Critique de : Sonate pour Haya de Luize Valente

Sonate pour Haya

Résumé :
Lisbonne, 1999. Amalia, une jeune portugaise, ignore tout de sa famille paternelle et n’ose pas questionner son père à ce sujet. Quand elle surprend une conversation concernant son arrière-grand-mère allemande, Amalia décide de partir pour Berlin afin de la rencontrer. Dépositaire du passé familial, cette femme centenaire lui lègue une partition intitulée Sonate pour Haya en plus de nombreuses révélations, avant de quitter le monde paisiblement.

L’auteure :
Née à Rio, Luize Valente est passionnée d’histoire. Elle est journaliste et réalisatrice de documentaires. Sonate pour Haya, son premier roman traduit en français, est un best-seller au Brésil.

Ma chronique :
Un livre bouleversant que j’ai adoré. 
L’histoire est tellement émouvante et prenante que j’avais beaucoup de mal à me détacher du livre. J’ai terminé cette lecture il y a quelques jours et elle me hante toujours.
Lorsque j’ai découvert, en fin de livre, que l’auteure s’est inspirée de faits réels, j’ai été d’autant plus émue.

Amalia part à la recherche de la vérité dans un passé qui la conduit entre le Portugal, Berlin et Rio. Ce passé est douloureux puisqu’il est question de la Shoah. La rencontre avec son aïeule centenaire qui vit toujours à Berlin est le détonateur de sa quête de la vérité. À Rio, le passé remonte à la surface progressivement : l’auteure alterne les chapitres qui déroulent le passé allemand au moment de la seconde guerre mondiale et l’époque contemporaine d’Amalia. 

Le passé se dévoile petit à petit, j’au tourné les pages rapidement, avide de connaître la suite pour comprendre les liens entre ces personnages du passé et cette famille installée à Rio.
L’écriture fluide et le découpage du livre sont addictifs et l’histoire est vraiment bouleversante.

À découvrir absolument ! À offrir pour les fêtes ou à s’offrir.

Paru aux éditions Les Escales.

Notation :

Miguel Rocha : Le dernier pape

Le dernier pape
Le dernier pape

Résumé : 29 septembre 1978 : le pape Jean-Paul Ier est retrouvé mort dans son lit, trente-trois jours après son élection. Officiellement, il a succombé à un infarctus. Le secrétaire général du Vatican empêche toute autopsie et précipite l’embaumement du corps… Londres, 2006 : la jeune journaliste portugaise Sarah Monteiro trouve dans son courrier une étrange liste de noms. Quelques minutes plus tard, elle échappe de justesse à une tentative d’assassinat grâce à l’intervention d’un certain Rafael.

 

L’auteur :

Né à Porto en 1976, l’écrivain a vécu plusieurs années à Londres. Depuis son retour dans sa ville natale, il travaillait pour la télévision et écrivait des romans, dont une série consacrée aux “secrets” du Vatican.

 

Mon avis :

Un bon thriller qui se lit vite, je le trouve meilleur que le dernier Dan Brown !

Tous les ingrédients sont réunis pour passer un bon moment : des secrets dans un contexte historique, de l’action, des politiciens et agents secrets et beaucoup de suspense.

La construction littéraire, avec des aller-retours entre 1978 et notre époque, est bien rythmée et le récit défile vite malgré les 600 pages du roman.

Avec un souci du détail et de la précision historique, le lecteur est emporté dans une aventure trépidante qui m’a tenue en haleine tout du long.

On suit Sarah, journaliste portugaise, qui après avoir reçu par courrier une liste de noms et des messages codés se retrouve embarquée dans une aventure incroyable qui la fait voyager entre le Portugal, Londres et les États-Unis. Rafael, lié à la CIA et peut-être d’autres organisations sera son ange gardien. La jeune fille cherche aussi à se rapprocher de son père mêlé à cette affaire.

Ce livre mélange vérité historique, autour de la mort du pape Jean-Paul 1er, des personnages politiques italiens, des gens d’église, une loge maçonnique, des agents secrets et bien d’autres.

Très documenté tout en étant agréable à lire, on est capté par l’histoire bien construite.

 

En synthèse : un très bon roman pour les vacances, en attendant le tome 2 à paraître aussi chez Folio, que je lirai avec plaisir.

 

Merci aux éditions Folio.

 

Notation :