Anne Akrich : Il faut se méfier des hommes nus

Il faut se méfier des hommes nus
Il faut se méfier des hommes nus

Résumé : Qui ne rêverait pas de partir pour Tahiti sur les traces de Marlon Brando ?Mêlant habilement les formes du biopic et du thriller, Anne Akrich déconstruit avec délectation le mythe du jardin d’Éden. “Si Dieu ne s’était pas mis en tête de planter ce foutu jardin en Éden, on n’en serait pas là. Si, au milieu de ce jardin, Il n’avait pas fait pousser l’arbre de la connaissance, la femme n’aurait pas croqué dans le fruit et ne l’aurait pas tendu à l’homme. Tout le monde serait resté nu. On aurait continué à cultiver sagement la terre et à dompter les fleuves. Si l’homme-poussière et la femme-côtelette n’avaient pas entrepris de se venger en lançant la rumeur de l’Éden, leurs descendants n’auraient pas eu cette idée fixe : retrouver le jardin ! Ils n’auraient pas construit de beaux bateaux pour partir à sa recherche. Ils n’auraient donc jamais trouvé Tahiti, ni ne l’auraient baptisée ainsi : Paradis perdu. S’il n’avait pas été perdu, personne n’aurait songé à le retrouver.

Pas même Marlon Brando.”


L’auteur :

Née à Paris en 1986, Anne Akrich est d’origine polynésienne et tunisienne. À l’âge de douze ans, elle part pour Tahiti ou elle passera toute son adolescence avant de retrouver la capitale et de poursuivre des études de littérature à la Sorbonne. Elle a commencé un doctorat sur les adaptations cinématographiques d’À la recherche du temps perdu, l’a interrompu pour aller à New York écrire le scénario d’un long métrage de fiction avec Jerry Schatzberg, et de retour à Paris, s’est lancée dans l’écriture de son premier roman, Un mot sur Irène.


Mon avis :

Dans sa biographie, Brando nous dit qu’il a toujours été attiré par Tahiti, à l’âge de 5 ans il découvre ces îles dans un magazine. Dès lors il fera tout pour s’y rendre.

Ce livre donne une vision différente de l’image classique du paradis : l’envers du décor. Vous n’aurez pas envie de mettre les pieds à Tahiti après cette lecture : débordements liés à la drogue et à l’alcool, nonchalance des polynésiens, chaleur insupportable. Un peu caricatural à mon sens.

Une jeune femme, prénommée Cheyenne, est embauchée pour écrire un scénario sur Brando. Le projet s’appelle “Brando au paradis”. Raconter comment la star est tombée sous le charme de Tahiti et de Tarita, l’héroïne des Révoltés du Bounty.

Cheyenne retrouve son île natale, Tahiti, pour écrire ce scénario.

L’auteur entremêle l’histoire de Cheyenne la scénariste avec la vie de Brando et notamment la rencontre avec la polynésienne Tarita.

Une langue qui claque, sèche avec des phrases courtes parfois agrémentées de mots familiers, j’ai moins aimé. Pas de la grande littérature.

Par contre les mots tahitiens les plus courants y sont comme “fiu”, les polynésiens aiment dire “je suis fiu” ce qui veut dire je suis las, envie de rien.

Un livre intéressant, j’ai apprécié la restitution de la vie de la star au travers de son aventure avec Tarita mais j’ai moins aimé l’écriture et pas ressenti d’empathie pour les protagonistes. Une lecture qui ne m’a pas complètement emballée.

 

Merci à Babelio et aux Éditions Juilliard.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, merci de nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée. Merci.

Notation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.