Critique de : J’accuse…! La vérité en marche de Émile Zola.

J’accuse ..! La vérité en marche
J’accuse ..! La vérité en marche

Présentation :
Janvier 1898. Zola est scandalisé par la tournure que prend l’affaire Dreyfus. Face au secret militaire et à la raison d’État qui empêchent tout débat public, il rédige une lettre ouverte au président de la République. Il y met en cause le grand état- major, accusé de mensonges, de parjure et de crime. Publié le 13 janvier a la une de L’Aurore, le journal de Clemenceau, sous le titre « J’accuse… ! », ce réquisitoire fait l’effet d’une bombe. Comme il l’avait prévu, Zola sera inculpé et traduit en cour d’assises. Mais, cette fois, aucun huis clos possible : ce procès la sera public. Zola sait déjà qu’il sera condamné. Du moins aura-t-il arraché le cas Dreyfus à la nuit dont s’entoure le tribunal militaire.

Ma chronique :
Un document riche et instructif : la préface d’Henri Guillemin éclaire le rôle primordial d’Émile Zola dans l’affaire Dreyfus en détaillant l’affaire du point de vue du rôle de l’auteur révolté. Si Zola perd son procès, en fait il a gagné puisque cela a poussé ses adversaires à faire des erreurs.

Zola a été le détonateur de la libération de Dreyfus même s’il ne verra jamais sa réhabilitation qui s’est passée seulement quatre ans après la mort de l’auteur.

Émile Zola dans sa préface explique qu’il a refusé les offres de publication de roman pour ne toucher aucun droit sur cette affaire. Ce sont tous les articles publiés par l’auteur qui sont réunis (préface de février 1901).

Retrouvez aussi les derniers jours d’Émile Zola dans « Assassins », mon avis paru en septembre, ici https://www.despagesetdesiles.fr/jean-paul-delfino-assassins/

Je vous recommande chaudement cet ouvrage qui combine les écrits de l’auteur et l’analyse de son biographe.
C’est très instructif.

Publié aux éditions l’Archipel collection Archidoc.

Notation :

Critique de : Cléopâtre de Alberto Angela.

Présentation :
Peu de femmes peuvent se vanter d’avoir autant marqué les esprits que Cléopâtre. La dernière reine d’Égypte antique a séduit les puissants mais a surtout fait de son nom un symbole de puissance. Alberto Angela, vulgarisateur de génie, nous entraîne sur les pas de cette femme d’exception. Dans un monde antique dominé par les hommes, elle a permis au royaume d’Égypte de connaître une expansion fulgurante. Femme de pouvoir, douée dans l’art de la négociation comme dans celui de la guerre, elle est une grande stratège et une figure incroyablement visionnaire.

L’auteur :
Alberto Angela est connu pour mettre l’Histoire à portée de tous grâce à ses émissions culturelles à succès. Son secret ? Faire revivre l’Histoire à travers les yeux de ceux qui en furent les acteurs. Il est l’auteur de nombreux best-sellers, comme Les Trois Jours de Pompéi (Payot, 2014).

Ma chronique :

Ce pavé de cinq cent pages se lit comme un roman bien que ce soit une biographie romancée.

L’auteur s’est concentré sur quatorze années : de l’an quarante quatre avant J.-C. jusqu’à l’année trente. Une période où l’on croise César, Cassius, Marc Antoine, Octavien et Cléopâtre.

Tout est minutieusement raconté, tout semble réel même si, comme le précise l’auteur, son imagination a comblé les pans de l’histoire méconnus.

N’étant pas historienne, je ne sais pas si ce récit plaira aux historiens mais pour tous les autres, le charme devrait opérer.

En fin d’ouvrage l’auteur a inséré des cartes et une bibliographie qui complètent le récit déjà bien documenté.

Ni un roman ni un livre d’histoire, entre les deux, une lecture agréable et instructive.

Paru aux éditions Harper Collins.

Notation :

Mari Fujimoto : Sagesses du Japon

Sagesses du Japon

Présentation :

Une invitation à vivre selon la sagesse japonaise

De wa, l’expression de l’harmonie universelle, à hotoke, l’hommage aux défunts, en passant par ikigai, notre raison d’être, ou kaizen, la quête d’une amélioration perpétuelle, les mots japonais révèlent un entrelacement intime de langage et de philosophie.

Compilant plus de quarante mots soigneusement choisis, Sagesses

du Japon est une initiation poétique aux valeurs et aux croyances japonaises.

L’auteure :

Mari Fujimoto dirige le département d’études japonaises au Queens Collège de New York et enseigne tous les niveaux de la langue et de la linguistique japonaises.

Mon avis :

Un beau livre rempli de zenitude : j’ai aimé les textes inspirants et les belles photos.

C’est une invitation à découvrir la philosophie japonaise au travers de quarante mots symbolisant les principales valeurs japonaises.

L’auteure, habitant aux Etats-Unis dorénavant, a voulu transmettre ces croyances japonaises pour que chacun expérimente une vision plus consciente de sa vie.

Depuis les premiers chapitres orientés vers la connaissance de soi jusqu’au dernier chapitre qui prône les liens vers les autres : toutes ces notions sont liées et forment un tout.

J’ai appris beaucoup car sur la quarantaine de mots présentés, certains seulement me sont familiers comme « ikebana », « ikigai », « Kaizen » ou « zazen ».

La présentation des différentes notions avec des haïkus, des poèmes et de très belles photos en noir et blanc concourent au plaisir de la lecture.

Pour se poser, réfléchir et s’ouvrir à la philosophie japonaise : plusieurs bonnes  raisons pour découvrir ce livre.

Un livre à s’offrir et à offrir.

Paru aux éditions Contre-Dires groupe Guy Trédaniel.

Notation :

Mungi Ngomane : Ubuntu, Je suis car tu es

Ubuntu, je suis car tu es

Présentation :

Ubuntu vient de la langue Xhosa. Ce mot désigne à l’origine une philosophie sud-africaine qui résume nos aspirations quant à un bien-être et à un bien-vivre, ensemble. Ce terme incarne la croyance en un lien humain universel : Je suis parce que tu es. Un lien profond et sincère, qui pousse à respecter chaque être humain, comme part essentielle de notre propre humanité.

En adoptant la philosophie de l’Ubuntu au quotidien, il est possible de surmonter les divisions, d’être plus forts ensemble dans un monde où les êtres bâtissent des ponts et non des murs.

L’auteure :

Petite-fille de Desmond Tutu, est porte-parole de la philosophie « Unbuntu ». Fervente défenseuse des Droits de l’Homme et de l’émancipation féminine , elle travaille en tant que consultante pour des ONG.

Mon avis :

Voici ce que nous dit Desmond Tutu, prix Nobel de la paix et grand-père de l’auteure : « Ce livre va vous ouvrir les yeux, l’esprit et le cœur sur une manière d’être au monde, qui le rendra meilleur et plus bienveillant ».

Une synthèse très juste de ce bel ouvrage que je vous conseille vivement de découvrir. Il s’agit bien de philosophie de vie et non d’un ouvrage de développement personnel même si chacun portera un nouveau regard sur la vie en lisant ces beaux textes.

Qu’est-ce que « Ubuntu » ? Cette philosophie sud-africaine englobe nos aspirations à bien vivre et à vivre ensemble. Méditer et regarder en nous-mêmes n’est pas suffisant, « Ubuntu » propose de regarder autour de nous aussi : tendre la main à nos semblables pour y puiser le réconfort, le contentement et un sentiment d’appartenance.

L’ouvrage est découpé en quatorze séquences intitulées leçons pour comprendre et s’imprégner de cette philosophie imprégnée de l’histoire sud-africaine et de la lutte contre l’apartheid. En fin de chaque séquence une mise en pratique est proposée.

Dans ces leçons il est question de dignité, de bonté, de respect, d’espoir, de lien, du pardon, de diversité, d’humour et d’écoute.

Le respect est le principe sous-jacent d’ubuntu le plus important : croire en autrui, respecter chacun et prendre soin de soi. L’auteure illustre cette notion de respect de soi-même par une anecdote arrivée à sa mère lors d’un événement important.

Le proverbe africain que j’ai préféré : « le rire fait des merveilles pour le cœur ». L’humour est une échappatoire quand il n’y a pas d’issue : là aussi, le texte est rempli d’anecdotes vécues par Desmond Tutu pendant l’apartheid.

Un ouvrage inspirant à lire, relire et à faire connaître.

Les illustrations des textes sont magnifiques, bravo à l’illustratrice.

Paru aux éditions Harper Collins

Notation :

Bruno Lallement : Tu ne peux désirer une chose et son contraire

Tu ne peux désirer une chose et cultiver son contraire

Présentation 

Nous voulons tous être heureux et pourtant nos pensées, nos actes et nos paroles s’accordent mal avec ce bonheur que nous cherchons tant.

Nous vivons dans le stress et l’agitation en espérant trouver la paix, nous polluons la planète par nos choix de consommation et voulons respirer un air pur et nous baigner dans une eau saine, nous surconsommons de la viande et sommes étonnés de voir des forêts entières disparaître, nous nous offusquons d’apprendre que les mers et les océans contiennent plus de plastique que de poissons et nous continuons à l’utiliser…

L’auteur 

Bruno Lallement, spécialisé dans les pratiques méditatives, a suivi les enseignements de nombreux maitres indiens et tibétains. Il a eu la chance de fréquenter dans l’intimité pendant plus 15 ans le maître tulku bouddhiste tibétain, Shimed Rigzin Rinpoché. Bruno Lallement fait aujourd’hui figure de référence en matière de d’accomplissement personnel et a formé des dizaines de milliers de personnes à travers le monde. Fondateur de l’association humanitaire Planète Altruiste, il est déjà l’auteur de plusieurs best-sellers.

Mon avis 

Un essai à mettre dans toutes les mains, un plaidoyer pour une vie avec davantage de cohérence et d’altruisme.

L’auteur nous explique que la cohérence est indispensable à chacun pour vivre 

harmonieusement. Rappelons nous aussi que nous sommes tous interconnectés et que notre bonheur passe par le respect des autres et de la planète.

Et si nous mettions en place une parfaite harmonie entre nos convictions et nos actes. Incarnons nos idées plutôt que de nous contenter de les défendre.

Le chapitre sur l’altruisme mentionne la méditation qui peut décupler l’altruisme indique l’auteur.

En synthèse : c’est un ouvrage qui remue et interroge, salvateur et nécessaire. 

J’ai terminé la lecture de cet ouvrage le « jour du dépassement », un signe peut-être ?

Le site de l’association de l’auteur : https://www.planete-altruiste.com/solutions/

Paru aux Éditions Leduc.


Notation :