Critique de : Les recettes de la vie de Jacky Durand

Les recettes de la vie

Résumé :

Henri est le Chef dévoué du Relais fleuri, un bistrot traditionnel qui régale ses clients de plats généreux. Sous les yeux subjugués de son fils Julien, il élabore des recettes que sa femme consigne dans un cahier. Mais un jour, celle-ci quitte la maison sans explication. Henri décrète alors que jamais Julien ne deviendra cuisinier. En cachette, le jeune homme poursuit son rêve et dans sa quête, il lui faudra démêler les secrets de famille et comprendre pourquoi Henri a laissé partir sa femme sans un mot…

L’auteur :

Jacky Durand est journaliste. Depuis des années il sillonne la France des terroirs pour ses savoureuses chroniques culinaires dans Libération ( « Tu mitonnes » ) et tous les samedi matin sur France Culture ( « Les mitonneries de Jacky »).

Ma chronique :

Ce portrait sensible d’un gamin passionné de cuisine est poignant.

Son père,bourru, toujours devant ses fourneaux a peu de temps à lui consacrer. Lorsque sa femme s’enfuit, la solitude enveloppe complètement le jeune garçon dont le seul bonheur est d’aider son père en cuisine.

Malheureusement, le père a trimé dur depuis son enfance et rêve d’un fils ingénieur : alors comment lui faire comprendre que cuisiner est une passion ?

Le petit pourra compter sur le soutien de Lucien, le meilleur ami de son père, et de Gaby, le frère de Lucien. 

Une histoire émouvante avec une galerie de personnages secondaires atypiques et très attachants comme Maria, la femme de Gaby, sauvée par son mari. Tournés vers autrui et plein d’humanité tous ces héros donnent tout leur sens à une vie bien remplie. Julien pourra s’en inspirer heureusement.

Un beau récit d’apprentissage au parcours complexe avec une grande dose d’amour : n’est-ce pas le plus important ?

À découvrir aux éditions Folio.

Notation :

Critique de : L’été où je suis devenue vieille d’Isabelle de Courtivron

L’été où je suis devenue vieille

Résumé :

Elle a soixante-treize ans. Cet été-là, Isabelle de Courtivron se rend compte qu’elle a perdu en souplesse et qu’elle s’essouffle plus vite. Son ophtalmo lui a prescrit une opération de la cataracte. Son corps est usé. Elle a pris sa retraite, a du mal à adopter Instagram ou Twitter. Elle se surprend à voir partout, tout le temps, des plus jeunes qu’elle. Ce qui lui arrive ? L’âge. Elle est devenue vieille.

L’auteure :

Isabelle de Courtivron a toujours mené la barque de son existence. Elle s’est construite en se détournant de son pays et de sa famille pour avoir une vie qui lui ressemble. Elle a connu les mouvements féministes des années 1960 et 1970 qui l’ont structurée, elle a été professeure de littérature, culture et cinéma aux États-Unis à Brown et au MIT. Elle a travaillé sur des romancières comme Violette Leduc ou Clara Malraux. 

Ma chronique :

Un constat doux et amer sur le temps qui passe.

Ce témoignage sensible et réaliste, parfois cru, mais toujours vrai nous émeut car l’auteure se met à nu.

Elle pointe du doigt le regard porté sur les femmes moins jeunes : ignorées voire malmenées parfois.

Ici, aucune nostalgie mais plutôt une grande lucidité sur l’âge et ses conséquences.

« La littérature m’a sauvé la vie » dit-elle. Il est aussi question de féminisme et de littérature avec de grandes dames comme Annie Ernaux, Doris Lessing, Toni Morrison ou Simone De Beauvoir. 

Un style impeccable et des thèmes comme le féminisme et la place des seniors dans notre société qui parleront à beaucoup.

À découvrir aux éditions l’Iconoclaste.

Notation :

Critique de : Un jour, tu paieras de Pétronille Rostagnat

Un jour tu paieras

Résumé

«  Les dés sont jetés, je n’ai plus rien à perdre. En poussant un cri pour me donner du courage, je lève les bras au-dessus de ma tête. Avant que tu ne réagisses quinze centimètres de lame s’enfoncent dans ta chair.  » Une adolescente, retrouvée inconsciente en pleine forêt, émerge lentement du coma. Que lui est-il arrivé  ? Pendant que la police mène l’enquête, Pauline Carel, jeune avocate pénaliste, est commise d’office pour défendre Mathieu, un brillant étudiant en médecine accusé d’un double homicide.

L’auteur 

Après avoir travaillé 10 ans dans le marketing à Shanghai puis à Dubaï, Pétronille Rostagnat s’installe à Lyon. Depuis 2015, elle se consacre à l’écriture de romans policiers. 

Ma chronique :

Un thriller particulièrement palpitant : lu en deux fois seulement !

Une fois démarré, je ne pouvais plus le lâcher : une construction habile et une intrigue haletante, tout est là pour piéger le lecteur. C’est très réussi.

J’avais découvert cette auteure avec « On a tous une bonne raison de tuer », ce roman est encore meilleur.

Mathieu est un présumé coupable attachant malgré les faits reprochés : étudiant en médecine sans histoire toujours brillant dans ses études.

Océane, victime d’agressions, est une adolescente dont l’histoire bouleverse et interroge : que s’est-il passé dans les dernières heures de cette soirée au cours de laquelle elle a disparu ?

Beaucoup de questions auxquelles la brillante avocate, Pauline, cherche les réponses. Celle-ci a une personnalité forte et un passé trouble.

Difficile d’en dire davantage sauf à vous inciter à vous plonger dans cette lecture bluffante.

Paru aux éditions Marabout Black Lab.

Notation :

Critique de : L’ombre de Rose-May de Corinne Javelaud

L’ombre de Rose-May

Résumé :

Au milieu du XIXe siècle, dans une ferme du Limousin, la famille Ribéroux mène une vie sans histoire jusqu’au jour où la petite Rose-May, confiée à la responsabilité de son frère, Léonard, par ses parents, occupés aux travaux des champs, est mystérieusement enlevée. On a beau interroger tout le village, fouiller les environs, l’enfant reste introuvable et la disparition inexpliquée…

L’auteure :

Après des études de lettres et d’histoire de l’art, Corinne Javelaud s’est tournée vers l’écriture. Originaire du Limousin, elle est l’auteure d’une dizaine de romans qui ont connu un succès croissant. Elle est membre du jury du prix des romancières remis chaque année au Forum du livre de Saint-Louis en Alsace.

Ma chronique :

J’ai lu plusieurs romans de Corinne, auteure que j’apprécie beaucoup.

Dans ce nouveau roman, ce qui m’a le plus impressionnée c’est la qualité de reconstitution d’une époque : le Limousin au dix-neuvième siècle. On y croise des paysans, des notables et des ouvriers de la porcelaine.

Tout est décrit minutieusement, toujours avec une plume fluide et alerte au service d’une intrigue qui captive le lecteur jusqu’aux dernières lignes.

Vous l’aurez deviné, j’ai donc été emballée par ce roman qui nous plonge dans une autre époque et qui mêle habilement la vie de ces paysans isolés, l’histoire avec les guerres décidées par Napoléon III ou la naissance des syndicats dans le monde industriel de la porcelaine.

À la fois très documenté et passionnant, je me suis vite attachée aux personnages et j’ai lu rapidement ce roman ne pouvant le lâcher. Aux côtés de Léonard, je cherchais aussi l’ombre de la jeune disparus Rose-May retenant mon souffle.

Je vous recommande vivement ce roman qui saura vous divertir tout en vous instruisant sur une période historique et un contexte régional très bien retranscrit.

Paru aux éditions Calmann-Lévy Territoires 

Notation :

Critique de : En quête d’Azalée de Jacques Pimpaneau

En quête d’Azalée

Résumé :

Azalée était une femme et une peintre scandaleuse. Elle a vécu il y a très longtemps, dans la seconde moitié du XIe siècle, sous la dynastie des Song. Mais son esprit insoumis, la liberté de ses mœurs l’affranchissent du temps. Peut-on tomber amoureux d’une disparue ? se demande le lettré qui découvre ses carnets après sa mort. Pour mieux connaître cette peintre qui le fascine, il rencontre ceux, si divers, qui l’ont fréquentée : antiquaire, muletier, courtisane, mendiant, bonze ou bateleur…

L’auteur :

Né en 1937. Sinologue, professeur à l’école des Langues Orientales de 1965 à 1999Il crée le musée Kwok On (Arts et traditions populaires d’Asie) à Paris en 1971 où il organise de nombreuses expositions. La collection Kwok On est donnée en 1999 à la Fondation Oriente à Lisbonne. Il est l’auteur de nombreux ouvrages et traductions sur la littérature classique chinoise.

Ma chronique :

Un beau portrait d’une artiste peintre qui aurait vécu au XIe siècle écrit par un spécialiste de la Chine médiévale.

En convoquant ses proches comme son médecin, sa servante ou des amis, nous entrons dans son intimité et découvrons la vie d’Azalée, ce monde de la peinture en cette époque lointaine. Ce qui étonne le plus c’est la modernité de cette femme volontaire et éprise de liberté. Fantasque et féministe, elle vit comme elle l’entend grâce à son art.

J’ai aimé ce récit tout en délicatesse et empreint de poésie. Chaque chapitre donne la parole à l’un de ceux qui a pu l’approcher, ce qui donne un texte à la fois rythmé et intimiste.

J’ai savouré ce roman tant pour son écriture que pour les sujets évoqués comme la place de l’art dans la société, les diktats de la religion ou le rôle des femmes.

Une belle lecture que je conseille à tous.

Paru aux éditions Philippe Picquier.

Notation :