Sylvia Plath : Dessins

Dessins
Dessins

Présentation :

En 1956, Sylvia Plath écrivait à sa mère Aurelia : «J’ai le sentiment d’être en train de développer une sorte de style primitif bien à moi, et que j’aime beaucoup. Attends de voir…» Tout au long de sa vie, Sylvia Plath a parlé de l’art comme de sa source d’inspiration la plus profonde ; et pourtant, tandis que ses écrits connaissent un succès mondial, ses dessins restent méconnus. Cette édition rassemble des dessins datés de 1955 à 1957, période durant laquelle elle étudiait à l’Université de Newnham, à Cambridge, boursière du prestigieux programme Fulbright. C’est à cette époque qu’elle rencontre, et épouse en secret, le poète Ted Hughes ; ils partiront en lune de miel à Paris et en Espagne avant de retourner aux États-Unis en juin 1957.

 

L’auteur :

Poétesse américaine née en 1932 et décédée en 1963, son roman le plus connu, La cloche de détresse est un roman autobiographique publié en 1963.

 

Mon avis :

J’ai beaucoup aimé ce livre tant pour l’objet, superbe, que pour son contenu qui m’a touchée.

Après avoir partagé la vie de Sylvia Plath dans “Froidure“, j’ai retrouvé dans ce livre son esprit : délicatesse et beauté dans les dessins à la plume reproduits ici.

Dans la préface, Frieda sa fille, retrace la vie de sa mère : son mariage, sa lune de miel et l’intérêt qu’elle portait aux arts plastiques. Dessiner l’apaise et elle décide de pendre des cours. On apprend aussi que les dessins d’autrui l’inspirent, comme ceux de Rousseau ou Klee.

Sont aussi présentées des lettres de Sylvia, un extrait de son journal et les dessins représentant des scènes et objets vus en Angleterre et lors de ses déplacements en Espagne et à Paris.

Un beau livre toilé qui reproduit ses dessins à l’encre témoins de moments du quotidien ou de ses voyages. Mention spéciale pour les dessins sur Paris : j’ai beaucoup aimé le “curious French cat”.

Touchant et emprunt de sensibilité, un beau recueil à offrir pour les fêtes.

Je conseille de lire Froidure en parallèle pour comprendre la poétesse auteure de ces dessins.

 

Merci aux éditions de la Table Ronde

 

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, merci de nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée. Merci.

Notation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.