Chronique de : Socrate médecin de Jean-Louis Cianni 

Présentation :

Cet essai propose de remonter aux sources grecques, quatre siècles avant notre ère, auprès de Socrate, qui, à travers le questionnement philosophique, invitait ses concitoyens à une pratique inédite : le soin de soi.

L’auteur :

Philosophe et journaliste, Jean-Louis Cianni a écrit plusieurs livres dont aux éditions du Relié : Ulysse et nous ; chez Albin Michel, La philosophie comme remède au chômage, Philosopher à la plage, et chez Marabout avec Arnaud Desjardins : Oui, chacun de nous peut se transformer.

Ma chronique :

Une lecture qui interroge et nous fait avancer, je recommande.

Reprendre les préceptes de Socrate, nommé « questionnement socratique », en les transposant dans notre monde d’aujourd’hui pour mieux vivre les crises, tels sont les enjeux de cet essai.

Dès le prologue, j’ai noté cette phrase qui résume les grands principes énoncés ici :« Socrate appelait à vivre une vie qui s’examine, qui se valorise et se donne un sens, au-delà de son destin biologique et de ses contraintes physiques ou économiques ».

Chaque thème issu de la philosophie de Socrate est analysée sous l’angle historique et plaqué à notre monde d’aujourd’hui. 

Cela débute par « Ayez soin de vous-même, ne vous négligez pas », vu comme l’aspiration à une bonne vie et la recherche de sens. Il s’agit, nous dit l’auteur, d’un questionnement sur ce que nous sommes. Sept préceptes présentés avec la vision socratique et l’application qui peut en être faite aujourd’hui.

Cela se lit facilement, c’est à la portée de tous.

Pour se questionner, se cultiver et appliquer dans notre vie pour aller mieux.

Paru aux éditions Le Relié chez Guy Trédaniel.

Notation :

Chronique de : Aventurières de l’esprit de Nathalie Calmé

Aventurières de l’esprit

Présentation :

Courageuses et rayonnantes, dix femmes nous conduisent dans une exploration sensible et exigeante des multiples facettes de l’existence. Elles nous invitent, à travers leur pensée et leurs actions, à faire de la vie un chef-d’œuvre.

L’auteure :

Nathalie Calmé, journaliste et écrivaine, collabore régulièrement au Monde des Religions. 

Ma chronique : 

Ces conversations entre l’auteure et ces dix femmes sont très inspirantes.

Toutes différentes, elles portent un regard profond, d’une grande acuité sur notre monde et cela fait du bien.

Nous découvrons la vie intime et l’histoire de ces femmes aux métiers et passions diverses comme une navigatrice, une enseignante, une cheffe d’orchestre, une auteure, une nonne, une humanitaire, une ermite et des théologiennes.

Chacune se raconte simplement, avec une authenticité qui transparaît dans chaque phrase. Il est question ici de sagesse, de simplicité, de philosophie et de spiritualité.

Les parcours si dissemblables de chacune sont autant de pistes de réflexion pour nous lecteurs. Ces témoignages vivants et sensibles éclaireront chacun et donneront matière à méditer notamment suite aux questions de l’auteure sur les conséquences de la crise actuelle. Une saine lecture.

Paru aux éditions Le Relié chez Guy Trédaniel.

Notation :

Chronique de : Éloge de l’ennui de Patrick Lemoine

Présentation :

Notre époque est fertile en événements qui nous forcent à réfléchir aux vertus et inconvénients de l’inaction forcée et de l’ennui qui en découle. Celui-ci, qui n’existe que chez l’animal domestique et l’homme sédentaire peut s’avérer délétère, mais il peut aussi devenir un moteur d’invention, comme l’a magistralement montré Newton alors qu’il était confiné pour cause de peste et qu’une pomme est tombée à ses pieds !

L’auteur :

Psychiatre, docteur en neurosciences, directeur d’enseignement à l’université Claude Bernard de Lyon, expert auprès des tribunaux, Patrick Lemoine a publié plusieurs ouvrages dont récemment : Rêves & transes (Pocket), La santé psychique de ceux qui ont fait le monde (Odile Jacob), Dormir sans médicaments (Robert Laffont)…

Ma chronique :

Un essai qui se lit d’une traite, une étude du concept de l’ennui sous forme de déambulation historique et culturelle.

Le titre est bien tentant, il est intéressant de comprendre l’impact de l’inactivité en ces périodes où les confinements se succèdent.

Cela débute par cette réflexion : « Et si c’était l’ennui qui avait permis à l’humanité de devenir intelligente ? ». Suivent alors tout un inventaire des différentes formes de l’ennui au fil du temps. 

Quand on évoque l’ennui, d’autres notions s’y apparentent comme la mélancolie, l’oisiveté, l’indolence ou la paresse. 

J’ai aimé les réflexions sur le sens de nos vies et de nos choix ainsi que les analyses sur les liens entre l’ennui et la créativité.

J’aurai aussi été intéressée par le point de vue du docteur en neurosciences, une vision davantage psychologique.

On ne s’ennuie pas à cette lecture et on garde le sourire grâce aux touches humoristiques qui parsèment l’ouvrage.

Paru aux éditions Le Relié chez Guy Trédaniel.

Notation :