Mai en automne de Chantal Creusot

Résumé :

Tout commence avec l’innocente Marie Granville, servante d’une riche ferme du Cotentin. L’admirable portrait de cette ingénue ouvre un roman gigogne qui se déploie de chapitre en chapitre. C’est ainsi qu’on découvre les Vuillard et les Lamaury, le procureur Darban, l’avocat Laribière et ses réceptions tristes sous l’Occupation. Au gré des folies de l’adolescence, du jeu sans fin des fiançailles, des petits et grands désastres du mariage bourgeois, on ressort bouleversé par les figures de femmes qui habitent ce roman limpide, construit par bonds et retours fulgurants, comme pour tout saisir de l’appel désespéré du désir, tandis que le bonheur se dérobe comme un rêve d’enfance.

Mai en automne
Mai en automne

L’auteur :

En clinicienne des passions humaines, Chantal Creusot se penche sur les mystères de l’état amoureux et de ses revers. Saisissant et nostalgique, proche de l’univers balzacien ou de celui de Chabrol, Mai en automne ravive tout un monde oublié qui se remet à palpiter. Cet unique roman, écrit dans la prémonition de ses dernières années, est le livre d’une vie, l’inoubliable testament romanesque d’une femme du XXe siècle.

Mon avis :

Des portraits de femmes saisissants et à fleur de peau. L’émotion nous étreint tout au long de la lecture face à ces destins désenchantés.

La construction du récit est cependant complexe car non linéaire et peut désorienter. Néanmoins, l’intérêt de l’histoire et l’attachement aux personnages nous accrochent.

En effet, on passe d’une héroïne à l’autre de manière désynchronisée tout en alternant les points de vue. L’histoire démarre avec Marie, une jeune servante, un esprit simple qui ne s’émeut jamais et semble à côté de la vie : seule dans sa maison, elle vaque à ses occupations et devient la servante de fermiers pour gagner sa vie. Une fille effacée qui parvient à devenir une présence incontournable pour la fermière, son employeur.

Autre histoire, celle de Solange, jeune fille charmante, coquette dont la vie va basculer après son mariage. Marianne, la meilleure amie de Solange se débat avec les conséquences de sa relation avec son père, un amour exclusif.

Ce sont les quatre familles de ces jeunes gens que nous suivons : fermiers, avocat, médecin ou procureur, une vie provinciale ponctuée par les mariages, naissances et histoires chuchotées. Une grande chronique familiale sur le thème de la destinée et de la fatalité avec une touche de désenchantement.

Une belle écriture très fluide, de l’émotion, un contexte historique autour de la guerre et de l’occupation rendent ce livre très attachant.

Je vous le recommande vivement.

Quelle bonne idée des éditions Zulma, cette version “poche”. N’hésitez pas, procurez-vous le.

D’autres avis : « Elle s’amusait d’un rien, riait de tout » Par Hubert Haddad

« Chantal Creusot n’écrira pas de second livre. Comme ses personnages, elle est née, elle a vécu. Elle nous laisse un roman magnifique. » Sylvie Testud — Le monde des livres.

 

 

Notation :

L’île du Point Nemo de Jean-Marie de Robles

L’auteur : Né en 1954 à Sidi-Bel-Abbès, il est l’auteur, chez Zulma, du monumental Là où les tigres sont chez eux (Prix du Roman Fnac, Prix Giono et Prix Médicis 2008), de La Montagne de minuit et du recueil de nouvelles la Mémoire de riz.

Résumé : Martial Canterel, richissime opiomane, se laisse interrompre dans sa reconstitution de la fameuse bataille de Gaugamèles par son vieil ami Holmes (John Shylock…). Un fabuleux diamant, l’Anankè, a été dérobé à Lady MacRae, tandis que trois pieds droits chaussés de baskets de marque Anankè échouaient sur les côtes écossaises, tout près de son château… Voilà donc Holmes, son majordome et l’aristocratique dandy, bientôt flanqués de Lady MacRae et de sa fille Verity, emportés – pour commencer – dans le Transsibérien à la poursuite de l’insaisissable Enjambeur Nô.

Par une mise en abyme jubilatoire, cette intrigue rebondissante vient s’inscrire dans les aléas d’une fabrique de cigares du Périgord noir où, comme aux Caraïbes, se perpétue la tradition de la lecture, à voix haute, des aventures de Jean Valjean ou de Monte-Cristo. Bientôt reprise par Monsieur Wang, voyeur high-tech, et fondateur de B@bil Books, une usine de montage de liseuses électroniques…

Mon avis :

Roman picaresque, délirant et plein de rebondissements.

Un gros livre de plus de 450 pages qui se lit vite : plusieurs histoires s’empilent et se croisent. Un livre dont la construction surprend et déstabilise parfois, ce qui a aussi piqué ma curiosité. Pas de trêve pour le lecteur, le rythme est endiablé, le style est impeccable et l’histoire incroyable. L’histoire est très difficile à raconter car tellement riche : on y retrouve notamment l’univers de Jules Verne avec des ingrédients plus modernes comme les chapitres courts.

C’est aussi une ode à la littérature célébrée à la fois au travers des grands classiques mais également évoquée avec les liseuses qui ont une place dans l’histoire.

Mon premier livre de cet auteur qualifié de baroque : je confirme.

Je me suis beaucoup amusée, l’histoire est intéressante et survoltée.

Un très bon moment de lecture.

Chapeau bas pour l’imagination de l’auteur.

Pourquoi ce titre ? Voici la définition du titre : Le point Nemo est le nom donné au pôle maritime d’inaccessibilité, c’est-à-dire le point de l’océan le plus éloigné de toute terre émergée.

Maintenant, à vous de lire le roman pour comprendre le titre …

Notation :

C’est moi qui éteins les lumières de Zoyâ Pirzâd

Résumé :

Dans un quartier préservé d’Abadan, Clarisse, l’épouse et mère de famille à travers qui l’histoire se déploie, est une femme d’une profonde humanité, intelligente, d’une simplicité de cœur qui nous la rend spontanément attachante. Par ses yeux, on observe le petit cercle qui se presse autour du foyer : un mari ingénieur à la raffinerie, fervent de jeu d’échecs et de politique, les deux filles, adorables et malicieuses jumelles, Armène, le fils vénéré en pleine crise d’adolescence, et la vieille mère enfin qui règne sur la mémoire familiale.

Pourtant la très modeste Clarisse, cuisinière éprouvée qui se dévoue sans compter pour les siens, va bientôt révéler sa nature de personnage tchekhovien, au romanesque d’autant plus désarmant qu’il se montre on ne peut plus retenu. De nouveaux voisins se manifestent en effet, une famille arménienne débarquée de Téhéran qui va très vite bouleverser l’équilibre affectif de notre femme invisible.

L’auteur :

Romancière, nouvelliste hors pair, Zoyâ Pirzâd, née à Abadan d’un père iranien d’origine russe et d’une mère arménienne, fait partie de ces auteurs iraniens majeurs qui ouvrent sur le monde l’écriture persane sans rien céder de leur singularité. Découverte par les éditions Zulma en 2007, elle a reçu en 2009, pour le “Goût âpre des kakis“, le Prix Courrier International du meilleur livre étranger. “C’est moi qui éteins les lumières“, immense succès en Iran, salué par de nombreux prix, dresse avec justesse et drôlerie le portrait d’une société patriarcale scellée par les usages et traditions des femmes.

Mon avis :

Une auteure que j’affectionne particulièrement. Cette histoire, son premier roman est superbe. Envoûtant et sensible, il retrace l’histoire d’une famille arménienne en Iran. Clarisse, l’héroïne, mère au foyer élève ses 3 enfants et s’occupe de sa maison. Bon petit soldat, elle veille au bienêtre de tous ses proches. Sa vie est partagée entre le rangement de sa maison, la cuisine et l’éducation des enfants : une parfaite femme au foyer. Son mari ingénieur, après le dîner et la télé le soir lui demande : c’est toi qui éteins les lumières ?

Les deux autres personnages proches de Clarisse sont sa mère, envahissante et autoritaire et sa sœur qui cherche l’homme idéal. A l’arrivée de nouveaux voisins, cette mécanique bien huilée va s’enrayer.

Le fils de Clarisse tombe amoureux de la petite voisine et Clarisse va s’intéresser au père de la petite voisine. Sa vie bouleversée, l’amène à se poser des questions sur sa vie, ses aspirations et donc à s’opposer à son mari. Un climat très bien rendu, des personnages attachants et une histoire tout en douceur .

Une auteure sensible qui nous dépeint si bien le quotidien de ses personnages qu’ils nous deviennent très proches.

J’ai vécu avec Clarisse et sa famille, partagé ses agacements vis à vis de son mari, sa mère et sa sœur , souri des mots de ses filles et réfléchi sur sa condition de femme.

Son investissement dans la vie de famille l’étouffe par moment. Pourquoi ne pense-t-on pas plus à moi ? Personne ne me demande ce que je pense ?

La littérature et l’amitié d’Emile l’aideront à se sentir exister mais c’est difficile pour une âme sensible et idéaliste comme Clarisse.

Un très beau livre que je recommande chaleureusement pour l’ambiance, l’écriture fluide et l’histoire.

Un grand merci aux éditions Zulma et à Libfly

http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcSEKYDCSubWoQiY2Ebs5aEHyUaNU5Q5cnzA63w0nN99UbrvkIwRuS3UETcq

 

 

Notation :