Chronique de : Les manigances de Margaux de Caroline Kant

Résumé :

Après une douloureuse rupture, Margaux, la vingtaine, s’installe dans l’appartement que lui prête son oncle, rue Cavendish. Proche des Buttes-Chaumont, l’immeuble ne manque pas d’animation : entre la concierge désagréable qui exige qu’on l’appelle Mme Nathalie, le vieux fou du 2e et l’insupportable gamine du 4e, Margaux trouve à peine le temps de se vautrer devant ses films d’horreur préférés !

L’auteure :

Caroline Kant est une autrice parisienne. Sa série s’inspire des années où elle a vécu rue Cavendish, dans l’appartement de Margaux.

Ma chronique :

J’ai passé un bon moment avec ce roman : j’ai souri, frémi avec Margaux parfois et j’ai adhéré pleinement à l’histoire.

J’ai aimé me retrouver dans ce dix-neuvième arrondissement de Paris, avenue Secrétan, Quai de la Loire et aux Buttes Chaumont, j’ai ressenti l’ambiance de ce quartier que j’ai fréquenté il y a quelques années.

L’écriture de Caroline est très cinématographique, les personnages vrais et attachants. Pas de caricature ici, plutôt un grand vent d’humanité qui nous réconcilie avec notre prochain.

J’aimerai habiter dans un immeuble comme Margaux, un endroit où l’entraide règne malgré les quelques contraintes comme la concierge omniprésente.

Ce livre est le premier tome des aventures de « L’immeuble de la rue Cavendish », six tomes sont prévus avec chacun ayant pour protagoniste un habitant de l’immeuble.

À dévorer sans modération.

Paru aux éditions Les Escales Séries.

Notation :