Critique de : Le climat change, et nous ? De Louise Browaeys et Alexandre Florentin

Le climat change, et nous ?

Présentation :

Si c’est pas moi, c’est qui ? Si c’est pas maintenant, c’est quand ? Nous avons écrit ce manifeste sur l’écologie et les transitions qui nous attendent pour répondre aux nombreuses questions que tout le monde se pose : Par quoi commencer ? Comment concilier joie et écologie ? Comment agir ? À quelles échelles ? Comment transformer en douceur notre lien à la nature, aux autres, à nous-mêmes ? Comment réinventer et réinvestir la démocratie ? Quelles pédagogies pour les enfants d’aujourd’hui et de demain ?…

Les auteurs :

Ingénieure agronome, Louise Browaeys travaille depuis dix ans dans les domaines de l’agriculture biologique, l’alimentation, la responsabilité d’entreprise et la permaculture. Consultante et formatrice, elle intervient régulièrement dans des séminaires en lien avec l’écologie.

Alexandre Florentin est consultant en stratégie climat chez Carbone 4 et expert en éco-psychologie.

Ma chronique :

Une vision non catastrophique et déculpabilisante de notre monde d’aujourd’hui : il n’est pas trop tard pour agir. 

J’ai aimé cette vision qui prône l’alliance entre les humains, tous interconnectés, pour avancer et inverser les dérèglements climatiques. Tous ensemble et en impliquant nos enfants les acteurs de demain, nous devons avancer, sans tomber dans la crainte de la collapsologie, l’effondrement de la civilisation humaine.

Cultivons l’optimisme, la gratitude et la joie en pratiquant la communication non violente sans être passif. Les auteurs insistent aussi sur les cinq types d’écologies : intérieure, sociale, environnementale, politique et du langage pour mettre en place une « dynamique exponentielle », depuis l’individu jusqu’au collectif.

Dans les recommandations générales, j’ai aimé ces principes mis en avant : « gager sur la joie et les réussites plutôt que la peur et la culpabilité comme mise en mouvement », « transformer les contraintes en opportunités » et « formuler ce que l’on souhaite advenir plus que ce que l’on souhaite arrêter ».

Des pistes plus concrètes sont listées également sur les thèmes de l’éducation, la ville où l’entreprise.

Un manifeste à mettre en toutes les mains pour agir et rester confiant en l’avenir.

Publié aux éditions Guy Trédaniel collection Le Courrier du livre.

Notation :

Critique de : Mudra de bien-être de Gertrud Hirschi

Mudras de bien-être
Mudras de bien-être

Présentation :
Avec ces 64 nouveaux mudras de bien être, Gertrud Hirschi, experte en yoga des mains, met l’accent sur leurs effets psychospirituels et leurs bienfaits sur les maladies dites de civilisation.
Dans cet ouvrage, elle nous décrit avec simplicité comment tirer le meilleur parti de nos dix doigts.

L’auteure :
Gertrud Hirschi dirige une école de yoga à Zurich. Elle organise régulièrement des séminaires à travers le monde.

Ma chronique :
Intéressée par le yoga, j’ignorais cette technique de yoga des mains. Ce livre est un guide pour découvrir cette pratique : bien illustré, clair et donnant envie de se lancer. Comme indiqué en quatrième de couverture, nous découvrons que nous avons « un véritable trésor au bout de vos doigts ».

Dans l’introduction, l’auteure explique qu’elle a pratiqué ce type de yoga étant bloquée sur un lit d’hôpital pendant trois mois, cela l’a aidé physiquement, psychiquement et spirituellement. « Beaucoup de personnes m’ont confirmé que les mudras les ont grandement aidées » confie-t-elle.

Les mudras sont utilisés dans plusieurs thérapies comme le training mental, la kinésiologie ou le brain-gym (je confirme ce dernier le pratiquant). Les mudras ont une action sur le corps, l’esprit et l’âme. Tout l’organisme est représenté dans la main : main droite pour les organes du côté droit et main gauche pour les organes du côté gauche; pour les parties du corps centrales comme l’estomac ou la colonne vertébrale, ils sont représentés dans chaque main. Des schémas des mains avec les différentes zones éclairent le propos.

Les mudras agissent aussi sur le plan émotionnel : ils sont en lien avec notre respiration et font appel à des images intérieures.

Ce qui donne envie de se lancer : on peut pratiquer debout, assis ou couché, c’est simple. Se pratiquant discrètement on peut aussi les utiliser au bureau ou avant une épreuve. 

Le conseil de l’auteure : établir un rituel pour pratiquer chaque jour, le matin pour se réveiller en forme, dans la journée selon les besoins  : par exemple contre le stress, contre les tensions, pour voir clair ou pour la digestion. Le soir, pour mieux dormir, un autre rituel a tester.

J’ai aimé aussi la proposition pour chaque mudra d’allier une affirmation positive et de la combiner aux images intérieures. Voilà une technique éprouvée aussi en sophrologie : je recommande.

Pour aller mieux et se faire du bien, soixante-quatre mudras à pratiquer.

Paru aux éditions Le Courrier Du Livre chez Guy Trédaniel.

Notation :

Critique de : L’homme qui avait peur de rêver de Stephanie Zeitoun

L'homme qui avait peur de rêver
L’homme qui avait peur de rêver

Résumé:
À la veille d’une compétition de golf prestigieuse, Mathieu, fils de paysan de 45 ans, y voit la possibilité de changer de vie. Alors qu’il s’endort aux côtés de la fille du président de la Fédération française de golf, il rêve de sa victoire face aux plus grands joueurs de la planète… Dans ce rêve étrange, une femme sublime se dirige vers lui, mais au moment de la saluer, il s’effondre, aveuglé tant par les flashs des photographes que par l’aura de cette mystérieuse créature onirique. Totalement inconscient, il ne perçoit que la voix sensuelle et péremptoire de celle dont la beauté l’a foudroyé : « L’amour rend aveugle ceux qui ne voient pas avec leur cœur… »
Au réveil, atteint d’une cécité inexplicable, Mathieu est à l’aube d’une transformation de vie radicale.

L’auteure :
Stéphanie Zeitoun est écrivain et journaliste spécialisée dans le bien-être et les médecines douces. Elle s’intéresse à toutes les techniques de soin du corps et de l’esprit, dans sa globalité. Elle pratique la sophrologie depuis plusieurs années.

Ma chronique :

Un bon roman de développement personnel qui distille ses messages pour s’accomplir. 
Dans ce livre, il est question d’hypnose, de sophrologie ou de psychologie positive.
Un peu caricatural au début puis heureusement cette sensation disparaît et on s’attache aux personnages.

Le héros Mathieu est un arriviste égoïste qui utilise sa fiancée pour s’élever socialement. Sa cécité brutale va provoquer un cataclysme dans sa vie.

Il se rend compte rapidement que seuls quelques fidèles le soutiennent. Sa fille va jouer un rôle important car elle croît aux médecines alternatives et va l’entraîner dans cette voie. Le docteur Milko (déjà présent dans le précédent livre) sera le détonateur qui va lui permettre de « voir » autrement les autres et lui-même grâce à l’hypnose, la sophrologie ou la visualisation positive.

Un livre au ton juste qui démontre comment ces thérapies peuvent révolutionner un être et permettre sa reconstruction.

Dans la même veine que son précédent livre : « Le Jour où j’ai appris à danser sous la pluie », à lire et méditer sans modération.

Paru aux éditions Le Courrier du livre Guy Trédaniel.

Notation :

Nancy Hajeski : 501 exercices de yoga

501 exercices de yoga
501 exercices de yoga

Présentation :

Anatomie et mouvements – 501 exercices de yoga propose un vaste éventail de postures pour énergiser votre corps, développer votre endurance et améliorer la tonicité du dos, des bras, des jambes et des muscles abdominaux. Vous découvrirez que le yoga est bénéfique pour les systèmes cardiovasculaire, lymphatique, nerveux et endocrinien, qu’il améliore la souplesse ainsi que l’équilibre et vous fait prendre conscience du potentiel de votre corps. Tous les exercices sont illustrés par des photographies et des instructions détaillées et précises. Chaque posture principale est accompagnée de planches anatomiques décrivant les muscles primaires et secondaires sollicités, ainsi que de conseils concrets pour pratiquer de manière efficace, en toute sécurité.

L’auteur :

Nancy J. Hajeski est une auteure spécialisée dans le yoga qui a publié de nombreux articles et ouvrages sur le sujet.

Mon avis :

Adepte du yoga ou débutant, chacun trouvera son bonheur dans cet ouvrage très riche.

Dans l’introduction, nous retrouvons l’histoire du yoga et les types de yoga. La suite de ce guide est composé des 501 postures : des exercices simples jusqu’à des positions plus complexes.

Un ouvrage qui permet de comprendre ce qui se passe dans notre corps et d’adopter  ainsi les postures qui vont nous faire du bien. Les photos et illustrations anatomiques aident à l’appropriation.

Le yoga, ne l’oublions pas, améliore son bien-être, réduit les facteurs de risque de certaines maladies et aide le processus psychologique de guérison du patient.

A adopter si comme moi vous êtes débutant, en pratiquant les postures de base, ou plus expert en découvrant les postures plus complexes.

Paru aux éditions Le Courrier du Livre chez Guy Trédaniel.

Notation :

Roger Clerc : La respiration

La respiration

Présentation :

Nouvelle édition revue et présentée par JEAN-PIERRE LAFFEZ, directeur de l’Académie du Yoga de l’énergie.

Le souffle… c’est la vie. Partout et toujours. Toutefois, si la physiologie respiratoire n’a plus aucun secret pour les savants occidentaux, il existe un art de respirer que les orientaux ont cultivé à un degré inimaginable. Cet enseignement tient compte de l’élément énergétique, « prana » en sanskrit, lequel est méconnu dans la physiologie respiratoire occidentale. La science des yogis pénètre dans les plans de conscience plus subtils et la respiration pranique intéresse la vie-même, dans tous les éléments qui constituent l’être humain, bien au-delà d’une perception purement intellectuelle.

L’auteur :

Roger Clercest né en 1908; installé à Montreuil en région parisienne. Il devient l’élève du docteur Marcel Viard, professeur de l’école de psychologie de Paris. Ce dernier lui apprend à se détendre, à respirer, à vivre le moment présent, à clarifier sa pensée. En 1950, roger rencontre Lucien Ferrer qui devient son maître en Yoga.Il l’initie à la connaissance des processus énergétiques de l’être humain, à la relation entre énergie et conscience spirituelle et le désigne en 1964, pour lui succéder dans la transmission de cet enseignement.

Mon avis :

Dès les premières lignes, on comprend que cet ouvrage a été rédigé par un passionné. Il écrit « tout ce que j’écris, je l’ai vécu personnellement et profondément … ». Il est issu de soixante ans d’expérience et de pratique du yoga.

Ce livre est indispensable pour un professeur de yoga, indique l’auteur et utile pour tous, c’est mon avis après lecture.

L’introduction précise que les quarante exercices présentés ici relèvent de la respiration énergétique, notion que je découvre.

J’ai été plus sensible aux quinze premiers exercices plus simples à réaliser et dont les effets sont déjà notables. J’ai particulièrement apprécié l’exercice appelé « le grand geste » qui pour l’auteur est une merveille puisqu’il étire la colonne vertébrale et développe la cage thoracique.

L’auteur insiste sur l’importance de répéter le plus souvent possible ces exercices même les plus simples.

Nous apprenons les liens entre les types de respiration et les fonctions de notre corps : la respiration basse agit sur la digestion, la respiration haute interagit avec le psychisme et la respiration moyenne est en lien avec l’émotif.

Chaque individu a sa propre respiration.

J’ai noté aussi que les employés sédentaires ont souvent une respiration faible et sous-claviculaire donc un diaphragme bloqué, en utilisant mieux leur cage thoracique, leurs soucis de dos disparaîtront.

La respiration est un moyen de transformation globale.

Ce livre, de la collection « Les essentiels » est un concentré d’informations et un ouvrage de référence.

Paru aux éditions Le Courrier du livre, Guy Tredaniel.

Pour aller plus loin, le site de l’auteur : https://m.yoga-energie.eu