Chronique de : On n’empêche pas une étoile de briller de Tonie Behar 

Résumé :

Une femme mystérieuse et charismatique, coiffée d’un large chapeau, son regard clair caché par de grandes lunettes de soleil, sonne chez Max Dahan au 19 bis, boulevard Montmartre. Cette inconnue, c’est Sacha Volcan, que Max a passionnément aimée. Ils se sont connus dans les années 1960, au temps du Golf Drouot et du rock’n’roll. Elle était dactylo, lui garçon de courses, et tous deux rêvaient d’Amérique et de musique. Complices, amants ou ennemis, leur histoire a traversé le temps et les continents

L’auteure :

Tonie Behar est née à Istanbul, a un passeport italien, un diplôme américain, un mari breton et trois enfants du pays des merveilles… mais elle se sent surtout parisienne ! Ancienne journaliste, elle effectue des recherches minutieuses pour chacun de ses livres. On n’empêche pas une étoile de briller est son septième roman.

Ma chronique :

Une fresque romantique d’une grande force et sans aucune mièvrerie, à lire absolument pour tomber sous le charme de Sacha comme Max le héros.

Attention, ce n’est pas juste une romance ni un feel good book mais plutôt une magnifique histoire d’amour que l’on souhaite à chacun. 

J’ai aimé l’histoire, le style fluide, la description des années soixante et le tourbillon de la vie décrit avec une grande justesse.

Sacha n’est pas une héroïne classique, enfance esseulée avec seulement un père peu présent puis adolescente elle découvre la musique et des copains dont Max. Un garçon plein de charme, vivant seul avec sa mère et toujours avec ses meilleurs copains. La première rencontre de ces deux êtres fera déjà une étincelle.

Sacha et Max, entre les années soixante et aujourd’hui, vont traverser des époques troublées et riches. Comme le dira plus tard Sacha, ce qu’ils ont défendu est toujours d’actualité  : l’écologie, le féminisme, les droits LGBT, la non-violence.

Suivre sa vocation, tenter sa chance à l’autre bout du monde et vivre sa sa passion, comment tout cela est-il compatible ?

Je vous laisse le découvrir en vous plongeant dans ce pavé qui m’a enthousiasmée.

Un livre à offrir et à s’offrir pour le plaisir d’une lecture vivante et passionnante.

Paru aux éditions Charleston 

Notation :

Chronique de : Charlotte se cherche de Caroline Kant 

Résumé :

C’est signé ! Charlotte a décroché un job dans une agence d’organisation de mariages : elle pourra soutenir sa famille pendant que son mari Alexandre lance sa boîte. Elle a même réussi à négocier ses mercredis après-midi pour passer du temps avec Lou et Gabriel, ses enfants. Adieu, la vie imprévisible de free-lance et bonjour, les revenus réguliers, les congés payés et les pauses café ! Sauf que… Sa collègue Laetitia ne semble pas du tout ravie de son arrivée

L’auteure :

Caroline Kant est une autrice parisienne. Sa série s’inspire des années où elle a vécu rue Cavendish, dans l’appartement de Margaux.

Ma chronique :

J’ai retrouvé avec plaisir l’ambiance de l’immeuble de la rue Cavendish avec ce deuxième tome.

Après « Les manigances de Margaux », l’héroïne est Charlotte, une jeune mère de famille, photographe et décoratrice. Heureuse avec Alexandre et ses deux jeunes enfants, elle décide d’accepter un contrat en CDD pour avoir une vie plus calme sans souci de fin de mois.

La vie en entreprise, une micro société ici, n’est pas toujours aussi rose qu’on pourrait l’imaginer : les revenus réguliers ne masquent pas forcément tous les obstacles et contraintes.

Les habitants de l’immeuble jouent de nouveau leur rôle d’entraide à fond ici : Margaux aide et soutient Charlotte, Victoire joue de la musique apaisante pour tous et même Guy, l’ex propriétaire de l’immeuble pourrait se révéler d’une grande humanité.

Je me suis prise d’amitié pour tous ces personnages, avec leurs failles et leur générosité. Mention spéciale pour Victoire, la violoniste, toujours gaie, qui régale tout son auditoire chaque soir.

Un livre qui fait du bien et réconcilie avec la vie. J’ai hâte de les retrouver tous pour les prochains épisodes de cette série. 

À déguster sans hésitation.

Paru aux éditions Les Escales Séries.

Chronique de : Marguerite de Jacky Durand 

Résumé :

Août 1939. Qui peut se douter de ce qui va se déchaîner, dévaster tant de vies ? Marguerite est à son bonheur, son mariage avec Pierre, dans leur petite maison de l’est de la France. Un mois s’écoule avant que Pierre ne soit mobilisé. Pour survivre dans la France occupée, Marguerite prend un emploi à la poste.

L’auteur :

Jacky Durand est journaliste. Depuis des années il sillonne la France des terroirs pour ses savoureuses chroniques culinaires dans Libération ( « Tu mitonnes » ) et tous les samedi matin sur France Culture ( « Les mitonneries de Jacky »).

Ma chronique :

Un roman lumineux avec une héroïne inoubliable, un vrai bonheur de lecture.

Marguerite, à l’été 39 est heureuse, elle va épouser Pierre, son amoureux. Dans leur petite maison avec un potager et quelques bêtes, ils ont tout pour vivre bien. La guerre emporte Pierre au loin et Marguerite doit faire face à sa solitude et tout assumer.

Petit à petit, la guerre transforme Marguerite, elle devient plus forte et accomplit les tâches les plus dures au jardin tout en travaillant.

Son mari lui manque beaucoup, le manque de chaleur humaine lui pèse énormément. Les années passant, des rencontres viendront réchauffer son cœur.

Un portrait à la fois grave et tendre d’une nouvelle femme qui a mûri très vite pendant ces années de guerre.

Marguerite est une belle personne, pleine d’humanité et toujours prête à aider son prochain. Je me suis beaucoup attachée à Marguerite à la fois émouvante et forte.

L’écriture gaie et truculente donne un ton assez léger malgré le contexte de guerre.

Marguerite est une héroïne courageuse, au grand cœur qui ne pourra qu’émouvoir tous les lecteurs.

À ne pas rater, publié aux éditions Folio.

Chronique de : Week-end entre amis de Nathalie Achard

Résumé :

Un an. C’est le temps qu’il aura fallu à Édouard, Marc, Agathe, Julien, Claire et Sylvie pour organiser ce fameux week-end. Trois jours. C’est le temps qu’il suffira pour que ce séjour «  comme au bon vieux temps  » vire au cauchemar.

L’auteure

Ancienne collaboratrice de Greenpeace, Nathalie Achard est responsable de la communication du mouvement Colibris. Elle a reçu le prix Legal Hacker à l’occasion du 11e Grand Prix de la communication solidaire en 2016.

Ma chronique :

Un thriller haletant, une histoire qui m’a fait penser au scénario du film « Les petits mouchoirs » en beaucoup plus trash.

Des amis d’enfance décident de passer un week-end ensemble, sans les enfants pour renouer avec une vie sans contrainte.

Se retrouver tous ensemble exacerbe les frustrations de chacun : un huis clos oppressant qui laisse échapper les peines de cœur, les jalousies et toutes les rancœurs accumulées au fil des ans.

N’est-ce pas le rôle des amis d’être là pour nous épauler et nous écouter lorsque tout va mal ? Marc ou Édouard en sont-ils capables ? Et les femmes, Agathe ou Sylvie sont-elles davantage à l’écoute de leurs amis ?

À lire pour le découvrir.

Un premier roman réussi : un thriller psychologique difficile à lâcher.

Paru aux éditions Marabout collection Black Lab.

Notation :

Chronique de : La nuit de Gigi de Dominique Dussidour

Résumé :

Où est Gabrielle ? C’est la question, d’abord innocente, que se posent ses quatre amis d’enfance. Léo et Lola, Yolande, Honoré et Gabrielle ont aujourd’hui une vingtaine d’années. À eux cinq, ils sont toute une génération. Ils ont vécu dès le plus jeune âge dans le même quartier, la même école, le même immeuble de la rue des Martyrs – séparés seulement par quelques volées de marches. Mais le jour de la projection du film d’Honoré, Gabrielle manque à l’appel.

L’auteure :

Dominique Dussidour est née en 1948 à Boulogne-Billancourt. Après des études de philosophie et d’ethnologie, elle a été institutrice à Paris et professeur de français à Saïda, en Algérie.

Ma chronique :

Un texte lumineux, poétique avec pour héroïne une absente, une jeune femme, la fille de Gigi.

Ses amis tentent de comprendre ce qui se passe lorsqu’elle ne répond plus sur son portable et ne vient pas aux rendez-vous. Ils sont tellement soudés tous : les jumeaux, Yolande et Honoré. Ils se font appeler « la bande des martyrs ». On découvre le passé, la naissance de Gabrielle alors que Gigi est encore une adolescente et l’amitié entre les cinq enfants.

Gigi, la mère s’inquiète un peu plus tard lorsqu’elle apprend aussi la disparition. Connaissais t’elle vraiment son enfant ? Que lui cachait-elle ?

L’histoire résonne en nous pendant et après la lecture comme un cri de désespoir, celui de Gigi et ses amis, qui pleurent l’absence de Gabrielle.

Malgré le thème de la disparition et le dramatique de la situation, tout est doux, feutré et tendre même. Est-ce dû à l’écriture ? Ou bien à la construction de l’histoire ?

Je ne saurai le dire. J’ai beaucoup aimé ce texte semblable à un long poème.

Publié aux éditions de la Table Ronde.

Notation :