Don Miguel Ruiz : les trois questions

Présentation

Dans Les Quatre accords toltèques, Don Miguel Ruiz a présenté aux chercheurs en quête d’éveil les principes de la culture spirituelle toltèque. Dans ce nouveau livre, il interroge cette réalité à l’aide de trois questions essentielles qui sont autant d’invitations à changer de perspective, franchir un nouveau pas vers la compréhension du moi véritable et la paix de l’esprit : « Qui suis-je ? », « Qu’est-ce qui est réel ? », « Qu’est-ce que l’amour ? ».

L’auteur

Don Miguel Ruiz, né en 1952, est un auteur mexicain, chamane et enseignant. Son ouvrage, les quatre accords toltèques est un best-seller de la littérature New Age.

Mon avis :

Un livre pour se questionner, à lire doucement pour peser chaque mot, réfléchir à toutes les propositions et se réconcilier avec soi-même.

La première question fondamentale est : qui suis-je ? L’auteur remonte à nos origines et s’arrête sur le début de la vie.

L’authenticité des enfants tient du fait qu’ils relatent la vérité comme ils la perçoivent sans la juger puis en grandissant notre mental prend la main et devient le plus fort. Nous percevons la réalité avec le prisme de nos opinions et de nos peurs.

Les émotions et perceptions sont réelles alors que nos pensées dictant nos émotions ne le sont pas.

Cultivons la conscience, soyons attentifs et refusons les peurs et pensées erronées.

Autre conseil : notre corps est notre meilleur ami, nous l’oublions trop souvent.

Une écriture simple et fluide donne envie de se questionner et de cultiver sa paix intérieure.

Une belle découverte.

Paru aux éditions Tredaniel.

Stella Delmas : Méditer pour être heureux

Présentation :

Dans cet ouvrage, découvrez 50  leçons de méditation et de relaxation, des citations inspirantes et de magnifiques images d’évasion qui vous permettront d’explorer de nouvelles sensations de plénitude et de quiétude. Suivez ce parcours initiatique grâce aux 2 CD qui accompagnent le livre.

L’auteur :

Écrivaine et biographe, Stella Delmas explore aussi la méditation, la psychologie et le développement personnel pour délivrer les clés d’un mieux être.

Mon avis :

Un très beau livre à offrir ou s’offrir pour Noël. De belles illustrations, deux CD de musique et des textes en résonance avec le thème de la méditation. Un ouvrage très complet et riche d’enseignements.

Un des intérêts de ce titre c’est la démarche proposée : ce n’est pas un traité sur la méditation mais on est plutôt dans l’expérimentation. Les premières méditations sont assez courtes et peuvent se faire en écoutant l’œuvre de Mozart ou Chopin ou Bach. Chacune est aussi illustrée par une citation pour inscrire davantage la sérénité.

La deuxième partie du livre nous emmène dans la nature pour y méditer avec un CD de sons apaisants.

Enfin, troisième partie, des méditations plus longues, avec un voyage sensoriel et émotionnel : un beau programme !

En synthèse : de belles illustrations, de la musique classique (en partenariat avec Radio Classique), des méditations plus ou moins longues selon notre besoin ou nos envies du moment.

Je vous le recommande.

Paru aux éditions Larousse.

Laurent Freour : Les naufragés du navire de pierre

Les naufragés du navire de pierre
Les naufragés du navire de pierre

Résumé

En début d’après-midi, il se recroquevilla sur son navire de pierre. La petite boîte en fer d’Arthur serrée contre lui, il s’endormit. Doux souvenirs d’enfant. Il faisait la sieste sur la plage de Pointe-Noire. Puis, Malabar aboya. Le Chauffe Caillou sursauta et se redressa. Quelques mètres plus loin, penché au-dessus de l’Erdre, le chien tenait dans sa gueule un morceau d’étoffe. Il s’approcha et aperçut, coincée entre deux bateaux, une masse inerte. Un visage boursouflé dépassait de l’eau. Avec difficulté, il s’agenouilla. Deux yeux vitreux le fixaient. Brutalement, lui revint en mémoire son premier mort. Dans la rivière qui bordait la route de Conkouati au Congo, il avait déjà croisé pareil regard.

L’auteur

Laurent Fréour, ex-responsable de centre d’appels et DRH, est né à Nantes et a vécu à La Réunion. Ce livre est son deuxième roman après L’Orange Sanguine.

Mon avis

Beaucoup d’humanité dans ce livre : un thriller attachant à découvrir.

Une intrigue qui nous entraîne au cœur de Nantes aux côtés de personnages cabossés comme Chauffe Caillou qui passe ses journées sur une pierre à observer le jardin et le quai face à lui. Raphaël, son nom de baptême, a cinquante cinq ans, vit seul et n’a plus de travail après un grave accident de moto. Connu et apprécié des habitants et commerçants du quartier, Raphaël fait partie du paysage conseillant les uns et les autres. Arthur, un jeune sans-abri, est le fils qu’il n’a jamais eu, sa femme n’en voulait pas. Tous les deux sont proches et partagent leur journée.

Lorsque le jeune disparaît et qu’un noyé est découvert, J. P. V., le capitaine de police originaire de Guérande, intervient pour tenter de résoudre ces mystères. L’intrigue démarre et se corse au fil des pages. Nous découvrons la famille d’Arthur : son grand-père, une force de la nature puis sa mère qui avait disparu aussi. Le voile se lève progressivement sur les origines du jeune homme tout en éclairant l’histoire.

L’intrigue est prenante, pleine de rebondissements : c’est un bon roman policier.

Ce que j’ai surtout aimé : ce sont les personnages comme Raphaël et son grand cœur, le policier intuitif et pétri d’humanité ou Marie-Pascale la collègue policière dessinatrice passionnée de grues.

Au final, ce n’est pas un roman noir, plutôt un roman policier rempli d’espoir.

Je vous recommande cette lecture, un roman paru chez Incartades Éditions.

Notation :

Martha Batalha : Un château à Ipanema

Un château à Ipanema
Un château à Ipanema

Résumé :

Rio de Janeiro, 1904. Johan Edward Jansson arrive à Rio en tant qu’ambassadeur de Suède au Brésil. Lui et sa femme, l’exotique et sensible Birgit, s’installent et commencent à transformer la petite station balnéaire d’Ipanema en une des destinations les plus prisées au monde. Par amour pour cette ville, Johan fait construire un château au bord de l’eau. La magnificence et les mystères d’Ipanema prennent vie. Dès lors, Ipanema deviendra la ville de toutes les excentricités. De Birgit, hantée par des voix dans sa tête, à Álvaro Alvim, un médecin célèbre rongé par les conséquences de ses expériences, et sa fille Laura, une petite-bourgeoise qui se rêve actrice, tous gravitent autour de la lumineuse famille Jansson.

L’auteur :

Martha Batalha est une journaliste, éditrice et écrivaine brésilienne. Son premier roman, Les Mille Talents d’Eurídice Gusmaõ, est paru chez Denoël en 2017 et au Livre de Poche en 2018.

Mon avis :

Une grande fresque qui couvre cent ans de l’histoire du Brésil, j’ai été emballée surtout par le premier tiers du livre.

J’ai donc suivi avec grand intérêt toute la première partie de ce roman : un suédois embarque sa femme et rejoint le Brésil pour prendre un poste d’ambassadeur. Nous sommes au début du vingtième siècle, la famille se réfugie à Ipanema, petite bourgade tranquille avec des plages magnifiques. L’histoire de cette famille est décrite avec tout le talent de conteuse de Martha Batalha : immersion complète dans ce Brésil du début du vingtième siècle où règne l’indolence, le début des grandes fêtes très cosmopolites.

Dans la suite de cette histoire complexe, se déroulant sur plusieurs générations, nous suivons les descendants des suédois qui se retrouvent dans un pays très contrasté : ils croisent à la fois des indiens en Amazonie ou des militaires dictateurs et violents.

Pendant ce temps-là, les femmes découvrent la « télé novella ».

En synthèse un roman agréable, moins fluide que le premier récit de Martha Batalha, on se perd un peu avec les multiples personnages dès le milieu du livre. Les portraits de femmes sont, eux, très réussis, elles sont si touchantes.

A découvrir pour se plonger dans l’histoire du Brésil.

Paru aux Éditions Denoël traduit du portugais (Brésil) par Diniz Galhos

Notation :

Gian Luca Farinelli et C. Frayling : La révolution Sergio Leone

La révolution Sergio Leone
La révolution Sergio Leone

Présentation :

Co-écrit par Gian Luca Farinelli et Christopher Frayling, biographe attitré de Sergio Leone, l’ouvrage réunit des écrits du cinéaste, des textes critiques sur son œuvre, des entretiens avec certains de ses plus proches collaborateurs ainsi qu’une filmographie exhaustive. Il sera complété de documents issus des collections de la Cineteca et autres images illustrant le travail du réalisateur.

L’auteur :

Né en 1963, Gian Luca Farinelli entre dès 1984 à la Cineteca di Bologna. Il crée en 1986 le festival Il Cinema Ritrovato, dont il est aujourd’hui encore le directeur avec Peter von Bagh. En 2001, il devient directeur de la Cineteca di Bologna. Il a produit deux documentaires : Antonioni su Antonioni (2007) sur le réalisateur italien, et Terra madre (2009).

Mon avis :

Un beau livre, catalogue de l’exposition « Il était une fois Sergio Leone » à la cinémathèque française : à s’offrir et à glisser au pied du sapin.

J’ai visité l’exposition en parallèle de la lecture du livre et découvert l’univers de Sergio Leone : ses influences cinématographiques comme Kurosawa, son goût de la littérature (les grandes fresques) et la peinture (Degas ou Hopper). J’ai aussi appris comment Leone et Morricone se sont rencontrés.

Dans le livre très riche (cinq cent pages) on retrouve toute son histoire : son enfance avec des photos, la genèse de ses films avec de très belles photos, des affiches, des témoignages de ses collaborateurs et entretiens avec des acteurs. Ceux qui se sont inspirés de ce grand cinéaste comme Martin Scorsèse s’expriment également.

Cinquante ans après la sortie du film « Il était une fois dans l’ouest », ce bel hommage donne envie de revoir ses films et de s’immerger dans son monde.

Un livre richement illustré publié aux éditions de la Table Ronde.

Retrouvez l’exposition jusqu’au 28 janvier 2019 à la Cinémathèque française.

Notation :