Critique de : Quand on ne peut oublier de Tamara McKinley

Quand on ne peut oublier
Quand on ne peut oublier

Résumé :
Décembre 1941. Le père de Sarah Fuller, 19 ans, dirige une plantation d’hévéas en Malaisie, ou sa famille mène une vie de riches colons. Mais le conflit qui secoue l’Europe gagne cette partie du monde.Quand les Japonais commencent a bombarder Singapour, Sarah est contrainte de quitter sa famille et son fiance, Philip, pour aller trouver refuge en Angleterre. La longue traversée vers le vieux continent s’annonce périlleuse. Or, ni elle ni sa sœur Jane – qui requiert une attention constante – ne savent si leur grand-tante, censée les accueillir, est toujours de ce monde…

L’auteur :
Née à Launceston (Tasmanie) en 1948, Tamara McKinley émigre en Grande-Bretagne, où elle intègre un pensionnat de jeunes filles du Sussex. De La Dernière Valse de Mathilda (2005), traduit dans plus de 20 pays, à La Route de Savannah Winds (2019), ses romans ont tous paru aux éditions de l’Archipel, puis en Archipoche. Mère de trois enfants, Tamara McKinley vit sur la côte sud-est de l’Angleterre.

Ma chronique :
Choisir un roman de Tamara McKinley c’est l’assurance de lire une histoire dépaysante, au cœur d’une période historique tourmentée avec des héros très attachants : que du bonheur !
Un livre qui fait du bien et nous réconcilie avec le genre humain : comment ne pas succomber au grand cœur de Peggy, mon héroïne préférée ? Peggy gère sa pension en pensant chaque jour aux petits bonheurs qu’elle pourra apporter aux siens et en ses temps de restrictions c’est précieux !
L’histoire débute en Malaisie alors que les japonais s’apprêtent à bombarder Singapour. Sarah et sa famille voient leur vie paisible bouleversée. L’auteure décrit le quotidien de cette famille au milieu de cette guerre, la plantation à gérer puis la décision de partir.

Après la partie malaisienne nous retrouvons l’Angleterre et la pension du Bord de Mer, la famille malaisienne y a une parente.
C’est là que Peggy et ses proches interviennent avec ces ingrédients magiques : l’amitié, l’amour et l’entraide. Oui c’est un florilège et on en redemande.
En synthèse : une histoire touchante avec des personnages aux destinées étroitement liées à cette période perturbée de la seconde guerre mondiale. 

En refermant ce livre, on se dit : à quelle date paraît la suite ?

Rapidement j’espère…

Paru aux éditions de l’Archipel.

Notation :

Critique de : Écrire, c’est résister d’Alfred et Lucie Dreyfus

Écrire, c’est résister
Écrire, c’est résister

Présentation :

Innocent du crime de haute trahison dont on l’accuse et condamné à l’issue d’un procès inique, dégradé devant vingt mille Parisiens, déporté en Guyane sur l’île du Diable, le capitaine Dreyfus s’est battu pour la justice et la vérité dès le premier jour de sa mise au secret, le 15 octobre 1894. 

Son courage face à l’effondrement de son existence et à l’enfermement s’exprime tout entier dans les lettres qu’il adresse à sa famille depuis la prison et le bagne. Avec Lucie, sa jeune épouse, il noue une correspondance exceptionnelle qui défie le temps, l’éloignement et l’épreuve inhumaine de la détention. L’écriture épistolaire, malgré la censure, devient pour Alfred et Lucie le monde de leur résistance et de leur amour. 

Ma chronique :

Dans la préface de la comédienne Francoise Gillard, qui avait lu à haute voix cette correspondance en 2006, elle écrit « cette correspondance, c’est le combat d’un couple, …, le témoignage que l’union de deux êtres peut changer le cours de l’histoire ». Cela résume parfaitement mon ressenti après avoir parcouru cette correspondance : Lucie protègera et assistera son mari avec un grand courage et redonne espoir à son mari grâce à l’amour qui les unit.

Un témoignage saisissant qui illustre le climat politique et social de cette fin de dix-neuvième siècle. Dans le premier chapitre, l’historien spécialiste de l’affaire Dreyfus, Vincent Duclert, raconte la résistance opposée par Alfred Dreyfus et le soutien de son épouse, de Zola et des milieux intellectuels. La justice peut triompher conclut l’historien. 

Une nouvelle édition dans laquelle on retrouve des lettres inédites et des fac-similés de ces courriers.

Pour mieux comprendre cette affaire, plongez-vous dans cette correspondance, aux qualités littéraires et qui unit entre deux êtres d’exception.

Paru aux éditions Folio.

Notation :

Critique de : Sonate pour Haya de Luize Valente

Sonate pour Haya

Résumé :
Lisbonne, 1999. Amalia, une jeune portugaise, ignore tout de sa famille paternelle et n’ose pas questionner son père à ce sujet. Quand elle surprend une conversation concernant son arrière-grand-mère allemande, Amalia décide de partir pour Berlin afin de la rencontrer. Dépositaire du passé familial, cette femme centenaire lui lègue une partition intitulée Sonate pour Haya en plus de nombreuses révélations, avant de quitter le monde paisiblement.

L’auteure :
Née à Rio, Luize Valente est passionnée d’histoire. Elle est journaliste et réalisatrice de documentaires. Sonate pour Haya, son premier roman traduit en français, est un best-seller au Brésil.

Ma chronique :
Un livre bouleversant que j’ai adoré. 
L’histoire est tellement émouvante et prenante que j’avais beaucoup de mal à me détacher du livre. J’ai terminé cette lecture il y a quelques jours et elle me hante toujours.
Lorsque j’ai découvert, en fin de livre, que l’auteure s’est inspirée de faits réels, j’ai été d’autant plus émue.

Amalia part à la recherche de la vérité dans un passé qui la conduit entre le Portugal, Berlin et Rio. Ce passé est douloureux puisqu’il est question de la Shoah. La rencontre avec son aïeule centenaire qui vit toujours à Berlin est le détonateur de sa quête de la vérité. À Rio, le passé remonte à la surface progressivement : l’auteure alterne les chapitres qui déroulent le passé allemand au moment de la seconde guerre mondiale et l’époque contemporaine d’Amalia. 

Le passé se dévoile petit à petit, j’au tourné les pages rapidement, avide de connaître la suite pour comprendre les liens entre ces personnages du passé et cette famille installée à Rio.
L’écriture fluide et le découpage du livre sont addictifs et l’histoire est vraiment bouleversante.

À découvrir absolument ! À offrir pour les fêtes ou à s’offrir.

Paru aux éditions Les Escales.

Notation :

Critique de : Guérir un chemin d’amour et de conscience de Joëlle Maurel

Guérir un chemin d’amour et de conscience
Guérir un chemin d’amour et de conscience

Présentation :

Grâce aux progrès des neurosciences et aux recherches en physique quantique, une révolution est en cours dans notre approche de la maladie. Les bienfaits de la méditation, du yoga et des pratiques de détente sont enfin reconnus par les médecins ainsi que l’impact des émotions, des pensées positives, de la visualisation, de l’hygiène de vie et de l’alimentation sur notre santé et nos potentiels de guérison.
Joëlle Maurel nous invite à devenir de plus en plus autonomes et actifs pour préserver notre santé ou nous engager sur notre chemin de guérison.

L’auteur :
Docteur en Sciences de l’Éducation, psychothérapeute-analyste jungienne, spécialiste des états modifiés de la conscience, diplômée de l’Institut de psychologie transpersonnelle à Paris et formée aux approches psychocorporelles et psycho-spirituelles. Ses recherches sur l’exploration de la conscience humaine, à partir de l’observation clinique, de son expérience intérieure et de l’étude théorique, tentent d’articuler les différents champs des sciences humaines occidentales avec l’expérience spirituelle et les enseignements traditionnels orientaux. 

Ma chronique :
J’ai d’abord connu le travail de Joëlle Maurel par ses textes de méditations guidées avec son livre « Relaxations et méditations guidées ». Une bible pour les thérapeutes, sophrologues notamment, à la recherche de textes de relaxations et pour tous ceux qui veulent devenir plus sereins.
Joëlle Maurel a un vrai talent pour écrire des textes de relaxation particulièrement adaptés aux effets attendus et renouer comme elle le précise avec notre « pouvoir de guérison ». 
L’auteure insiste sur l’importance du « pouvoir de l’intention positive et de la visualisation », c’est aussi ce qui est prôné en sophrologie.

La préface rédigée écrite par un médecin précise bien que l’auteure n’oppose pas la médecine scientifique à d’autres thérapies mais suggère une médecine dite « intégrative » et globalisée. 
L’auteure nous guide, comme elle le précise, d’aller vers un mieux-être et de préserver notre santé : ces conseils ne sont pas réservés aux malades déclarés.
Nos maladies sont souvent la conséquence d’un déséquilibre de notre « système écologique intérieur »; améliorons l’écoute de soi et l’attention pour percevoir les messages que notre corps nous adresse.
Les approches proposées passent par le développement de la confiance en soi, la pratique du yoga ou QI gong, ou du tai-chi-chuan.

Pour diminuer le stress et atteindre « l’harmonie dans la totalité de notre organisme », elle nous propose de nous relaxer et nous rappelle qu’une séance de relaxation passe par la relaxation physique puis émotionnelle et mentale. La pratique régulière de la relaxation améliore toutes les fonctions de l’organisme et du cerveau.

Oui je confirme que c’est bénéfique et utilisé notamment en sophrologie.

Ce livre est très complet et apporte des explications sur l’impact sur notre corps (et esprit) de ces thérapies, pratiques et relaxations. De précieux conseils sont donnés notamment pour sortir du stress.
De multiples textes de relaxation à écouter sans modération sont inclus ainsi qu’un CD de trois heures trente de méditations guidées.

Un livre indispensable pour mieux se connaître et être plus serein.

Publié aux éditions Guy Trédaniel.

Critique de : L’homme qui avait peur de rêver de Stephanie Zeitoun

L'homme qui avait peur de rêver
L’homme qui avait peur de rêver

Résumé:
À la veille d’une compétition de golf prestigieuse, Mathieu, fils de paysan de 45 ans, y voit la possibilité de changer de vie. Alors qu’il s’endort aux côtés de la fille du président de la Fédération française de golf, il rêve de sa victoire face aux plus grands joueurs de la planète… Dans ce rêve étrange, une femme sublime se dirige vers lui, mais au moment de la saluer, il s’effondre, aveuglé tant par les flashs des photographes que par l’aura de cette mystérieuse créature onirique. Totalement inconscient, il ne perçoit que la voix sensuelle et péremptoire de celle dont la beauté l’a foudroyé : « L’amour rend aveugle ceux qui ne voient pas avec leur cœur… »
Au réveil, atteint d’une cécité inexplicable, Mathieu est à l’aube d’une transformation de vie radicale.

L’auteure :
Stéphanie Zeitoun est écrivain et journaliste spécialisée dans le bien-être et les médecines douces. Elle s’intéresse à toutes les techniques de soin du corps et de l’esprit, dans sa globalité. Elle pratique la sophrologie depuis plusieurs années.

Ma chronique :

Un bon roman de développement personnel qui distille ses messages pour s’accomplir. 
Dans ce livre, il est question d’hypnose, de sophrologie ou de psychologie positive.
Un peu caricatural au début puis heureusement cette sensation disparaît et on s’attache aux personnages.

Le héros Mathieu est un arriviste égoïste qui utilise sa fiancée pour s’élever socialement. Sa cécité brutale va provoquer un cataclysme dans sa vie.

Il se rend compte rapidement que seuls quelques fidèles le soutiennent. Sa fille va jouer un rôle important car elle croît aux médecines alternatives et va l’entraîner dans cette voie. Le docteur Milko (déjà présent dans le précédent livre) sera le détonateur qui va lui permettre de « voir » autrement les autres et lui-même grâce à l’hypnose, la sophrologie ou la visualisation positive.

Un livre au ton juste qui démontre comment ces thérapies peuvent révolutionner un être et permettre sa reconstruction.

Dans la même veine que son précédent livre : « Le Jour où j’ai appris à danser sous la pluie », à lire et méditer sans modération.

Paru aux éditions Le Courrier du livre Guy Trédaniel.

Notation :