Boléro de Michèle Lesbre

Résumé :

 

Dans l’euphorie du début des années soixante et sur fond de guerre d’Algérie finissante, une gamine, Emma, découvre le cinéma, l’amour fou, la réalité du monde et la mort. La musique entêtante du Boléro de Ravel rythme les deux étés à la campagne pendant lesquels Gary Cooper et Marilyn, plus vrais que la vraie vie, le disputent à Fred et Paul, ses Jules et Jim, sous la bienveillante protection de Gisèle, leur initiatrice et leur mentor. Bien des années plus tard, alors qu’Emma est solitaire et perpétuellement en quête d’un emploi, le passé resurgit, évoqué une fois encore par la musique du Boléro qui ravive les blessures de la guerre d’Algérie. Avec ce portrait tout en nuances d’une adolescente qui s’ouvre à la conscience du monde, et de la femme qu’elle est devenue, Michèle Lesbre, comme dans ses précédents romans, porte un regard subtil sur une vie en apparence ordinaire, une de ces trajectoires singulières qui ancrent l’écriture dans le réel.

Biographie :

Certains ouvrages de Michèle Lesbre ont été récompensés par la critique : Le Canapé rouge (finaliste du prix Goncourt, prix Pierre-Mac-Orlan, prix Millepages 2007), La Petite Trotteuse (prix des libraires Initiales Automne 2005, prix Printemps du roman 2006, prix de la ville de Saint-Louis 2006). L’auteur a été nommée chevalier dans l’Ordre des Arts et des Lettres en janvier 2010.

J’affectionne particulièrement cette auteure et je suis toujours sous le charme de ces textes.

Pourquoi cet engouement ?

Pour son art de dépeindre le quotidien des gens ordinaires avec une plume extraordinaire.

L’héroïne, Emma, solitaire, sans homme et sans boulot se cherche et traverse la vie avec une impression d’être différente et détachée de tout. Ses souvenirs la ramènent à ce dernier été passé chez Gisèle alors que ses parents sont partis en vacances au bout du monde. Chez Gisèle, elle vit librement avec ses deux copains, écoute beaucoup le boléro de Ravel et profite des joies de la campagne. Sa vie est rythmée aussi par le cinéma, passion de Gisèle. Petit à petit, le lecteur découvre que la vie d’Emma a été profondément affectée par ce dernier été avec Gisèle. Je n’en dirai pas plus, je vous laisse le plaisir de découvrir cette histoire.

Ce roman est délicat et profond.

L’écriture est poétique, fluide et sensible. L’originalité de ses textes réside aussi dans leur construction, parsemés de références littéraires et de citations . Pour Boléro, les citations sont des dialogues de films, puisque Gisèle est passionnée de cinéma. Des dialogues de Marilyn, Gary Cooper ou Gary Grant selon les circonstances.

Ces textes sont toujours trop courts, je ne les oublie pas et je savoure d’avance le moment où j’ouvrirai un autre de ses romans.

Je vous invite à en faire autant.

Voir aussi ma chronique de “Écoute la pluie”.

 

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, merci de nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée. Merci.

Notation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.