Chronique de : L’incroyable pouvoir du souffle de Stéphanie Brillant

l’incroyable pouvoir du souffle

Présentation :

Des hommes et des femmes capables de gravir les montagnes les plus hautes sans assistance respiratoire, des sujets dépressifs qui après six semaines de pratiques intensives de yoga perçoivent les mêmes effets que sous anti-dépresseurs, des malades de Parkinson qui parviennent à contrôler leurs tremblements, des asthmatiques qui ont dit adieu à leur Ventoline, et un seul et même facteur, la maitrise du souffle. Ce livre n’est pas qu’une simple présentation des différents pouvoirs du souffle

L’auteure :

Journaliste, réalisatrice, présentatrice de télévision, productrice et conférencière, Stéphanie Brillant est également maman de deux enfants. Installée aux États-Unis, elle consacre depuis cinq ans son travail aux thématiques liées à l’éducation éclairée. Elle a réalisé le film documentaire Le Cerveau des enfants, un potentiel infini, sorti en salle en France en mai 2017, et publié chez Actes Sud Guide du cerveau pour parents éclairés (2019).

La chronique :

Un ouvrage très complet, le fruit de deux années de recherche, qui décrit tout ce que le souffle peut nous apporter. Simple mais pas si facile de bien respirer explique l’auteure.

J’ai beaucoup appris avec les explications et exercices proposés.

Le souffle est un médicament magique et gratuit à la portée de tous : « un super pouvoir » comme l’auteure le qualifie. On ne sait pas forcément bien respirer : en lisant l’ouvrage, chacun pourra s’en apercevoir.

On retiendra que l’on peut améliorer ses performances physiques et mentales d’où l’intérêt des sportifs pour la maîtrise de la respiration. La respiration agit aussi sur la mémoire, l’intuition, la coopération …

On l’a tous se constaté au moins une fois : « la respiration rend visible ce qui n’est pas conscient ».

Après les explications des premiers chapitres, sont proposés des pratiques et conseils pour faire un état des lieux de notre respiration.

En annexe, un ensemble de techniques à explorer pour se relaxer, favoriser le sommeil, soulager le corps, soulager l’esprit…

Un ouvrage réellement exhaustif, qui donne envie de faire une pause respiratoire pour aller mieux. À garder près de soi pour s’imprégner de toutes les pratiques.

Merci Babelio et les Éditions Actes Sud pour cette lecture.

Les suprêmes de Edward Kelsey Moore

Résumé :

Elles se sont rencontrées à la fin des années 1960 et ne se sont plus quittées depuis : tout le monde les appelle “les Suprêmes”, en référence au célèbre groupe de chanteuses des seventies. Complices dans le bonheur comme dans l’adversité, ces trois irrésistibles quinquas afro-américaines aussi puissantes que fragiles ont, depuis leur adolescence, fait de l’un des restaurants de leur petite ville de l’Indiana longtemps marquée par la ségrégation leur quartier général où, tous les dimanches, entre commérages et confidences, rire et larmes, elles se gavent de nourritures diététiquement incorrectes tout en élaborant leurs stratégies de survie.

L’auteur :

Edward Kelsey Moore est un écrivain et un musicien professionnel.

Il est titulaire d’un Bachelor of Music de l’Université de l’Indiana et d’un Master of Music de l’Université d’État de New York à Stony Brook.

Élevé au bon grain du Midwest, dans l’Indiana avant de s’installer à Chicago, il a pris le temps de s’imposer comme violoncelliste avant de se lancer dans l’écriture.

Les Suprêmes (The Supremes at Earl’s All-you-can-eat, 2013) est son premier roman.

Mon avis :

Un magnifique roman sur l’amitié féminine.

Les trois héroïnes se sont connues à l’adolescence et sont amies depuis quarante ans. Odette, Clarice et Barbara Jean sont différentes mais complémentaires. Leur rendez-vous dominical, déjeuner buffet chez Big Earl, avec mari et enfants est incontournable.

Chacune mène sa vie avec plus ou moins de chance. Leur vie n’est pas simple : ce sont des femmes, elles sont noires et vivent en Indiana. Mais ensemble, elles sont fortes face à l’adversité. Barbara Jean, riche après un beau mariage est la plus secouée par l’existence. Clarice souffre des infidélités de son mari et Odette a des soucis. Attention, ce n’est qu’une partie de l’histoire, l’essentiel étant plutôt dans leur réaction face aux malheurs.

Odette m’a impressionnée par sa force de caractère et sa générosité, l’histoire avançant, un événement tragique va modifier leur vie à toutes les trois, renforçant encore leur amitié indéfectible.

Quelle belle leçon de vie et de bonheur.

Les personnages sont fouillés et criants de vérité,ce qui est d’autant plus étonnant que l’auteur, un homme, a parfaitement traduit les sentiments et émotions féminines.

Chapeau bas !

C’est un livre qui fait du bien et donne envie de cultiver l’optimisme.

On ressort réconforté par cette lecture, on passe si facilement des rires aux larmes.

Heureusement, les rires l’emportent sur la tristesse.

Et on se dit : vive l’amitié !

Émouvant et attendrissant, une ode à la vie à lire, relire et offrir à toutes ses amies.

Un extrait : “Cela faisait presque quarante ans – depuis le temps où l’on avait commencé à les surnommer “les Suprêmes” – que Clarice et ses amies se retrouvaient Chez Earl à cette même table devant la baie vitrée. A l’époque, Little Earl avait un béguin monstre pour chacune d’entre elles, et il avait tout fait pour les séduire en leur offrant des Coca et du poulet frit à volonté.”

 

Notation :

Une part de ciel de Claudie Gallay

part-ciel-

Quatrième de couverture
Aux premiers jours de décembre, Carole regagne sa vallée natale, dans le massif de la Vanoise, où son père, Curtil, lui a donné rendez-vous. Elle retrouve son frère et sa sœur, restés depuis toujours dans le village de leur enfance. Garde forestier, Philippe rêve de baliser un sentier de randonnée suivant le chemin emprunté par Hannibal à travers les Alpes. Gaby, la plus jeune, vit dans un bungalow où elle attend son homme, en taule pour quelques mois, et élève une fille qui n’est pas la sienne. Dans le Val-des-Seuls, il y a aussi le vieux Sam, pourvoyeur de souvenirs, le beau Jean, la Baronne et ses chiens, le bar à Francky avec sa jolie serveuse…
Dans le gîte qu’elle loue, à côté de la scierie, Carole se consacre à une traduction sur la vie de Christo, l’artiste qui voile les choses pour mieux les révéler. Les jours passent, qui pourraient lui permettre de renouer avec Philippe et Gaby un lien qui n’a rien d’évident : Gaby et Philippe se comprennent, se ressemblent ; Carole est celle qui est partie, celle qui se pose trop de questions. Entre eux, comme une ombre, cet incendie qui a naguère détruit leur maison d’enfance et définitivement abîmé les poumons de Gaby. Décembre s’écoule, le froid s’installe, la neige arrive… Curtil sera-t-il là pour Noël ?

 

Biographie

Née en 1961, Claudie Gallay vit dans le Vaucluse. Elle a publié aux éditions du Rouergue L’Office des vivants (2000), Mon amour, ma vie (2002), Les Années cerises (2004), Seule Venise (2004, prix Folies d’encre et prix du Salon d’Ambronay), Dans l’or du temps (2006) et Les Déferlantes (2008, Grand Prix des lectrices de Elle). Aux éditions Actes Sud : L’amour est une île (2010) et Une part de ciel (2013).

 

Mon avis :

Un roman profond sur les liens familiaux et les non-dits dans une famille éclatée. Une histoire de famille ou les retrouvailles de trois frères et sœurs. Carole la cadette, quitte Saint-Étienne pour rejoindre son frère ainé et sa petite sœur Gaby, tous trois attendent alors leur père qui a promis de les rejoindre. Curtil, ce père souvent absent même lorsqu’ils étaient petits, les a convoqués en leur adressant une boule de verre avec un paysage et la neige à l’intérieur. Ces boules annoncent son retour.

Arrivée dans son village natal, au cœur de la Vanoise, Carole la seule enfant partie à la ville, retrouve l’atmosphère d’antan et renoue progressivement avec son passé. Les jours défilent et l’attente se prolonge. Que faire ? Continuer d’attendre ou rentrer ? Cette attente est l’occasion de renouer avec les siens, de tenter de comprendre aussi ce qui s’est réellement passé lorsqu’un incendie a ravagé leur maison alors qu’ils étaient enfants. Tous trois étaient alors seuls avec leur mère et celle-ci parant au plus pressé a secouru d’abord les deux ainés laissant la petite Gaby dans les flammes, ce qui va la marquer à vie. Carole est torturée par la culpabilité, se posant beaucoup de questions sur cet accident et les choix de sa mère. Comment en parler à son frère et surtout à sa sœur ?

Le style et les descriptions de toute cette attente concourent à rendre une atmosphère cotonneuse amplifiée par les paysages enneigés. Les habitants ont aussi leurs secrets comme Sam le père de Jean ou la Veuve la tante de Carole; tous se côtoient et ne se parlent pas toujours parfois à cause du passé, ou parfois juste parce qu’ils vivent isolés.

Des personnages simples, humains souvent meurtris surtout très vrais, Claudie Gallay maîtrise l’art de les dépeindre et de nous les rendre attachants. Beaucoup de dialogue, de belles descriptions et le temps qui s’égrène doucement.  Ce que j’aime chez cette auteure, c’est la sensation de vivre complètement avec ses personnages, de les sentir proches et d’être en osmose avec eux.

Un bémol : des longueurs dans ces 450 pages, ou alors un choix de l’auteure qui ralentit la narration pour nous faire appréhender le calme de l’hiver dans une vallée isolée. Néanmoins cette absence de rythme génère un sentiment d’ennui par moment, comme pour notre héroïne, qui en attendant son père cherche des occupations.

 Au final, un sentiment un peu mitigé : une belle lecture parfois contrariée par les lenteurs du récit.  Je recommande cette lecture aux aficionados de Claudie Gallay, dont je fais partie, ainsi qu’aux autres lecteurs aimant les belles lectures éloignées des constructions de type thriller.

Avis aux amateurs !

Merci aux Matchs littéraires de Price Minister.

Le 8/11, le 1er Prix France Bleu/Terre de France a été attribué à Claudie Gallay pour son livre “Une part de ciel”

Notation :