Joyce Carol Oates : Valet de pique

Valet de pique
Valet de pique

Résumé : Quel auteur n’envierait le sort d’Andrew J. Rush ? Écrivain à succès de romans policiers vendus à plusieurs millions d’exemplaires dans le monde, père de famille heureux, Andrew vit dans une petite ville du New Jersey où il trouve le calme nécessaire pour édifier son œuvre. Mais Andrew a un secret que même ses plus proches ignorent : sous le pseudonyme de Valet de pique, il écrit des romans noirs, violents, pervers, romans qui scandalisent autant qu’ils intriguent le monde littéraire.

L’auteur :

Joyce Carol Oates est née en 1938 à l’ouest du lac Erié. Son père travaillait pour la General Motors. Elle passe une enfance solitaire face à sa soeur autiste et découvre, lorsqu’elle s’installe à Detroit au début des années 60, la violence des conflits sociaux et raciaux. Elle est l’auteure de recueils de nouvelles et de nombreux romans dont Les Chutes (prix Femina étranger en 2005), Mudwoman (meilleur livre étranger en 2013 pour le magazine Lire) et Carthage.

 

Mon avis :

Une grande dame de la littérature américaine que je suis depuis “Les Chutes”, et que je retrouve toujours avec le même plaisir.

Dévoré en deux jours, un livre haletant à lire de toute urgence.

Immédiatement happé, le lecteur est chahuté par une histoire diabolique qui monte crescendo.

Nous suivons d’abord Andrew, un auteur à succès, qui mène une vie confortable dans une belle maison, possède une voiture de luxe et publie des best-sellers. Oui mais tiraillé, il s’encanaille parfois, sur papier uniquement en inventant d’autres personnages méchants et sadiques. Il publie sous pseudonyme, appelé “Valet de pique” des romans noirs glauques. Lorsque sa fille découvre ces romans et s’aperçoit de coïncidences troublantes, cela commence à déraper.

Je ne vous en dirai pas beaucoup plus pour garder intacte l’intrigue.

L’univers de l’écrivain est au cœur du récit et les références littéraires nombreuses :

on flirte du côté de Stephen King et d’Edgar Poe. Cela renforce l’ambiance de tension et de fantastique. Parle-t-on uniquement de folie ordinaire ?

Un écrivain et son double sur papier, l’ombre du docteur Jekyll et Mr Hyde plane.

Un récit démoniaque à découvrir sans tarder. Du grand Joyce Carol Oates.

 

Merci Anaïs et Les Éditions Philippe Rey.

 

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, merci de nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée. Merci.

Notation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.