V. Veedam C.B. Wall : Cap sur la liberté

Cap sur la liberté

Résumé 

À la fin de la Seconde Guerre mondiale, Staline exige le retour de dizaines de milliers d’exilés qui ont fui l’occupation nazie. 

Parmi eux deux Estoniens, Harry Paalberg et Voldemar Veedam, craignent que la Suède où ils se sont réfugiés ne doive renoncer à sa neutralité et ne les renvoie dans leur pays devenu territoire soviétique. Rassemblant leurs maigres ressources, ils achètent un vieux voilier de travail pour s’enfuir clandestinement vers les États-Unis. Le 10 août 1945, seize hommes, femmes et enfants appareillent à bord de l’Erma, un sloop de 11,30 mètres qui n’a jamais navigué en haute mer. Ils mettront soixante-douze jours pour atteindre Norfolk, en Virginie. 

Les auteurs 

V. Veedam est un historien estonien réfugié en Suède, employé à l’Institut suédois du travail, Voldemar Veedam refusa de regagner l’Estonie, à la fin de la seconde Guerre mondiale, tandis que Staline faisait pression sur la Suède pour que tous les émigrés rentrent chez eux après la victoire alliée. En 1945, son ami Harry Paalberg achète un voilier et, avec d’autres réfugiés, ils quittent la Suède pour les États-Unis. Veedam devint journaliste à New York.

Carl B. Wall (1907–1979), journaliste américain, fut reporter et correspondant étranger en Europe pendant la Seconde Guerre mondiale. Il rencontra Veedam en 1946, et écrivit un premier récit de la traversée d’après les carnets de l’Estonien : « La Croisière de l’Erma » parut dans le Reader’s Digest en 1947.

Mon avis

Un document passionnant qui se lit comme un roman. Je vous le conseille vivement.

J’ignorais le triste sort de ces estoniens qui ont connu le joug des allemands et des soviétiques.

Réfugiés pour certains en Suède comme nos héros, il est hors de question pour eux de rentrer chez eux pour finir en Sibérie. Ils préfèrent fuir la Suède sur un vieux bateau de soixante-dix ans et rejoindre les États-Unis. 

Nous suivons les préparatifs puis le départ avec les premiers aléas. Faire naufrage ou mourir de faim ou de soif : voilà les risques.

On se dit : quel courage !

Le récit est émouvant lorsqu’ils arrivent en Ecosse ou en Irlande et croisent des habitants généreux qui offrent du lait pour les enfants.

Ce témoignage est rempli d’humanité, l’entraide sur le bateau et la générosité de certains peuples pendant le voyage expliquent certainement la réussite de ce grand périple.

L’écriture fluide rend la lecture très agréable et les photos complètent bien ce document.

Une grande épopée à découvrir grâce à cette nouvelle édition paru aux éditions de la Table Ronde.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, merci de nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée. Merci.

Notation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.