Ève de Castro : Nous, Louis, roi.

Nous, Louis, roi.
Nous, Louis, roi.

Résumé :

20 août 1715. Devant le bassin de Latone, dans le fauteuil à roues qu’il ne quitte plus, Louis XIV jette de la brioche à ses carpes. Ces poissons dorés sont immortels, l’émissaire du Japon le lui a juré. Pour la première fois, il songe qu’ils lui survivront. Depuis le début du mois, il a effroyablement maigri, et malgré la chaleur, il grelotte. L’enflure de son pied gauche a gagné le mollet, les élancements le taraudent. Les médecins ont diagnostiqué une sciatique, ils ne parlent pas de gangrène, mais au fond de lui, Louis sait. Le compte à rebours a commencé. Il lui reste dix-sept jours. Dix-sept jours pour faire le bilan. Solder les comptes. Avec les hommes. Avec Dieu.

L’auteur :

Eve de Castro est l’auteur de nombreux romans historiques à succès, dont Nous serons comme des dieux (Albin Michel, 1996, prix Maurice-Genevoix), Le Roi des ombres (Robert Laffont, 2012) et Joujou (Robert Laffont, 2014). Elle a reçu le Prix des libraires et le Prix des deux magots. Eve de Castro est également journaliste et scénariste pour le cinéma (Le Roi danse) et la télévision (Rastignac ou les Ambitieux, L’École du pouvoir).

Mon avis :

Un long monologue sur les dix-sept derniers jours d’un grand roi qui a régné soixante-douze ans.

Un très grand roi, qui avec la maladie, redevient un homme. Toute sa vie, il a été un dieu vivant. Sa fonction de roi lui a fait oublier son statut d’humain mortel. Habitué à être vénéré et à dominer, son état le désespère.

Nous le suivons depuis son adolescence : il nous décrit son amour pour la musique, la danse, et son peu d’intérêt pour les études. Sa mère et Mazarin, ses deux mentors, à qui il rend hommage, vont l’aider à devenir un roi.

Une construction originale : un chapitre par journée découpé en deux parties, jour et nuit. Écrit à la première personne, ce qui renforce la proximité avec ce roi, nous sommes plongés dans la vie, à la cour de Versailles. Le texte est riche en anecdotes et très instructif.

En partageant ses derniers jours, j’ai compati à la déchéance finale de ce grand roi. L’auteure parvient très bien à nous le rendre proche et à l’humaniser.

J’ai retrouvé l’ambiance et un cadre historique très bien restitué comme dans Joujou, son précédent livre que j’ai apprécié aussi.

Un roman que je recommande.

L’objet livre est très beau aussi avec sa couverture magnifique.

 

Un grand merci aux Editions l’Iconoclaste.

Parution le 26/8/2015 pour la rentrée littéraire .

 

 

 

 

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, merci de nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée. Merci.

Notation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.