme les fragments d’un seul puzzle. Ses thèmes de prédilection sont le vide, la nature, l’enfance, les petites choses.

 

Mon avis :

Quel bonheur de lire du Christian Bobin !

Merci de m’avoir fait découvrir Ryokan, ce poète et ermite japonais dont les sages pensées émaillent ce beau texte.

Quel sens a-t-on envie de donner à sa vie ?

Un livre à déguster : lire quelques pages, poser pour savourer puis y penser et reprendre sa lecture plus tard.

Partager la vision de la vie de Christian Bobin grâce à ses lettres est un bonheur simple et rare.

À l’instar de Ryokan, moine zen japonais du dix-huitième siècle, qui sut toucher ses compatriotes par sa douceur et simplicité, C. Bobin nous émeut aussi.

Difficile d’en parler davantage, je vous propose de découvrir ce recueil qui encourage à regarder autour de soi et goûter la vie tout simplement.

À vous d’en profiter.

 

Parution le 31/8 aux Éditions Iconoclaste

Notation :

Rentrée littéraire : avant-première….

 

Voici, un peu en avance mes premières impressions de lectures de la prochaine rentrée littéraire :

 

J’ai lu six livres, de belles découvertes que je vous conseille.

 

Jeux de dame de Thierry Dancourt collection Vermillon, parution le 17/8/2017

Ambiance “modianesque”, mystère et belle écriture

 

L’embaumeur de Isabelle Duquesnoy, parution le 17/8/2017

Un roman historique captivant

 

Un bruit de balançoire de Christian Bobin, parution le 30/8/2017

Comme un long poème en hommage à un ermite japonais, magnifique

 

Pourquoi les oiseaux meurent de Victor Pouchet parution le 7 Septembre 2017

Inattendu et décalé, une quête le long de la Seine…

 

Les complicités involontaires de Nathalie Bauer parution le 24/8/17

Subtil et bien mené …

 

Comment vivre en héros de Fabrice Humbert parution le 17/8/17

Un texte fort et prenant sur la vie d’un héros ordinaire.

 

Dans quelques jours, des avis plus détaillés.

En attendant je replonge dans mes autres romans de la rentrée littéraire.