Hans Fallada : Du bonheur d’être morphinomane

Résumé :

Du bonheur d'être morphinomane
Du bonheur d’être morphinomane

Le quotidien d’un morphinomane. Un alcoolique cherche à se faire emprisonner pour arriver enfin à se désintoxiquer. Une paysanne au mari jaloux perd son alliance pendant la récolte des pommes de terre. Un cambrioleur rêve de retourner en prison où la vie est, finalement, si tranquille. Un mendiant vend sa salive porte-bonheur.

L’auteur :

Hans Fallada est un auteur allemand né en 1893 dans le Nord de l’Allemagne. Il est de la même génération que Johannes R. Becher, Bertolt Brecht, Kurt Tucholsky ou Walter Benjamin, ces auteurs qui sont nés dans l’empire allemand sur son déclin, qui ont connu, au début de leur âge adulte, la chute de l’empire avec la première guerre mondiale, et qui vivront seulement 14 années de démocratie parlementaire avant que le nazisme ne prenne le pouvoir et que n’éclate la seconde guerre mondiale. Il meurt en 1947 à Berlin, laissant une vingtaine de romans devenus pour certains des classiques lus à l’école.

Mon avis :

Un recueil de nouvelles qui met en scène un morphinomane, un alcoolique, un voleur, un mendiant.

Plusieurs thèmes pour ces nouvelles : les addictions, les garnements, la campagne, le couple.

Un portrait d’une époque troublée dans laquelle les petites gens se débattent pour survivre. Résister aux tentations de l’alcool, du tabac et ne pas céder à la facilité de s’emparer des biens d’autrui. Une misère profonde dans un contexte très difficile voilà ce que l’auteur nous dépeint. La crise, le chômage, l’inflation : en face des ces maux des gens simples qui subissent.

Une profonde empathie s’empare de nous en déroulant ces histoires, c’est souvent triste mais aussi parfois on arrive à sourire. Fiction ou réalité ? C’est criant de vérité.

Une plume très fluide, une impression de proximité avec tous ces personnages nous les rendent attachants : on se dit, comment les aider ?

Une belle lecture avec des moments d’espoir et d’amour qui illuminent ce récit.

A la fin du livre, les notes de la traductrice, qui apportent des précisions très intéressantes sur l’auteur et nous éclairent sur sa vie et le contexte historique, nous comprenons aussi que ces histoires sont le reflet de son existence.

Merci aux Editions Denoël.

 

Traduit de l’allemand par Laurence Courtois

Collection Denoël & d’ailleurs

Parution : 05-11-2015

 

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, merci de nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée. Merci.

Notation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.