Françoise Bourdin : Au nom du père

Au nom du père
Au nom du père

Résumé :

Gabriel Larcher règne en maître sur sa famille, influençant profondément les destinées de ses deux fils et de sa fille. Si Dan et Valentine ont suivi les traces de cet ancien champion de Formule 1, Nicolas, jeune homme sensible et amoureux de la nature, a choisi d’être médecin dans leur petite ville de La Ferté-Saint-Aubin. Aujourd’hui, les trois enfants Larcher cachent leurs blessures. Dan et Valentine peuvent-ils trouver leur place dans un univers où seul leur père veut briller ? Et quel est donc le lourd secret d’Albane, leur mère, en apparence si douce et si parfaite ?

L’auteur :

Son univers romanesque prend racine dans les histoires de famille, les secrets et les passions qui les traversent. Elle aime à décrire des personnages courageux, qui affrontent la vie et ses tourments mais ne reculent jamais dans l’adversité. La vingtaine de romans publiés chez Belfond depuis 1994, dont trois ont été portés à l’écran, sont de cette veine, et rassemblent à chaque parution davantage de lecteurs. Mère de deux grandes filles, Françoise Bourdin vit aujourd’hui dans une grande maison en Normandie.

Mon avis :

Un roman régional et romantique qui ravira davantage les passionnés de Sologne et de chasse que les amateurs de littérature.

Dans cette histoire, le père est très présent, sans pour autant faire de l’ombre à sa fille Valentine, brillante pilote de rallye. Sa femme, Albane, d’apparence résignée et épouse modèle, nous surprendra tous.

Ces deux portraits de femme sont intéressants mais globalement l’histoire l’est beaucoup moins.

Des amours cachées souvent contrariées, un père acariâtre, une fratrie qui se déchire : des ingrédients classiques pour un roman facile et peu intéressant.

J’ai préféré “La promesse de l’océan” qui décrit bien la vie des pêcheurs avec une intrigue mieux tenue. J’avoue aussi préférer le monde de la pêche à celui des courses automobiles.

Vous l’aurez compris : une lecture dont je ne garderai pas un souvenir impérissable.

Merci à Babelio et aux éditions Belfond.

 

Notation :

Françoise Bourdin : La promesse de l’océan

La promesse de l'océan
La promesse de l’océan

Résumé :

Mahé, trente ans, est devenue patron pêcheur à Erquy depuis qu’elle a dû reprendre l’affaire familiale. Dotée d’une belle force de caractère, la jeune femme a réussi à s’imposer auprès de son équipe de marins. Mais, absorbée par son travail, elle a refoulé son douloureux passé : la disparition en mer dix ans plus tôt de son fiancé, et peu après, la découverte de sa terrible trahison. Depuis, Mahé a définitivement renoncé à l’amour. Jusqu’à ce qu’elle croise la route d’Alan, un homme qui, comme elle, passe sa vie à refuser de s’engager.

L’auteur :

Son univers romanesque prend racine dans les histoires de famille, les secrets et les passions qui les traversent. Elle aime à décrire des personnages courageux, qui affrontent la vie et ses tourments mais ne reculent jamais dans l’adversité. La vingtaine de romans publiés chez Belfond depuis 1994, dont trois ont été portés à l’écran, sont de cette veine, et rassemblent à chaque parution davantage de lecteurs. Mère de deux grandes filles, Françoise Bourdin vit aujourd’hui dans une grande maison en Normandie.

Mon avis :

Un livre agréable relatant la vie d’une femme brisée par la perte de son fiancé, qui se reconstruit en devenant patron d’une entreprise de pêche.

Mahé, est une jeune femme forte qui prend la vie à bras le corps. Pourtant, elle n’a pas été gâtée : un fiancé noyé puis un père diminué suite à un attaque. Forcée de reprendre les rennes de l’entreprise familiale, elle devient un patron pêcheur engagé et prête à tout pour garantir l’avenir de ses pêcheurs. Tout marche très bien, même mieux que lorsque son père le gérait.

Un roman qui traite d’amitié, d’amour et de pêche.

Pas de longueur, du rythme et des personnages bien campés : voilà les principaux atouts de ce roman.

Mon bémol : pas de surprise ni de fantaisie, l’écriture sobre ne transporte pas le lecteur.

Un avis en demi teinte donc mais à vous maintenant de tester si vous aimez les héroïnes fortes, les histoires d’amour et la Bretagne.

 

Merci à Babelio et aux Editions Belfond.

 

Notation :

Maman a tort de Michel Bussi

Résumé :

Maman a tort de Michel Bussi
Maman a tort de Michel Bussi

Rien n’est plus éphémère que la mémoire d’un enfant. Quand Malone, du haut de ses trois ans et demi, affirme que sa maman n’est pas sa vraie maman, même si cela semble impossible, Vasile, psychologue scolaire, le croit. Il est le seul… Il doit agir vite. Découvrir la vérité cachée. Trouver de l’aide. Celle de la commandante Marianne Augresse par exemple. Car déjà les souvenirs de Malone s’effacent. Ils ne tiennent plus qu’à un fil, qu’à des bouts de souvenirs, qu’aux conversations qu’il entretient avec Gouti, sa peluche. Le compte à rebours a commencé. Avant que tout bascule. Que l’engrenage se déclenche. Que les masques tombent.

L’auteur :

Professeur de géographie à l’université de Rouen, Michel Bussi est l’auteur aux Presses de la Cité de Nymphéas noirs (2011), Un avion sans elle (2012) et Ne lâche pas ma main (2013) et N’oublier jamais en 2014.

Mon avis :

Un très bon Michel Bussi, je l’ai dévoré !

Deux histoires en parallèle : un braquage à Deauville qui tourne mal et un petit garçon qui prétend que sa maman n’est pas sa vraie maman.

Un psychologue scolaire écoute le petit Malone et le fait parler pour tenter de comprendre son histoire. Nous apprenons alors le fonctionnement de la mémoire des jeunes enfants et l’urgence pour le psychologue de découvrir la vérité. Pendant ce temps, Marianne, la commandante, enquête sur le braquage. Elle va aussi intervenir sur l’histoire de Malone pour aider le psychologue. Les parents du petit ont peut-être un passé avec des ombres.

Angie, la coiffeuse, et copine de Marianne est un personnage auquel on s’attache aussi dans cette histoire.

Un excellent polar : de multiples rebondissements, une histoire complexe intelligemment menée et des personnages attachants et terriblement humains.

Pour accrocher le lecteur, une tension qui monte crescendo et nous capte de bout en bout.

Décidément Michel Bussi est très fort et ses romans sont addictifs.

Je l’ai découvert avec “un avion sans elle” qui m’a bluffée aussi.

Franchement, n’hésitez pas. Foncez et belle lecture !

Merci à Babelio et aux Editions Presse de la cité pour cette lecture.

 

 

 

Notation :

L’euphorie des places de marché de Christophe Carlier

Résumé :

Norbert, directeur commercial de Buronex, écoute la radio dans sa voiture, Agathe, sa secrétaire, passe ses soirées devant la télévision, Ludivine, la stagiaire, surfe sur internet. L’information, provenant de sources différentes, règle leurs relations intimes et professionnelles. Autant dire que ces trois fauves enfermés dans la même cage ont peu de chances de pactiser dans la réalité. L’ambitieux solitaire, la paresseuse débrouillarde et la belle tourmentée sont pourtant condamnés à faire bureau commun. Leur vie ronronne, sur fond de crise économique, jusqu’au jour où l’arrivée d’un client américain suscite toutes les convoitises. Et voilà que les places financières du monde entier semblent s’enflammer.

L’auteur a été couronné du prix du premier roman en 2012 pour “l’assassin à la pomme verte”.

Mon avis :

Réjouissant et fantasque, un livre que je recommande à tous.

Une lecture rythmée et un rythme endiablé : je l’ai lu d’une traite et surtout avec un sourire aux lèvres. Ce qui est rare.

L’histoire : trois personnages principaux Norbert le directeur de l’entreprise, Agathe secrétaire depuis 20 ans et Ludivine la stagiaire, travaillent ensemble dans une petite entreprise. Cette entreprise, au début familiale, rachetée ensuite par un groupe lors de la mort du patron voit alors défiler les directeurs. Agathe, pilier de l’entreprise, pense que Norbert ne restera pas mais elle se trompe. Dès le début, ces deux là se détestent, Norbert réfléchit à pousser Agathe à la faute pour se débarrasser d’elle, quant à la secrétaire, son rythme de travail ralentit à chaque nouvelle sollicitation de Norbert. Ludivine, la jeune stagiaire perturbe les bagarres des deux protagonistes et trouble le directeur.

L’histoire entremêle intelligemment les rebondissements liés à l’arrivée d’un client américain et les délires radiophoniques des journalistes décrivant la crise économique.

J’ai aimé les personnages, l’écriture très fluide et le rythme.

A quand une adaptation cinématographique de cette comédie survoltée ?

Une aventure si plaisante que je l’ai quittée à regret en me disant : voilà un roman qui dégage une énergie “euphorisante” en accord avec le titre !

A consommer sans modération !

Merci Babelio, les éditions Serge Safran avec l’opération Masse critique.

 

 

Notation :