Chronique de : L’odyssée de Clarence de Corinne Javelaud

Résumé :

À la mort de sa mère adoptive, Clarence Desprez revient s’installer en ce début des années 1960 dans la maison de son enfance, à Saint-Geniez-ô-Merle, cité perchée de Corrèze. Jeune ornithologue, il trouve là un endroit idéal pour se livrer à l’observation du milan royal, une espèce qu’il veut faire protéger. Clarence attribue d’abord la sourde inimitié que lui vouent les gens du pays à son hostilité déclarée envers la chasse mais découvre que, avant de l’abandonner et de disparaître, sa mère naturelle avait laissé dans la région un parfum de scandale…

L’auteure :

Après des études de lettres et d’histoire de l’art, Corinne Javelaud s’est tournée vers l’écriture. Originaire du Limousin, elle est l’auteure d’une dizaine de romans qui ont connu un succès croissant. Elle est membre du jury du prix des romancières remis chaque année au Forum du livre de Saint-Louis en Alsace.

Ma chronique :

Ce roman d’atmosphère, fidèle au style de Corinne, m’a enthousiasmée.

Toujours très fouillé et documenté, nous suivons nos héros passionnés d’ornithologie pour l’un et d’hippisme pour l’autre.

Comme le montre la liste des ouvrages consultés dans la postface, l’auteure nous entraîne dans un monde très réaliste : la Corrèze et le Limousin, dans les années soixante, sur fond de protection des milans royaux pour Clarence le personnage principal. Il est bien difficile dans ces années de démontrer que la protection de ces grands oiseaux est indispensable pour la sauvegarde de la planète. Il rencontre davantage de passionnés de chasse que de protecteurs de la nature, les débats promettent d’être animés.

Philippa, quant à elle, est attirée par la carrière de jockey : difficile aussi pour une femme de convoiter un métier uniquement réservé aux hommes.

L’histoire se complique avec l’arrivée d’un autre personnage féminin et le souvenir de la mère de Clarence qu’il n’a pas connue.

La plume fluide rend la lecture très agréable. J’ai aimé l’ambiance, l’histoire, les héros attachants, décrits avec une grande sensibilité et l’immersion réussie dans ces années soixante.

Et pourquoi pas une adaptation cinématographique de ce livre ?

Un bon moment de lecture que je vous conseille.

Un roman paru aux éditions Calmann Lévy.

Chronique de :  Les petits papiers de Marie-Lou de Corinne Javelaud

Les petits papiers de Marie-Lou

Resumé :

Dans les années 70, Marie-Lou Beltran, serveuse à L’Auberge du bonheur, vit avec sa fille, Dora, et sa mère, Luce, dans la maison familiale du quartier des Chartrons à Bordeaux. La main verte de Luce et les talents culinaires de Marie-Lou font merveille pour créer un cocon harmonieux. Un trouble naît lorsque pour son anniversaire, Marie-Lou offre à Dora une magnifique poupée, dénichée chez un antiquaire. Les femmes Beltran constatent bientôt que la poupée suscite des phénomènes étranges.

L’auteure :

Après des études de lettres et d’histoire de l’art, Corinne Javelaud s’est tournée vers l’écriture. Originaire du Limousin, elle est l’auteure d’une dizaine de romans qui ont connu un succès croissant. Elle est membre du jury du prix des romancières remis chaque année au Forum du livre de Saint-Louis en Alsace.

Ma chronique :

Je confirme : j’aime cette auteure que je suis depuis quelques années, ces cinq précédents ouvrages sont chroniqués sur ce blog.

Un des talents de Corinne est de parvenir à nous immerger complètement dans une époque, les années soixante-dix ici, et dans un terroir, Bordeaux pour ce roman.

Ses romans sont toujours documentés, beaucoup de détails ici sur la transformation de Bordeaux et la culture vinicole, je vous rassure, la lecture est très fluide pourtant car l’intrigue est insérée habilement dans ce contexte.

J’ai aimé les portraits de femme avec Marie-Lou, la jeune mère célibataire, ses relations avec sa mère et celles avec sa fille. On se sent bien avec elles et partager leur quotidien est un plaisir.

L’intrigue nous relie à la sombre période de la seconde guerre mondiale, des secrets qui rejaillissent sur cette période des années soixante-dix.

Corinne allie parfaitement histoire et littérature, ses intrigues sont captivantes, toujours pleines d’émotions et d’une grande humanité.

Un roman à découvrir aux éditions Calmann Lévy.

Notation :