Chronique de : Toute une expédition de Franzobel

Résumé :

1537. Le conquistador Ferdinand Desoto obtient la direction de la prochaine expédition en Amérique, qui lui apportera, comme à ses guerriers, richesse et gloire. Mais rien n’est joué ! Las, nos cupides chasseurs d’or et de perles, tout droit sortis d’un tableau de Goya, sont attendus par des Indiens dont les habitudes carnassières ne feront pas toujours leur affaire…

L’auteur :

Franzobel, de son vrai nom Stefan Griebl, né en 1967, est l’un des écrivains les plus populaires et controversés d’Autriche. Dramaturge, poète et plasticien, il est l’auteur en français de la pièce Kafka, comédie (publiée aux solitaires intempestifs). Couronné du prix Nicolas Born, son roman sur le naufrage de La Méduse fut l’un des trois derniers ouvrages en lice pour le Deutscher Buchpreis (Prix du livre allemand) 2017

Ma chronique :

Truculent et désopilant, tels sont les premiers adjectifs qui me viennent après lecture de ce récit d’expéditions d’espagnols au seizième siècle.

Tout est vrai ou presque nous confirme l’auteur en fin de livre. Des recherches approfondies lui ont permis de redonner vie à ses aventuriers. 

Pourquoi ne pas enseigner aux enfants l’histoire au travers de ce type de romans ?

A un bémol près : la violence des conquistadors est décrite avec beaucoup de réalisme, âme sensible s’abstenir.

C’est un roman atypique qui peut désarçonner, trop de péripéties et de rebondissements incessants m’ont fait parfois perdre le fil de l’histoire. 

Si on aime les romans d’aventures documentés à l’écriture survoltée et au rythme trépidant où l’accent est mis sur le rocambolesque, ce livre est pour vous.

Paru aux éditions Flammarion 

Notation :

Chronique de : L’accompagnateur de Sebastian Fitzek

Résumé :

À Berlin, peu après 22 heures, Jules est au standard d’un service d’accompagnement dédié aux femmes en danger. Son premier appel est celui de Klara, terrorisée à l’idée d’être suivie par un psychopathe. Un homme qui a peint en lettres de sang la date de sa mort dans sa propre chambre à coucher. Et ce jour se lèvera dans deux heures.

L’auteur :

En quinze ans – Thérapie, son premier roman, a été publié en 2006 –, Sebastian Fitzek, né en 1971, est devenu un auteur phénomène. En Allemagne, il a vendu plus de 13 millions de livres, traduits dans 36 pays, dont L’Inciseur et Passager 23, tous deux adaptés au cinéma. L’Accompagnateur est son quatorzième suspense publié à l’Archipel.

Ma chronique :

Très, très tendu ce « psycho thriller », je découvre cet auteur et je ne suis pas déçue.

J’ai rarement lu un polar avec une tension aussi extrême, il se lit presque d’une traite et en apnée. La violence conjugale est au cœur de ce récit qui est dédié à toutes celles qui ont peur au quotidien.

Dans la postface, l’auteur explique que le service d’accompagnement téléphonique pour aider les femmes en détresse existe en Allemagne (pays de l’écrivain).

L’histoire est terrifiante, âmes sensibles s’abstenir, l’hémoglobine et la violence sont très présents.

Nous suivons Klara, lors d’une traque infernale, celui qu’elle redoute le plus c’est son mari. Celui-ci, d’une classe sociale aisée, lui fait vivre un enfer et le mot n’est pas trop fort. Elle croisera aussi la route d’un psychopathe. 

Comment l’accompagnateur au bout du fil pourra-t-il l’aider ?

Glaçant et terrifiant, un psycho thriller à découvrir aux éditions de L’Archipel.

Notation :

Chronique de : La liberté des oiseaux de Anja Baumheier

Résumé :

De nos jours, Theresa reçoit une mystérieuse lettre annonçant le décès de sa sœur aînée Marlene. C’est à n’y rien comprendre. Car Marlene est morte il y a des années. C’est du moins ce que lui ont toujours dit ses parents. Intriguée, Theresa, accompagnée de son autre sœur Charlotte, part en quête de réponses. Se révèle alors l’histoire de leurs parents …

L’auteure :

Anja Baumheier est née en 1979 à Dresde et a passé son enfance en RDA. Professeure de français et d’espagnol, elle habite aujourd’hui à Berlin avec sa famille. La Liberté des oiseaux est son premier roman.

Ma chronique :

Attention, voici une pépite : l’histoire bouleversante d’une famille prise en étau entre RDA et RFA.

Dans les années 60, en RDA, Johannes et Elizabeth se rencontrent, coup de foudre et mariage. Johannes a eu une enfance malheureuse, sans père. Lorsqu’il croise Kolia, pro soviétique, qui le traite comme un père, il accepte sa proposition de travail et devient espion pour le régime de la RDA.

Ce choix va influencer la vie de sa famille sur les quarante années suivantes.

Les chapitres alternent entre la vie dans les années soixante et aujourd’hui. Les chapitres sont courts et la plume fluide.

Un secret dramatique plonge la famille dans la tourmente. Le puzzle se reconstitue au fur et à mesure de l’avancement dans la lecture. Un vrai suspense sur fond de discriminations, mensonges, tortures aux temps du règne de la Stasi.

J’ai aimé la reconstitution historique et l’intrigue avec son suspense intact jusqu’au bout. Cette famille déchirée m’a émue.

Un premier roman que je vous recommande chaudement.

Paru aux éditions Les Escales.

Notation :

Chronique de : La baronne des glaces de Nicole Vosseler

La baronne des glaces

Résumé :

Russie, 1822. Depuis son enfance, Katya sait « lire » dans la glace. Elle en perçoit les vibrations et les qualités. Quant à son frère aîné Grischa, il semble pouvoir « deviner » le temps qu’il fera. Tous deux rêvent d’une vie meilleure et veulent laisser derrière eux leur enfance misérable. Leur voyage les mène sur la Baltique jusqu’au port de Hambourg où ils s’associent avec Thilo et Christian, des hommes d’affaires qui ont créé une société de négoce.

L’auteure :

Née en 1972, Nicole Vosseler a vu ses romans, dont le plus célèbre, Le Ciel de Darjeeling (L’Archipel, 2019 ; Archipoche, 2020), traduits en neuf langues.

Ma chronique :

J’ai été tentée par la lecture de ce livre pour découvrir la vie dans ces contrées du grand nord au dix-neuvième siècle et le commerce de la glace.

S’inspirant d’une histoire vraie de pionniers dans ce domaine, j’ai découvert les débuts de la commercialisation d’une denrée rare : la glace. L’idée de Katya de puiser dans les ressources naturelles des lacs gelés de Norvège permet de concrétiser le négoce.

L’aventure est complexe, les obstacles nombreux mais le courage et la détermination des quatre héros sont intacts.

J’ai aimé l’histoire, l’immersion dans cette époque lointaine et la description de l’épopée mais le côté très sentimental et romancé m’a un peu gênée, trop prononcé.

Comme c’est une saga et le premier tome, à suivre donc pour connaître la suite des aventures de ces pionniers du commerce de la glace.

Paru aux éditions L’Archipel.

Notation :

Chronique de : La huitième vie de Nino HARATISCHWILI

La huitième vie

Résumé :

Géorgie, 1917. Fille d’un chocolatier de génie, Stasia rêve de devenir danseuse étoile à Paris. Son père aurait voulu qu’elle épouse un brillant officier, Simon Iachi. Alors que Stasia est sur le point de renoncer à ses aspirations, la révolution bolchevique se propage… Allemagne, 2006. Brilka, l’arrière-petite-fille de Stasia, a fugué. Partant à sa recherche, sa tante entreprend d’écrire l’incroyable histoire de leur famille. 

L’auteure :

L’auteure est née à Tbilissi en Georgie et s’est installée en Allemagne en 2003. Son troisième roman « la huitième vie » a été unanimement salué par la critique et récompensé de plusieurs prix littéraires. Elle vit actuellement à Hambourg.

Ma chronique 

Un pavé de mille pages qui se lit vite, une histoire intergenerationnelle passionnante.

Ce livre est un gros coup de cœur, je l’avais raté lors de sa parution en grand format, merci à Folio, dénicheur de pépites pour cette nouvelle édition.

Cette fresque nous entraîne en Géorgie pour une grande histoire familiale qui s’étend sur un siècle.

La huitième vie pour les huit femmes qui ont marqué cette famille : depuis le début du vingtième siècle jusqu’à aujourd’hui, ce sont toutes des personnalités fortes, d’un grand charisme.

Découpé en huit parties, dédié à chacune de ses femmes, nous parcourons les années au rythme des épisodes politiques nombreux. On y découvre la Géorgie et la Russie dont les destins seront liés. 

Sur le thème des mémoires enfouies et transgenerationnelles, ce roman épique m’a captivée. Comment guérir des mémoires familiales et s’accomplir ? 

L’histoire de ces femmes intimement lié aux bouleversements du vingtième siècle est passionnante. Ce livre est un véritable page turner, j’ai dévoré les mille deux cents pages en une semaine.

Si la Géorgie est au cœur de cette histoire, nous voyageons aussi en Russie, en Allemagne et en Angleterre.

Je vous invite à découvrir vous aussi les destins de ces huit femmes et de vibrer avec elles. De la littérature comme on aimerait en lire chaque jour.

Paru aux éditions Folio.

Notation :