Coco Brac de la Perrière : Tout est sérieux mais rien n’est grave

Tout est sérieux mais rien n'est grave
Tout est sérieux mais rien n’est grave

Présentation :

 

À la fois au four et au moulin, au bureau et à la maison (et… à la salle de sport, avec ses amis), nous finissons par perdre de vue l’essentiel : nous-mêmes. Fort heureusement, être déconnecté de soi et des autres, cause d’une grande partie de nos maux, n’est pas incurable. Grâce à une centaine de témoignages, Coco Brac de la Perrière a listé les 150 problèmes les plus fréquemment rencontrés – stress, pensées négatives, addictions, angoisses, difficultés relationnelles… – et expose au fil de ces pages toutes les solutions pour s’en débarrasser : exercices de respiration, méditation, astuces personnelles, anecdotes ou encore adresses indispensables, elle livre à son lecteur les clés de la reconquête de la sérénité. Pour que, par de petits gestes, de minuscules révolutions, une nouvelle dynamique voie le jour.

 

L’auteur :

Coco Brac de la Perrière est maitre de conférence à l’ESCP Europe sur le leadership & la pleine conscience. Elle a passé trois ans en mission en Birmanie, qui lui font découvrir la méditation. Elle devient Instructeur MBSR (Mindfulness based on Stress réduction) afin de concilier efficacité́ et sérénité́ au travail.

 

 

Mon avis :

Coco nous démontre qu’il est dangereux pour notre santé de se “prendre la tête”.

Lâcher prise, vivre l’instant présent et positiver : un bon tiercé gagnant.

Les différentes situations de stress sont analysées puis l’auteur propose une méditation guidée, des astuces et une adresse pour aller plus loin ( le nom d’un thérapeute ou une association).

Un guide à ouvrir selon son humeur pour glaner un conseil précis où à parcourir pour découvrir la palette d’outils thérapeutiques qui peuvent nous aider.

Bien fait, de la légèreté et des conseils avisés : une lecture agréable.

À offrir à ses copines !

 

Merci à NetGalley et aux Éditions Fayard.

 

Notation :

Donna Leon : Brunetti entre les lignes

Brunetti entre les lignes
Brunetti entre les lignes

Résumé : En ce maussade lundi de printemps, le commissaire Guido Brunetti pensait n’avoir rien d’autre à faire que de lire des rapports, quand il reçoit soudain un appel fiévreux de la directrice d’une prestigieuse bibliothèque vénitienne. Plusieurs livres anciens et de grande valeur ont été endommagés, d’autres ont même disparu. Les employés soupçonnent un chercheur américain venu à plusieurs reprises consulter les livres, mais pour Brunetti, quelque chose ne colle pas. Prenant l’affaire en main, le commissaire commence par enquêter sur les visiteurs réguliers de la bibliothèque et en conclut que le voleur n’a pas pu agir seul. Mais quand l’un des suspects est retrouvé mort chez lui, l’affaire prend une tournure beaucoup plus sinistre. Brunetti se retrouve immergé dans le monde sombre et secret du marché noir de livres antiques.

 

L’auteur : Née dans le New Jersey, Donna Leon vit depuis plus de trente ans à Venise, ville où se situent toutes ses intrigues. Les enquêtes du commaissaire brunetti ont conquis des millions de lecteurs à travers le monde et ont toutes été publiées en France aux éditions Calmann-lévy.

 

Mon avis :

Quand on aime Venise, on est forcément fan de Donna Leon qui vous transporte au cœur de cette formidable ville dans toutes ces enquêtes.

C’est toujours un moment magique. À chaque fois je suis sous le charme. Bien sûr, le personnage de Brunetti y est pour beaucoup : un policier intègre, bon père de famille, époux modèle et au grand esprit d’équipe. Comme toujours une intrigue bien ficelée, et avant tout une ambiance : le lecteur se promène dans Venise avec le commissaire, sur le Grand Canal, dans les ruelles vénitiennes et dans une prestigieuse bibliothèque.

Roman d’atmosphère sans hémoglobine, qui vaut surtout pour ses descriptions de la Sérénissime et pour le bon sens de déduction de Brunetti.
En résumé : une belle enquête dans un décor grandiose.
N’hésitez pas.

Merci aux éditions Calmann-lévy et à NetGalley.

Notation :

Philippe Claudel : L’arbre du pays Toraja

L'arbre du pays Toraja
L’arbre du pays Toraja

Résumé :

Un cinéaste au mitan de sa vie perd son meilleur ami et réfléchit sur la part que la mort occupe dans notre existence. Entre deux femmes magnifiques, entre le présent et le passé, dans la mémoire des visages aimés et la lumière des rencontres inattendues, L’Arbre du pays Toraja célèbre les promesses de la vie.

L’auteur :

Écrivain traduit dans le monde entier, Philippe Claudel est aussi cinéaste et dramaturge. Il a notamment publié aux éditions Stock Les Âmes grises, La Petite Fille de Monsieur Linh, Le Rapport de Brodeck. Membre de l’académie Goncourt, il réside en Lorraine où il est né en 1962.

 

Mon avis :

Un roman sensible à déguster en prenant son temps.

Le titre nous est expliqué dès le départ : une étonnante coutume d’une peuplade en Indonésie qui dépose les enfants morts aux pieds des arbres, ils sont comme absorbés ensuite par ces arbres.

Ce roman ou récit nous parle de l’amitié, l’amour et la mort.
Une belle réflexion sur notre vie et son sens quand le deuil nous touche de près.
Les questions que l’auteur pose :

Qu’est-ce qui fait qu’on est pleinement vivant ?
Comment lutter et continuer à vivre après la disparition de proches ?
Sensible et émouvant : un beau texte à savourer et méditer.

Merci à NetGalley et aux éditions Stock.

Notation :

Jean-Louis Fournier : Ma mère du Nord

Ma mère du Nord
Ma mère du Nord

Résumé :

Petit, chaque fois que j’écrivais quelque chose ou faisais un dessin, j’avais besoin de le montrer à ma mère pour savoir si c’était bien. Qu’est-ce qu’elle penserait aujourd’hui de ce que je suis en train d’écrire sur elle ? Je suis inquiet. Elle doit en avoir assez qu’on parle de son mari alcoolique. Ne pas avoir envie qu’on parle d’elle, la discrète, la réservée, de ses maladies imaginaires, de sa tristesse. Va-t-elle savoir lire entre les lignes, comprendre que ce livre est une déclaration d’amour ? Que j’essaie de me rattraper, moi qui ne lui ai jamais dit que je l’aimais, sauf dans les compliments de la fête des Mères dictés par la maîtresse.

L’auteur :

Jean-Louis Fournier est l’auteur chez Stock d’une série de récits personnels dont la plupart ont connu un grand succès critique et public : Il a jamais tué personne, mon papa, Où on va papa ? (prix Femina 2008),Poète et paysan, Veuf, La Servante du Seigneur (2013)

Mon avis :

Bouleversant, l’auteur livre un magnifique hommage à sa mère.

Sensible et émouvant avec une pointe d’humour et beaucoup de tendresse tels sont les ingrédients du dernier roman de Jean-Louis Fournier. Après son père, ses garçons, sa femme et sa fille, voici le portrait de sa mère.

Mariée à vingt ans à un médecin charmeur, elle attend tout de la vie. Cultivée, belle femme et toujours gaie, le mariage va la transformer radicalement. Son mari n’est pas l’homme joyeux et tendre auquel elle avait dit oui. Il est alcoolique, chaque soir il rentre tard de ses consultations et parfois tellement soûl qu’il dort dans sa voiture devant la maison. Il préfère rester dans les bars avec ses copains, dépenser le peu qu’il gagne plutôt que de retrouver sa famille. Quelle amertume et déception pour Marie-Thérèse qui a renoncé au piano et lit peu car il faut trouver un travail pour nourrir toute la famille.

Jean-Louis Fournier nous brosse le portrait d’une femme courageuse qui lutte pour ses enfants et tente de sauver son mari.

Un livre court, découpé en petits chapitres et parsemé de témoignages des petits enfants. On retrouve aussi son phrasé savoureux et son humour.

Un témoignage touchant.

Je vous le conseille.

Merci aux Editions Stock et à NetGalley.
wpid-Photo-20150906114042532.jpg

 

Notation :

Emilie Frèche : Un homme dangereux

Un homme dangereux
Un homme dangereux

Résumé :

” – Maintenant que tu as vraiment quitté ton mari, on va pouvoir parler. Je veux que tu deviennes ma femme. Je t’aime, je veux vivre avec toi, mais avant, il faut que tu laisses tes enfants.
– Pardon ?
– Je suis sérieux. Il faut que tu les laisses à leur père, je te dis ça pour leur bien. Elles seront très heureuses avec lui ; ils partiront vivre en Israël, ce sera beaucoup plus simple, et tu iras leur rendre visite pour les vacances.
– T’es complètement malade.”

 

L’auteur :
Émilie Frèche est romancière. Elle est l’auteur, entre autres, de Deux étrangers (prix Orange 2013 et prix des lycéens d’Île-de-France 2013).

 Mon avis :

Ce livre m’est tombé des mains et je n’ai pas réussi à adhérer à l’histoire.

Voilà, j’ai osé le dire : j’ai été vraiment déçue car des premiers retours de blogueurs m’ont incitée à me procurer ce roman.

Pourquoi ce sentiment ? Un mélange de genres qui perturbe et embrouille le lecteur.

On y trouve à la fois un pamphlet contre l’antisémitisme – qui témoigne de l’ambiance actuelle et du sentiment des juifs face à cette situation – et une histoire de d’amour ou plutôt de domination entre deux écrivains.

C’est ennuyeux aussi et très long dans la deuxième partie.

La colère de l’écrivain déborde et nous étouffe.

Néanmoins, la plume est acérée et précise : donc à vous de décider maintenant !

Merci aux Editions Stock et à la plateforme NetGalley

 

NetGalley_Logo

wpid-Photo-20150906114042532.jpg

Notation :