Chronique de : Les fils du pêcheur de Grégory Nicolas

Les fils du pêcheur

Résumé :

Alors que le narrateur vient d’apprendre qu’il sera bientôt père d’une petite fille, le téléphone sonne. À l’autre bout du fil, sa mère. Le bateau de son père, Jean, vient de sombrer « corps et biens ». Jamais Jean ne saura que sa petite-fille s’appellera Louise. Peut-être pour lui rendre hommage, peut-être pour apaiser son chagrin, le narrateur se met alors à écrire le roman de ce coquillier blanc et bleu, Ar c’hwil, né presque en même temps que lui. Derrière l’histoire du bateau, c’est celle du père, de ses peines et de ses drames qui se profile.

L’auteur :

Grégory Nicolas est né en Bretagne en 1984. Après avoir travaillé en tant que caviste à Rennes et professeur des écoles à Paris, il se consacre désormais à l’écriture. Il est notamment l’auteur de Des histoires pour cent ans (Rue des Promenades, 2018 ; Pocket, 2020) et de Équipiers (Hugo Sport, 2019) qui a reçu le prix Antoine-Blondin.

Ma chronique :

Une chronique douce et amère, comme la vie, se dit-on une fois refermé. Des hauts et des bas racontés avec brio : je retiens l’extrême pudeur mélangée à une grande humanité. Un beau résultat : un texte poignant qui salue la mémoire d’un patron pêcheur parti trop tôt.

J’ai passé un beau moment en compagnie de cette famille de pêcheurs. Le père, un taiseux, a des difficultés à communiquer son amour à ses proches alors qu’il met tout en œuvre pour les rendre heureux. Seul son bateau semble trouver grâce à ses yeux.

Le narrateur, son fils, détricote sa vie, plus sombre qu’elle ne le paraissait.

Des secrets, levés tardivement, éclairent ses enfants sur l’attitude paternelle. Depuis les années soixante-dix à nos jours, l’histoire de la France est au cœur des événements qui vont marquer la famille.

Un style fluide, une émotion palpable à chaque instant : de la littérature comme je l’aime.

Je vous recommande ce livre paru aux éditions Les Escales.

Notation :

Chronique de : Je choisis, donc je suis de Sophie Guignard

Je choisis, donc je suis

Présentation :

Foncer, changer de route, recommencer. Depuis qu’elle est née, Sophie ne fait que ça. Un jour, elle a voulu comprendre. Elle a appuyé sur pause, bien décidée à aller chercher là où il le faudrait – biologie, psychologie, neurosciences, philosophie, littérature et bar du coin – des réponses susceptibles d’éclairer ses choix. Alors que nos choix sont ce par quoi nous écrivons notre vie et affirmons notre liberté, que savons-nous d’eux ? Pourquoi les faisons-nous, et comment ?

L’auteure :

Sophie Guignard est diplômée de l’ESCP Europe et de Science Po Paris, et est aussi ex-banquière d’affaires. Elle a dirigé les Inrocks à Buenos Aires avant de rejoindre la rédaction du Monde, puis de collaborer avec divers médias dont France Culture. Je choisis donc je suis (Flammarion, 2021) est son premier livre.

Ma chronique :

Un essai fort intéressant, brillamment rédigé qui interpelle et questionne le lecteur.

J’ai beaucoup apprécié la démarche analytique qui décortique nos réactions face à ces situations de choix. Notre cerveau peut nous jouer des tours et nous mener vers des voies qui ne nous amène pas forcément vers le bonheur. L’explication de l’auteure sur le « moi du souvenir » et le « moi de l’expérience » est très éclairante. Nous pouvons préférer le récit de notre vie au détriment de l’expérience elle-même.

Ce qui m’a paru le plus percutant dans cet essai, c’est l’analyse de nos réactions face à ces décisions qui ne se font pas toujours consciemment. Divers mécanismes psychologiques ou culturels se cachent derrière nos choix comme le poids des émotions ou de nos vies non vécues.

J’ai particulièrement aimé cette citation d’un philosophe espagnol « vivre, c’est décider constamment de ce que nous allons devenir ». Tout évolue, nos valeurs également, il est important d’être en phase avec soi-même au moment où l’on fait un choix et en cohérence aussi avec ce que nous voulons être demain.

En s’appuyant sur les neurosciences et les vies de personnages célèbres comme Marilyn, Einstein ou Gainsbourg, l’auteure nous livre des pistes pour orienter nos choix. Elle mentionne notamment l’intuition, l’instinct, la sérendipité et l’audace.

Ce qui est certain c’est que je repenserai à cet essai au moment de prendre de grandes décisions et ainsi je pourrai orienter mes choix avec un nouveau recul.

Un essai à diffuser largement et à mettre dans toutes les mains.

Publié aux éditions Flammarion.

Notation :

Chronique de : La geôle des innocents d’Ensaf Haida

La geôle des innocents

Résumé :

Rachwan et Râm, deux travailleurs étrangers, sont venus chercher fortune en Arabie saoudite. Ils apprennent vite, à leurs dépens, ce qu’il en coûte d’enfreindre les règles du Royaume. Dénoncé et jugé sans appel, Rachwan est incarcéré dans le terrible centre pénitentiaire de Briman, à Djeddah, pour liaison illégitime avec la belle Siham – détenue quant à elle dans la prison des femmes.

L’auteure :

Née à Jizan (Arabie saoudite) en 1979, Ensaf Haidar sillonne le globe depuis des années pour obtenir la libération de son mari, Raïf Badawi, condamné à dix ans de prison et mille coups de fouet en 2012, pour avoir prôné sur son blog la liberté d’opinion, de culte et d’expression. Elle a reçu le prix Sakharov des droits de l’homme décerné à son mari par le Parlement européen. Présidente et cofondatrice de la Fondation Raïf Badawi pour la liberté (FRBL), elle est l’auteure de Mon combat pour sauver Raïf Badawi (L’Archipel, 2016). La Geôle des innocents est son premier roman.

Ma chronique :

Glaçant, tellement de violence dans ces geôles, c’est à la limite du soutenable parfois.

Les situations sont si réalistes qu’on se demande s’il s’agit uniquement d’un roman tout en espérant que la réalité soit moins cruelle.

Le roman donne la parole successivement à Rachwan et Siham, tous deux se retrouvent en prison dénoncés pour s’être fréquentés hors mariage. Les femmes ne peuvent se trouver à l’extérieur avec un homme que s’il s’agit de leur mari ou de quelqu’un de leur famille. Les travailleurs étrangers sont également soumis aux règles du royaume, si on les enfreint c’est la prison.

Un roman qui dénonce toutes les contraintes imposées par le pays, difficile de ne pas avoir d’empathie pour les protagonistes. Un cri de désespoir lancé au travers de ce récit qui m’a bouleversée.

À retrouver aux éditions de l’Archipel.

Notation :

Chronique de : Super hôte de Kate Russo

 

Résumé :

Bennett Driscoll avait jadis un nom dans le monde de l’art londonien. Depuis que sa femme l’a quitté et que sa fille vole de ses propres ailes, il a décidé de mettre en location sur AirBed sa maison devenue trop grande pour lui. Pas loin de devenir accro aux commentaires laissés sur le site par ses hôtes, Bennett, à cinquante-cinq ans, est retranché dans l’atelier au fond du jardin avec la nette impression de faire du surplace.

L’auteure :

Artiste peintre diplômée de la Slade School of Fine Arts de Londres, Kate est née dans le Maine. Elle a collaboré durant son séjour en Angleterre, avec une troupe de théâtre qui a mis en scène deux de ses pièces. Elle partage son temps entre l’Amérique et le Royaume-Uni et ses œuvres sont régulièrement exposées des deux côtés de l’Atlantique. Super hôte est son premier roman

Ma chronique :

Oui, Bennett est un super hôte : j’ai passé un excellent moment en sa compagnie.

Distrayant et émouvant, ce voyage à Londres avec Bennett comme guide est une belle surprise. Ce livre est savoureux.

Revenons à notre héros : peintre et aux petits soins avec ses locataires, Alicia, Emma ou Kirstie, il est prévenant et gentil. Toujours à l’écoute, il en oublierait presque ses soucis, comme retrouver sa notoriété ou dormir dans la cabane de jardin pendant que ses dames se prélassent dans la grande maison.

Sa maison est réservée sur une plateforme internet par des locataires qui recherchent tranquillité et proximité avec le centre de Londres. Bennett, en « super hôte », a des retours très positifs et il en est fier.

Ce livre se déguste, nous fait passer du sourire aux larmes et nous touche énormément. C’est à la fois drôle, émouvant et plein d’humanité.

Une jolie découverte, un moment littéraire très agréable : surtout n’y résistez pas et succombez à votre tour.

Paru aux éditions de la Table Ronde.

Notation :

Chronique de : Le grand guide de la sophrologie au quotidien de Gaëlle Piton

Le grand guide de la sophrologie au quotidien

Présentation :

Gaëlle Piton présente dans cet ouvrage les fondements de la sophrologie, en pointant bon nombre d’idées reçues à son sujet. Elle nous enseigne des techniques simples et efficaces, destinées aux adultes comme aux enfants et aux adolescents. Le livre, richement illustré, décline de nombreux exercices de manière thématique : stress, sommeil, émotions, phobies, estime de soi, addictions, parentalité… Il comprend également 25 séances audio, guidées par la voix apaisante de l’auteure, pour une pratique en toute autonomie.

L’auteure :

Gaëlle Piton est sophrologue, coach et instructrice en méditation de pleine présence. Gaëlle est aussi journaliste, formatrice et conférencière.

Ma chronique :

Ce guide qui décrypte la sophrologie s’adresse à pour tous : débutants, expérimentés et sophrologues, chacun y trouvera des réponses.

J’ai aimé cet ouvrage pour le fond riche, clair et également pour la forme qui donne envie de le parcourir grâce aux illustrations des mouvements et à la mise en page aérée. 

Le ton est donné dès l’introduction, l’auteure précise « cet ouvrage sera conforme à ma pratique : simple, accessible, experientiel ».

Je confirme, c’est réussi.

Après avoir expliqué la sophrologie, ses origines et son potentiel, on enchaîne sur la pratique, tout est expliqué : les techniques clés, le déroulé d’une séance, les thématiques sur lesquelles la sophrologie est particulièrement efficace (stress, sommeil, confiance en soi, phobies …). Des exercices spécifiques et conseils pour chaque problématique aideront chacun à se lancer. Une cinquantaine d’exercices et vingt-cinq audios complètent ces présentations.

La partie sur la sophrologie pour les enfants à l’école reflète les activités de Gaëlle au sein de sa ville. « La sophrologie est complémentaire des apprentissages dits classiques » : davantage de bienveillance en classe et aide à lutter contre le décrochage scolaire. Une belle réussite et preuve de l’efficacité de la sophrologie.

Je rejoins Gaëlle lorsqu’elle nous précise que la sophrologie est un art de vivre, une philosophie de vie. Une fois qu’on y a gouté, la transformation se fait et on aborde la vie plus sereinement et de manière davantage positive.

Un ouvrage complet et riche paru aux éditions Le Courrier du Livre chez Guy Trédaniel.

Notation :