Anosh Irani : Le colis

Le colis
Le colis

Résumé :

Madhu est une hijra : née dans un corps d’homme, amputée de ses attributs sexuels masculins, elle est une sorte de troisième sexe, ni homme ni femme. La quarantaine passée, après des années de prostitution, Madhu doit mendier pour vivre et rester auprès de sa gurumai, sa guide. Par l’entremise de cette dernière, Madame Padma, tenancière redoutée, lui confie une mission qu’elle ne peut refuser : s’occuper d’un colis. Les colis, ce sont ces fillettes, vendues par leurs familles pour devenir des esclaves sexuelles, à qui il faut faire comprendre que leur sort est scellé, qu’elles ne pourront jamais s’échapper de Kamathipura, le quartier rouge de Bombay.

L’auteur :

Né et élevé à Bombay, Anosh Irani s’est installé à Vancouver (Canada) en 1998. Il est l’auteur de plusieurs pièces de théâtre.

Mon avis :

Sombre et émouvant, un livre coup de poing qui remue.

Impossible de rester insensible à cette lecture, j’ai démarré le lecture et j’ai été happée par l’histoire. C’est dur, réaliste, raconté crûment parfois, le lecteur est emporté dans le tourbillon du récit sans concession de cette ignominie.

Madhu n’a pas le choix et doit obéir à Padma, la tenancière d’un bordel qui lui demande de récupérer un « colis », nom que l’on donne à des fillettes qui deviennent des esclaves sexuelles. La petite ne comprend pas ce qui lui arrive.

Le plus difficile à accepter : apprendre qu’elle a été vendue par sa famille, elle a été trahie par ses proches.

Madhu, qui se plie depuis des années aux demandes de Padma, n’en peut plus de toutes ces combines et trafics. Le sort de la petite la renvoie à sa propre histoire, elle a connu un sort comparable dans son enfance. Ces petites filles, les colis, sont de la viande pour les proxénètes.

L’auteur nous conte la misère de ses quartiers, la corruption chez les policiers, la déchéance de ces êtres exploités.

Tout en étant glaçant, une pointe d’espoir subsiste qui permet au lecteur de reprendre son souffle et d’aller au bout du récit. On ne sort pas indemne de cette lecture.

Notation :

Shilpi Somaya Gowda : Un fils en or

Un fils en or
Un fils en or

Résumé : Anil est un jeune Indien qui commence des études de médecine dans le Gujarat puis part faire son internat aux États-Unis. Sa redoutable mère rêve pour lui d’une union prestigieuse. Or, depuis qu’il est petit, elle le sait très proche de Leena, la fille d’un métayer pauvre. Quand celle-ci devient une très belle jeune fille, il faut l’éloigner, en la mariant au plus vite. Les destins croisés d’Anil et de Leena forment la trame de ce roman – lui en Amérique, qui est loin d’être le paradis dont il rêvait ; et elle en Inde, où sa vie sera celle de millions de femmes victimes de mariages arrangés. Ils se reverront un jour, chacun prêt à prendre sa vie en main. Mais auront-ils droit au bonheur?

 

L’auteur :

Née à Toronto au sein d’une famille originaire de Mumbai, Shilpi Somaya Gowda est diplômée des universités de Stanford et de Caroline du Nord. Elle vit aujourd’hui en Californie.

 

Mon avis :

La rencontre de la culture indienne et américaine à travers le destin de deux jeunes : une belle évocation de la société indienne. D’un côté, Anil, un jeune homme qui part au Texas faire un stage pour devenir médecin et de l’autre, Leena jeune fille qui doit se plier aux traditions. En Inde, pour aider leurs parents, les filles subissent des mariages arrangés dans lesquels les familles parlent davantage d’argent que du bonheur de leurs enfants.

Pour le garçon, il subit d’autres types de pression : seconder sa mère et remplacer son père lorsqu’il disparaît alors qu’il est aux États-Unis pour étudier.

Chacun se bat à sa manière pour combattre les préjugés et vivre sa vie librement. Bien difficile, lorsque pour une jeune fille se marier avec un inconnu, semble normal puisque ses parents l’ont approuvé. La dictature des traditions entrave le libre arbitre de ces jeunes indiennes comme Leena. Elle se demande uniquement à quel moment son mari sera satisfait d’elle : le riz sera-t-il bien cuit ? Son linge bien repassé ? Sa belle-mère sera-t-elle contente ?

Pour Anil, la vie en tant qu’émigré est bien difficile aussi au Texas. Il doit travailler encore plus dur que les autres étudiants pour y arriver.

Ses deux destins illustrent à la fois les difficultés de la condition des femmes dans les campagnes indiennes et la difficile intégration des indiens aux Etats-Unis.

Prenant et bouleversant, une grande histoire d’amour contrariée par le poids des traditions. Le lecteur est emporté par cette fresque colorée et vibrante.

Je vous recommande cette lecture.

 

Merci aux éditions Folio.

 

Notation :