Le cahier d’Alberto de Monique Rivet

Le cahier d'Alberto
Le cahier d’Alberto

Résumé : Qui a commis ce crime ? Alberto l’ignore : accroupi dans les roseaux de la lagune de Maguelone, il n a vu qu’un soldat sans nom et sans visage abattre l’adolescent venu pêcher avec un carrelet dans l’eau malodorante du canal. Et il n a rien dit à personne. Aujourd’hui, à cet endroit même, des touristes, des familles vont à la plage, les enfants équipés de bouées multicolores, les pères chargés de parasols. Il y a un marchand de glaces sur la berge, à quelque distance du parking où l’on a laissé les voitures. Sandro est venu avec Céline, sa compagne. Il regarde les eaux du canal, il songe à ce jeune mort d’autrefois. Persuadé que les clés du drame se trouvent dans un cahier qu aurait rédigé Alberto, il se met à sa recherche avec une fièvre que Céline ne comprend pas : pourquoi ce crime fascine-t-il autant Sandro ?

 

L’auteur :

Agrégée de lettres classiques et aujourd’hui retraitée, Monique Rivet partage son temps entre la région parisienne et les Cévennes. Elle est l’auteur, entre autres, de Caprices et Variations (Flammarion), Les Paroles gelées et La Caisse noire (Gallimard).

Mon avis :

Un récit original qui retrace une quête de la vérité, à la recherche du personnage Alberto. Alberto est un personnage mystérieux qui intrigue Sandro le narrateur.

Avec sa femme Céline, ils ont emménagé dans une vieille maison de vignerons, entourés par un voisin M. Leleu qui connaît plein d’histoires sur le village et la maison de Sandro. Ils apprennent ainsi qu’Alberto, jeune homme pendant l’occupation, s’est retrouvé mêlé à un meurtre. Tout cela est-il écrit dans le cahier d’Alberto, manuscrit lu par le vieux voisin ?

Qui est Alberto ?

Comment Sandro, doux rêveur va s’emparer de cette histoire ?
Il faut se plonger dans ce texte pour le découvrir.
Moi, je m’y suis noyée : le mélange rêve et réalité m’a gênée. Du coup, dans ce récit dense et touffu, difficile de suivre l’histoire d’Alberto alors que Sandro attend ses parents ou Céline qui lui laisse des petits mots pour les courses.
Je n’ai pas adhéré avec ce mélange de genre et j’ai décroché à la moitié du livre.
Dommage car c’est bien écrit et si la forme ne vous dérange pas comme moi, peut-être y prendrez-vous du plaisir.

A tenter avec ces réserves.

Merci Libfly, Voie des Indés et l’éditeur Quidam.

Merci également à Didier K pour les nouvelles photos de Polynėsie.

 

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, merci de nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée. Merci.

Notation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.