Marie-France et Emmanuel Ballet de Coquereaumont : Les rituels de l’enfant intérieur

Rituels de l’enfant intérieur

Résumé :

Votre enfant intérieur est la mémoire de votre vécu enfantin. Il demeure présent en vous quel que soit votre âge. Vivre avec son enfant intérieur, c’est renaître au monde par l’expérience, le ressenti émotionnel et sensitif, l’intuition, le langage symbolique et l’imaginaire.

Les rituels font partie du processus d’intégration de l’enfant en soi. Ces actions métaphoriques et symboliques modifient la perception de soi, de l’autre

et du monde.

Les auteurs

Marie-France et Emmanuel Ballet de Coquereaumont sont psychopraticiens d’inspiration jungienne, spécialistes renommés de l’enfant intérieur dans la lignée des travaux d’Alice Miller et de John Bradshaw. Ils ont créé la méthode et les groupes d’épanouissement personnel Coeur d’enfant en 1990.

Mon avis :

Pour une fois, après l’introduction, je suis passée directement à l’annexe qui présente l’historique du concept de l’enfant intérieur.

Voici un extrait de la définition d’un des auteurs « c’est une manière d’appréhender le monde par l’expérience, le ressenti émotionnel et sensitif, l’intuition, le langage symbolique et l’imaginaire ». Pour expliquer l’origine de ce concept, les auteurs évoquent Jung, Éric Berne avec l’analyse transactionnelle et plus récemment Richard Schwartz ou Peggy Pace.

Je vous rassure, l’ouvrage n’est pas que théorique et pour éclairer leur propos, des témoignages issus de leur démarche thérapeutique sur l’enfant intérieur éclairent le lecteur. Des cas concrets sont présentés pour lesquels des prises de conscience s’opèrent. Par exemple, ce qui est nommé « abandonner sa conviction figée » : c’est une croyance négative de soi-même issue souvent de traumatismes de la petite enfance, en libérant un enfant intérieur prisonnier de ces sentiments toxiques, sa véritable nature peut se révéler.

J’ai apprécié aussi les méditations comme la toute première « la respiration de l’enfant intérieur » pour installer naturellement le calme intérieur (à écouter avec le CD fourni).

J’ai aussi été sensible aussi au paragraphe sur la respiration consciente pour vivre mieux de fortes émotions.

Vous trouverez bien d’autres pistes pour renouer avec votre enfant intérieur en parcourant ce guide.

Paru aux éditions Le Courrier du livre.

Notation :

Christophe Ferré : Mortelle tentation

Mortelle tentation

Résumé :

Depuis que le crime a fait la une des journaux, Alexia est sans nouvelles de son mari, parti quelques jours plus tôt marcher en solitaire dans ce coin sauvage des Pyrénées.

D’abord inquiète à l’idée que Peter ait pu croiser la route de l’assassin, Alexia en vient peu à peu à suspecter l’homme qui partage sa vie depuis vingt ans.

L’auteur :

Grand Prix de la nouvelle de l’Académie française, Christophe Ferré est romancier et auteur dramatique. Il a écrit plusieurs romans avant de se tourner vers le suspense. On lui doit La Révélation de Chartres (Salvator, 2015, 20 000 ex toutes éditions confondues) et La Petite Fille du phare (L’Archipel, 2018), en cours d’adaptation pour la télévision.

Mon avis :

Un très bon thriller français.

L’auteur nous place dans la tête d’Alexia qui n’a plus de nouvelle de son mari et découvre rapidement qu’il a pu être au mauvais moment au mauvais endroit.

J’ai été baladée tout au long de cette histoire. L’intrigue se complexifie à chaque chapitre. Les chapitres sont courts donc beaucoup de rebondissements.

Je plaignais Alexia qui apprend de jour en jour des nouvelles de plus en plus catastrophiques. L’auteur n’a aucune pitié pour elle : la route sera longue et difficile.

C’est bien ficelé et très prenant : un bon second roman.

Je découvre cet auteur, cela donne envie de lire son premier ouvrage.

Lisez-le et dites-moi ce que vous en avez pensé.

Paru aux éditions L’Archipel

Notation :

Karine Caunegre : La sophrologie, une femme, une vie

La sophrologie, une femme, une vie

Résumé

La sophrologie peut-elle changer notre vie ?

Petite fille dotée d’une grande sensibilité, Karine Caunegre ne comprend pas le monde qui l’entoure. Cette difficulté à trouver sa place la poursuit à l’âge adulte : problèmes familiaux non résolus, échecs sentimentaux, soucis de santé, ennuis financiers à répétition… Le destin s’acharne et semble l’amener vers une finalité bien sombre. Elle décide alors de se battre.

Et la sophrologie va littéralement la sauver ! Une transformation s’opère ; sa vie ne sera jamais plus comme avant.

L’auteur :

Karine Caunegre vit à Bordeaux. Exerçant dans le domaine commercial, son attrait pour les techniques de bien-être l’ont conduite à passer le diplôme de sophrologue. Elle fait aujourd’hui profiter son savoir-faire thérapeutique essentiellement auprès d’associations.

Mon avis :

Ce livre est très émouvant, le chemin de vie de cette femme force l’admiration.

Voici un témoignage saisissant d’une vie fracassée qui finira par rebondir. Ce n’est pas un guide de développement personnel. C’est encore plus fort puisque l’auteur démontre que la sophrologie et d’autres pratiques comme le reiki vont la faire renaître.

Elle nous raconte son cheminement qui l’a conduite à mettre de côté ses graves problèmes et acquérir une clairvoyance véritable électrochoc.

La découverte de la sophrologie sera le point de départ pour se défaire du poids familial et renaître.

Au fil de ses apprentissages, Karine découvre la sophrologie, l’auto suggestion, la loi de l’attraction, la kinesiologie et le zazen. Elle nous décrypte ces pratiques en détaillant davantage les exercices de sophrologie et la visualisation.

Tout ce cheminement l’amène vers un mieux être : une véritable transformation.

Un livre porteur d’espoir qui met à l’honneur la sophrologie.

À découvrir.

Paru aux éditions Marie Claire.

Notation :

Emma Cline : Los Angeles

Résumé :

Los Angeles

Alice rêve d’être actrice, comme la moitié des filles de Los Angeles. Elle occupe une chambre sordide qu’elle paie en vendant des vêtements de mauvaise qualité pour une marque de prêt-à-porter. Lorsque sa mère cesse de financer ses cours de théâtre, Alice panique…

L’auteure :

Emma Cline est née en Californie. Ses écrits de fiction ont paru aux Etats-Unis dans Tin House et The Paris Review. Elle est la lauréate du prix Plimpton 2014. The Girls est son premier roman dont les droits ont été achetés par le producteur Scott Rudin. Il sera publié dans 34 pays étrangers. 

Mon avis :

C’est court et percutant : à lire.

Emma a un talent particulier pour nous embarquer au cœur de son sujet et au plus près de ses personnages. Très vite, nous partageons le quotidien glauque d’Alice seulement  éclairé par ses cours de théâtre. 

Alice est à la fois déterminée et fragile; après que sa mère décide de ne plus l’aider pour ses cours, sa vie bascule.

J’ai très peu posé le livre : l’écriture acérée et l’intrigue nous tiennent en haleine sur les quarante pages : bravo Emma.  La fin m’a déstabilisée, et vous ?

Ce livre fait partie de la nouvelle collection intitulée « La nonpareille », ce qui signifie « nom donné à l’un des plus petits corps typographiques « 6 pots » et c’est aussi une collection de nouvelles inédites.

Trois titres y sont parus dont celui-ci. 

Pour le prix d’un magazine, lisez une nouvelle.

Paru aux éditions de la Table Ronde.

Notation :

Mari Fujimoto : Sagesses du Japon

Sagesses du Japon

Présentation :

Une invitation à vivre selon la sagesse japonaise

De wa, l’expression de l’harmonie universelle, à hotoke, l’hommage aux défunts, en passant par ikigai, notre raison d’être, ou kaizen, la quête d’une amélioration perpétuelle, les mots japonais révèlent un entrelacement intime de langage et de philosophie.

Compilant plus de quarante mots soigneusement choisis, Sagesses

du Japon est une initiation poétique aux valeurs et aux croyances japonaises.

L’auteure :

Mari Fujimoto dirige le département d’études japonaises au Queens Collège de New York et enseigne tous les niveaux de la langue et de la linguistique japonaises.

Mon avis :

Un beau livre rempli de zenitude : j’ai aimé les textes inspirants et les belles photos.

C’est une invitation à découvrir la philosophie japonaise au travers de quarante mots symbolisant les principales valeurs japonaises.

L’auteure, habitant aux Etats-Unis dorénavant, a voulu transmettre ces croyances japonaises pour que chacun expérimente une vision plus consciente de sa vie.

Depuis les premiers chapitres orientés vers la connaissance de soi jusqu’au dernier chapitre qui prône les liens vers les autres : toutes ces notions sont liées et forment un tout.

J’ai appris beaucoup car sur la quarantaine de mots présentés, certains seulement me sont familiers comme « ikebana », « ikigai », « Kaizen » ou « zazen ».

La présentation des différentes notions avec des haïkus, des poèmes et de très belles photos en noir et blanc concourent au plaisir de la lecture.

Pour se poser, réfléchir et s’ouvrir à la philosophie japonaise : plusieurs bonnes  raisons pour découvrir ce livre.

Un livre à s’offrir et à offrir.

Paru aux éditions Contre-Dires groupe Guy Trédaniel.

Notation :