Le grand Cœur de Jean-Christophe Ruffin

Résumé :

Dans la chaleur d’une île grecque, un homme se cache pour échapper à ses poursuivants. Il évoque sa vie hors du commun et tente de démêler l’écheveau de son destin. Fils d’un modeste pelletier, il est devenu l’homme le plus riche de France. Il a permis à Charles VII de terminer la guerre de Cent Ans. Il a changé le regard sur l’Orient. Avec lui, l’Europe est passée du temps des croisades à celui de l’échange. Comme son palais à Bourges, château médiéval d’un côté et palais Renaissance de l’autre, c’est un être à deux faces. Aussi familier des rois et du pape que des plus humbles maisons, il a voyagé à travers tout le monde connu. Au faîte de sa gloire, il a vécu la chute, le dénuement, la torture avant de retrouver la liberté et la fortune. Parmi tous les attachements de sa vie, le plus bouleversant fut celui qui le lia à Agnès Sorel, la Dame de Beauté, première favorite royale de l’Histoire de France, disparue à vingt-huit ans. Son nom est Jacques Cœur. Il faut tout oublier de ce que l’on sait sur le Moyen Âge et plonger dans la fraîcheur de ce livre.

Biographie de l’auteur

Jean-Christophe Rufin, médecin. voyageur, écrivain, est l’auteur de romans désormais classiques, tels que I’Abyssin, Globalia ou Rouge Brésil, prix Goncourt 2001. Il est membre de l’Académie française depuis 2008.

Mon avis

A mi-chemin entre biographie et roman, une histoire qui enchante et se lit très vite,

Jacques Cœur le héros, a eu une vie hors du commun qui relève d’un roman d’aventure. Issu d’une famille de bourgeois, Jacques rêve de l’Orient dés son enfance. Destiné à devenir pelletier comme son père, son mariage et plus exactement son beau-père, le pousseront vers un autre destin : celui d’argentier du roi.

Comment y arrive-t-il, alors qu’il n’est pas noble et vit loin de la capitale ?

Ce qui fascine dans ce roman, c’est l’ascension de cet homme, jeune et petit bourgeois, qui a l’envie d’entreprendre et de faire du commerce partout en France puis jusqu’en Orient. Son idée : développer l’échange et prêter de l’argent aux acquéreurs des biens. Après tant d’années de guerre, les finances de l’état sont presque vides, les échanges commerciaux apporteront progressivement des richesses et maintiendront la paix.

Un héros du quatorzième siècle très moderne.

L’auteur parvient à le rendre proche de nous, les autres personnages sont attachants aussi.

Au cœur du livre : la puissance monarchique face au pouvoir de l’argent; l’arbitraire d’un roi tout puissant l’emportera-t-il sur l’amitié entre deux hommes de condition différente ?

Je prends toujours beaucoup de plaisir à la lecture des romans de Jean-Christophe Ruffin grâce à sa plume magnifique. C’est un grand conteur, captivant, sachant mettre son érudition au service de ses textes.

Incontournable, je vous recommande chaudement ce magnifique roman historique.

Spéciale dédicace pour Sophie. Merci de me l’avoir offert.

 

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, merci de nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée. Merci.

Notation :

Commentaire

Répondre à 94sophie947708 Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.