Critique de : L’appel du cacatoès noir de John Danalis

L’appel du cacatoès noir

Résumé :

John Danalis a grandi avec un crâne aborigène dans son salon. C’est seulement à 40 ans qu’il comprend l’horreur de la situation. Emporté par l’élan de sa prise de conscience, John décide de tout mettre en œuvre pour restituer Mary – puisque c’est ainsi que le crâne a été affectueusement renommé –  à son peuple.

L’auteur :

John Danalis est un auteur et illustrateur australien. L’Appel du cacatoès noir est son premier récit publié en français.

Ma chronique :

Une histoire vraie incroyable : l’épopée d’un australien blanc à la recherche des origines d’un crâne, objet de décoration de la demeure familiale.

Le pitch alléchant donne envie de se lancer dans cette lecture pour partager le quotidien de cet australien qui enquête sur la tribu auquel appartient le crâne précédemment stocké dans la maison de son père. 

Rédigé sous forme de journal, nous suivons les péripéties du cheminement pour rendre ce crâne à son peuple.

J’ai rapidement été gênée par le style : trop journalistique et par l’écriture plate.

Surtout, je n’ai éprouvé aucune empathie pour les personnages, l’histoire se déroulait sous mes yeux sans que j’arrive à y croire vraiment : comment des australiens éduqués peuvent-ils être aussi ignorants sur la vie des peuples premiers après l’arrivée des colons ? Je n’ai pas réussi à rentrer complètement dans l’histoire.

Je salue néanmoins le courage de l’auteur qui a réussi sa quête tout en changeant profondément. Rendons toute leur place aux peuples originels et ne les oublions pas, telle pourrait être la leçon de cet ouvrage.

Je remercie Babelio et les éditions Marchialy pour cette lecture.

Notation :

Chronique de : L’incroyable pouvoir du souffle de Stéphanie Brillant

l’incroyable pouvoir du souffle

Présentation :

Des hommes et des femmes capables de gravir les montagnes les plus hautes sans assistance respiratoire, des sujets dépressifs qui après six semaines de pratiques intensives de yoga perçoivent les mêmes effets que sous anti-dépresseurs, des malades de Parkinson qui parviennent à contrôler leurs tremblements, des asthmatiques qui ont dit adieu à leur Ventoline, et un seul et même facteur, la maitrise du souffle. Ce livre n’est pas qu’une simple présentation des différents pouvoirs du souffle

L’auteure :

Journaliste, réalisatrice, présentatrice de télévision, productrice et conférencière, Stéphanie Brillant est également maman de deux enfants. Installée aux États-Unis, elle consacre depuis cinq ans son travail aux thématiques liées à l’éducation éclairée. Elle a réalisé le film documentaire Le Cerveau des enfants, un potentiel infini, sorti en salle en France en mai 2017, et publié chez Actes Sud Guide du cerveau pour parents éclairés (2019).

La chronique :

Un ouvrage très complet, le fruit de deux années de recherche, qui décrit tout ce que le souffle peut nous apporter. Simple mais pas si facile de bien respirer explique l’auteure.

J’ai beaucoup appris avec les explications et exercices proposés.

Le souffle est un médicament magique et gratuit à la portée de tous : « un super pouvoir » comme l’auteure le qualifie. On ne sait pas forcément bien respirer : en lisant l’ouvrage, chacun pourra s’en apercevoir.

On retiendra que l’on peut améliorer ses performances physiques et mentales d’où l’intérêt des sportifs pour la maîtrise de la respiration. La respiration agit aussi sur la mémoire, l’intuition, la coopération …

On l’a tous se constaté au moins une fois : « la respiration rend visible ce qui n’est pas conscient ».

Après les explications des premiers chapitres, sont proposés des pratiques et conseils pour faire un état des lieux de notre respiration.

En annexe, un ensemble de techniques à explorer pour se relaxer, favoriser le sommeil, soulager le corps, soulager l’esprit…

Un ouvrage réellement exhaustif, qui donne envie de faire une pause respiratoire pour aller mieux. À garder près de soi pour s’imprégner de toutes les pratiques.

Merci Babelio et les Éditions Actes Sud pour cette lecture.

Chronique de : Constellations de Sinéad Gleeson

Résumé :

Comment raconter l’histoire d’une vie à travers un corps, qui passe par divers stades, la maladie, la force, la maternité ? Comment raconter cette histoire quand on est non seulement une femme, mais une femme en Irlande ? C’est précisément ce que fait Sinéad Gleeson dans Constellations. Toute la vie se trouve dans ces pages, de la naissance au premier amour, de la gestation à la maternité, en passant par la maladie terrifiante, la vieillesse et la mort elle-même.

L’auteure :

Sinéad Gleeson est l’auteure d’essais, critique d’art et de littérature. Sinéad Gleeson vit à Dublin. “Constellations” est son premier livre. En 2019, il a été élu Livre de l’année aux Irish Book Awards et par The Big Issue.

Ma chronique :

Un livre incroyablement beau et puissant.

Les constellations, représentent le métal inscrit dans le corps de l’auteure suite à ses différentes opérations. Chaque chapitre débute par l’illustration d’une de ces constellations et toutes sont représentées sur la magnifique couverture.

Essai ou roman, il ne rentre dans aucune catégorie autant pour la forme que le fond.

Au cœur de cette histoire, on retrouve un pays l’Irlande, la place des femmes et notre héroïne. Meurtrie dans sa chair, sa vie de fillette puis de femme se poursuit malgré tout. Quelle force de caractère !

Un récit à la fois terrible et lumineux, notre cœur balance tout au long de la lecture entre l’empathie pour les souffrances endurées par l’auteure et le respect voire l’admiration pour ses combats et son amour pour ses enfants et la vie.

Ce livre, inclassable, est énergisant et réconfortant, une véritable ode à la vie.

J’ai été très touchée par la « non lettre » de l’auteure à sa fille, une magnifique déclaration d’amour.

Une pépite à découvrir aux éditions de la Table Ronde.

Notation :

Chronique de : Au tournant de la nuit de Vincent Raynaud

Au tournant de la nuit

Résumé :

Tristan a treize ans lorsqu’il assiste à son premier concert de rock, à Paris dans les années 1970. Une révélation. Plus tard, il fonde son propre groupe, La Monstrueuse Parade. Surdoué et magnétique, le chanteur connaît avec ses musiciens une ascension fulgurante. Mais les tournées usent, la drogue est partout, les dérapages se multiplient. 

L’auteur :

Vincent Raynaud dirige le domaine italien aux Éditions Gallimard. Il est par ailleurs traducteur littéraire, de l’anglais, de l’espagnol et de l’italien.

Ma chronique :

Une prose qui claque comme un morceau de batterie, un premier roman atypique, qui résonne comme un cri.

Chaque chapitre comporte une phrase et une seule, cela donne un rythme trépidant sans pause. Parfois, on a envie de reprendre son souffle mais comme le héros on continue la lecture, traversé son l’énergie.

Déjà petit, il tentait de canaliser son trop plein d’envie de bouger en multipliant les activités physiques comme l’escrime. C’est le rock qui finira par le séduire et donnera un sens à sa vie.

J’ai apprécié la transcription fidèle de l’atmosphère des années quatre-vingt et des ambiances de concert de rock mais je mettrai un bémol sur la reconstitution de la vie des personnages. Tristan et les autres traversent cette épopée sans que nous puissions vraiment nous y attacher : un peu trop de descriptif, pas d’analyse des ressentis de Tristan, cela m’a manqué.

Peut-être à cause du rythme trop rapide ? Comme la musique de Tristan ?

À découvrir aux éditions Folio.

Notation :

Chronique de : Pratiques de guérison énergétiques et spirituelles de Loan Miege

Pratiques de guérison

Présentation :

Dans cet ouvrage pratique, magnifié par les peintures de Loan Miège, vous découvrirez des outils concrets, des pistes de réflexion et de nombreux exercices pour accéder à de nouvelles voies d’épanouissement, personnel et spirituel.

L’auteure :

De formation scientifique en biologie animale, Loan Miège mena une carrière artistique dans le milieu de la mode et de la publicité, avant de s’engager sur une voie de médium-guérisseuse, suite à une expérience de mort imminente. Riche de ses nombreux voyages autour du globe, notamment en Asie, elle partage ses expériences dans l’objectif d’aider autrui et d’apporter sa participation au changement de paradigme actuel.

Ma chronique :

Un panorama très complet de pratiques énergisantes et apaisantes pour parvenir à atteindre la paix en soi.

C’est avec une grande sincérité et authenticité que l’auteur partage ses pratiques.

Ce guide est rempli d’expériences et de pratiques issues de la vie de l’auteur et de ses rencontres. Il est découpé en plusieurs parties : le mental, l’âme, le corps, la maison ou encore la conscience d’être, sur chacune, Loan livre ses conseils et des outils, comme elle les nomme, pour être en accord avec soi-même.

Il est question de décodage biologique, méditation de pleine conscience, visualisation, brain gym, vibrations, respirations et bien d’autres pratiques.

Dans les outils, j’ai aimé le « journal créatif » image de notre jardin intérieur , description de notre vie actuelle et vie rêvée et dépositaire de tous nos projets.

Cet outil est inclus dans la partie « S’aimer à l’infini », un chapitre particulièrement inspirant, positionné en fin de livre, qui donne envie de prendre soin de soi.

Le livre est beau avec de superbes illustrations et une belle mise en page.

Un ouvrage que je vous recommande.

Paru aux éditions Exergue chez Guy Trédaniel.