Chronique de : Les mystères de Marseille d’Emile Zola

Les mystères de Marseille

Résumé :

Philippe Cayrol, jeune aventurier républicain, sans fortune mais plein d’audace, a soustrait Blanche de Cazalis aux griffes de son oncle, richissime et tout-puissant député royaliste de Marseille. Son frère Marius, intègre et pugnace, va tout faire pour pro- téger les deux amants de la colère de Cazalis – ainsi que leur enfant à naître. Et, bientôt, pour organiser l’évasion de Philippe, qui encourt la peine de mort…

Ma chronique :

Une œuvre littéraire du jeune Zola, tout est expliqué dans les deux préfaces écrites par l’auteur : la deuxième a été rédigée alors que l’auteur était célèbre et retrace le contexte de ce roman.

Passionnée par les écrits de Zola, je découvre ici à la fois le récit et l’histoire autour de ce roman et les deux sont passionnants.

Le jeune Zola a écrit ce récit pour un journal, payé une misère à la ligne. Pour survivre, il écrit en parallèle « Thérèse Raquin ».

Ce livre est très documenté sur cette période autour de la seconde république. Émile Zola explique dans la préface avoir recherché dans les greffes des tribunaux des éléments qui ont inspirés cette histoire.

C’est ce qui rend ce roman si réaliste et riche historiquement. C’est une vision approfondie de Marseille et sa région dans ce contexte historique. 

J’ai aimé ce roman feuilleton de la veine des Mystères de Paris avec son cocktail de péripéties comme les enlèvements, insurrections, complots et lutte des classes.

Si on aime Zola, ne pas hésiter à découvrir ce roman paru aux éditions de l’Archipel collection Archipoche.

Chronique de : Le courage d’une sœur de Kitty Neale

Le courage d’une sœur

Résumé :

1948. Sarah vit avec sa mère alcoolique qui se prostitue dans un quartier pauvre de Londres. Quand celle-ci accouche d’un petit garçon, elle demande à sa fille de 13 ans de se débarrasser du nourrisson. Mais Sarah ne peut s’y résoudre et décide d’élever son petit frère, qu’elle a elle-même prénommé Tommy.

L’auteure :

Kitty Neale a grandi dans le quartier populaire de Battersea, au sud de Londres, cadre de ses romans. En 1998, son fils meurt à l’âge de 27 ans. Après avoir rejoint un groupe de soutien, Kitty décide de se lancer dans l’écriture de romans, qui vont rapidement devenir des best-sellers. Aujourd’hui, elle vit en Espagne avec son mari.

Ma chronique :

L’histoire est poignante et attachante, comment ne pas succomber au charme de ce livre ?

Une histoire qui se lit le cœur serré et déclenche une forte empathie pour Sarah qui se débat pour sauver son petit frère et faire face à sa mère tombée dans la déchéance sous l’emprise de l’alcool.

Une ambiance à la Dickens, même si l’intrigue est positionnée au vingtième siècle : des pauvres misérables, des conditions de vie extrêmes et des personnages courageux.

Oui, le trait de caractère principal de Sarah est le courage et la force de caractère. Son amour quasi maternel pour son petit frère lui donne l’énergie pour tourner le dos à sa condition misérable.

J’ai passé un bon moment avec cette histoire et je vous recommande ce titre.

Paru aux éditions de L’Archipel.

Notation :

Chronique de : Trois cartouches pour la Saint-Innocent de Michel Embareck

Trois cartouches pour la Saint-Innocent

Résumé :

Jeanne Moreau – rien à voir avec l’actrice – a tué son mari qui la maltraitait depuis des années. Trois balles dans le dos en guise d’épitaphe. Le soutien des réseaux sociaux et des associations de lutte contre les violences faites aux femmes lui a valu de n’effectuer qu’une partie de la peine à laquelle elle a été condamnée aux assises et de bénéficier d’une grâce accordée… le jour de la Saint-Innocent.

L’auteur :

Pendant vingt années en charge de la rubrique justice d’un quotidien régional, Michel Embareck est l’auteur de nombreux polars, dont aux éditions de l’Archipel : Cloaca Maxima, Avis d’obsèques, Personne ne court plus vite qu’une balle et, chez Archipoche : La mort fait mal et Le Rosaire de la douleur.

Ma chronique :

Un polar assez classique, histoire d’une contre-enquête sur le thème des violences conjugales.

Le roman met en scène un journaliste spécialiste des faits-divers qui fouille dans la vie de cette septuagénaire emprisonnée pour le meurtre de son mari.

Forcément, cette histoire rappelle une célèbre affaire…

L’auteur a un style argotique et peu littéraire à mon goût : son récit est parsemé de piques, d’un certain humour et d’une touche de cynisme.

Cette histoire dénonce l’omniprésence des réseaux sociaux et des médias dans les affaires judiciaires. Le héros, à contre-courant avec ses méthodes à l’ancienne,  cherche la vérité à tout prix.

Un roman noir intéressant pour la reconstitution de la contre-enquête avec un style peu littéraire qui m’a déstabilisée.

À vous de vous faire votre opinion.

Paru aux éditions de l’Archipel.

Notation :

Chronique de : Les pionnières, une place au soleil d’Anna Jacobs

Les pionnières, une place au soleil

Résumé :

Irlande, début des années 1860. Keara Michaels ne quitterait pour rien au monde sa terre natale et ses deux sœurs. Mais le destin est parfois cruel… Enceinte et sans le sou, elle est contrainte de traverser les océans pour gagner l’Australie. Toute seule : le père de son futur enfant, qui est marié, ne l’accompagnera pas. Dans le même temps, Mark Gibson, un chercheur d’or, doit fuir le Lancashire pour échapper à la vengeance de son beau-père. Et tenter sa chance à l’autre bout du monde …

L’auteure :

Née en 1941 Anna Jacobs a grandi en Angleterre, dans le Lancashire, avant de partir vivre en Australie. Auteure de nombreux romans à succès, elle s’est vu décerner l’Australian Romantic Book of the Year en 2006. Les éditions de l’Archipel ont publié sa trilogie « Cassandra » (Le Destin de CassandraCassandra et ses sœurs et L’Héritage de Cassandra, 2018- 2020), disponibles en Archipoche, ainsi que le premier tome de la saga « Swan Hill » : Les Pionniers (2020). 

Ma chronique :

Je découvre cette auteure qui a déjà écrit d’autres sagas qui se déroulent en Australie.

J’ai aimé cette histoire dépaysante et pleine de rebondissements. 

L’histoire se déroule entre l’Angleterre, l’Irlande et l’Australie et dresse le portrait de petites gens prêt à s’exiler pour trouver une meilleure vie. L’Australie, après trois semaines de traversée, est une terre promise gorgée de soleil.

Les hommes cherchent de l’or et les femmes deviennent domestiques. Les plus riches achètent des domaines.

C’est le destin qui attend Mark ou bien Keara, les protagonistes.

Au travers de cette histoire, on découvre le quotidien de ces premiers australiens qui construisent Melbourne ou Perth, petites bourgades dans ces années-là.

L’écriture est fluide, l’intrigue prenante : à la fin du livre je me suis dit qu’il serait difficile d’attendre la parution du prochain tome pour connaître la suite des aventures de Keara, Théo, Maggie ou Mark. Vivement la suite !

Paru aux éditions de l’Archipel.

Notation :

Chronique de : Le sang des Belasko de Chrystel Duchamp

Résumé :

Cinq frères et sœurs sont réunis dans la maison de famille, la Casa Belasko, une vaste bâtisse isolée au cœur d’un domaine viticole de Provence. Leur père, un vigneron taiseux, vient de mourir. Il n’a laissé qu’une lettre à ses enfants, et ce qu’il leur révèle les sidère : leur mère ne se serait pas suicidée – comme l’avaient affirmé les médecins six mois plus tôt. Elle aurait été assassinée…

L’auteure :

Chrystel Duchamp, 35 ans, a signé en 2020 L’Art du meurtre (L’Archipel), un premier suspense salué par le public et la critique : « Une écriture enlevée, sombre et claquante… Un polar addictif et original. » (Le Parisien-Aujourd’hui en France).

Ma chronique :

J’avais beaucoup aimé son premier roman et j’étais curieuse de découvrir celui-ci. Je n’ai pas été déçue.

Glaçant et additif sont les 2 qualificatifs qui me viennent à l’esprit après cette lecture.

Comme la tension monte crescendo, j’ai lu le dernier tiers en apnée, je n’arrivais pas à me détacher du texte.

L’histoire de cette famille débute sous les meilleurs auspices : une grande maison, un beau vignoble et cinq enfants pleins de vie. Au début de l’histoire, tout semble enchanteur puis l’auteure nous projette après le décès des deux parents, les enfants, des adultes dorénavant, sont réunis pour l’enterrement.

Le huis clos révèle des facettes inattendues de ces Belasko, une famille très spéciale mais bien sûr je ne vous en dirai pas plus.

Il faut le lire pour découvrir la vérité même s’il faut rogner sur son sommeil.

Un très bon polar paru aux éditions de l’Archipel.

Notation :