Maryline Fortin : L’Anatomiste

L'Anatomiste
L’Anatomiste

Résumé : Né dans une famille miséreuse, Blaise est vendu par son père alors qu’il n’est encore qu’un enfant. Dans l’atelier d’un peintre, il perfectionne son art du dessin et rêve de devenir un grand artiste. Mais en 1539, la Renaissance a beau étendre ses lumières sur la France, elle éclaire difficilement ceux qui, comme lui, sont issus de la fange des ruelles. Les hasards de la vie font qu’il est contraint à travailler pour Gaspar de Vallon. Ce chirurgien méprisant et ambitieux demande à Blaise d’illustrer son traité anatomique. Il lui impose toujours plus de séances de dissections de cadavres et le précipite dans une quête effrénée et illégale pour dénicher des corps dans les cimetières de Paris.

 

L’auteur : Au cours de ses études, Marilyne Fortin a découvert un traité anatomique anonyme du XVIe siècle illustré d’extraordinaires gravures. Ainsi est née l’idée d’une fiction sur l’artiste inconnu. Ce premier roman a rencontré un extraordinaire succès, notamment au Québec où il a été finaliste du prestigieux Prix du Gouverneur Général.

 

Mon avis :

Un excellent roman historique : passionnant et très bien documenté.

L’auteure nous transporte à la Renaissance dans un milieu pauvre dans lequel Blaise, petit garçon, doit exécuter des dessins sur les foires pour aider sa famille à le nourrir. Son père est monstrueux, il utilise ses enfants qui vont émouvoir les passants et ainsi récolter de l’argent. Blaise est doué en dessin à tel point qu’un peintre le remarque et propose à son père de le former. Celui-ci, flairant l’aubaine, marchande le petit et empoche l’argent sans remords de voir l’enfant partir. Ce sera la chance de Blaise qui sera éduqué et fait son apprentissage auprès d’un peintre issu de l’école italienne. On les retrouve plus tard à Paris où démarre une deuxième époque, Blaise est un jeune adulte et dessine parfaitement.

Tout bascule lorsqu’il doit travailler pour un chirurgien qui a décidé de publier un traité d’anatomie avec ses rapports et des dessins. Cet anatomiste ne sait pas dessiner. Il a besoin de Blaise.

Tous les moyens sont bons pour trouver des sujets d’étude : des morts qu’il pourra disséquer. Parfois cru et toujours réalistes des descriptions qui nous plongent dans cet univers des scientifiques de l’époque.

Blaise a de nouveau un maître qui le maltraite, comme son père le faisait.

Une douce amitié verra sa souffrance s’atténuer.

Le lecteur est emporté au quinzième siècle et partage le quotidien des pauvres, des prostituées, des peintres, des chirurgiens. Nous traversons le quartier des Halles, les rues mal famées et nous tremblons pour nos héros.

De l’émotion, de l’aventure et de l’amour aussi dans ce roman qui est une formidable fresque historique. L’écriture est fluide, le début des chapitres est agrémenté de dessins, ce qui complète l’ambiance.

Une très belle découverte : je conseille vivement.

Merci à LP et aux éditions Terra Nova.

Notation :

Sarah Blaedel : Les filles oubliées

Les filles oubliées
Les filles oubliées

Résumé :

Le corps d’une femme est découvert dans une forêt isolée du Danemark. Une cicatrice sur le visage aurait dû rendre son identification facile, mais personne n’a signalé sa disparition. Louise Rick, enquêtrice au Département des Personnes Disparues, lance un appel à témoins. Une femme âgée reconnaît la victime qu’elle a connue enfant. Il s’agit d’une certaine Lisemette, qui fut internée autrefois dans un hôpital psychiatrique. Comme les autres enfants de cette lugubre institution, Lisemette était une « fille oubliée », abandonnée par sa famille. L’enquêtrice fait alors une autre découverte troublante : l a victime avait une sœur jumelle. Et toutes les deux sont censées être mortes depuis une trentaine d’années…

L’auteur :

Sara Blædel est l’auteur d’une série de romans mettant en scène l’enquêtrice Louise Rick, un immense succès dans 24 pays. Elle vit à Copenhague et a été élue meilleure romancière du Danemark quatre fois de suite.

Mon avis :

Un bon polar danois que j’ai lu vite, suspense garanti jusqu’à la dernière page.

Une enquêtrice, Louise, recherche la trace de jumelles disparues dont l’une d’elles vient d’être retrouvée morte. Ces jumelles handicapées avaient été placés dans un institut dès leur petite enfance. Là où cela ne colle pas, c’est qu’elles ont été déclarées mortes il y a trente ans. Or l’une d’elles vient d’être découverte.

D’autres disparitions sont signalées, toutes ces affaires sont confiées à l’enquêtrice Louise, une battante, qui est spécialisée dans la recherche des personnes disparues.

L’enquête entraîne Louise et son équipier vers une institution dans laquelle les deux jumelles ont été placées, une partie de l’institut existant toujours et des employés sont interrogés. Les enfants confiés sont oubliés de leurs parents, c’est l’institution elle-même, qui pousse l’entourage des handicapés à les abandonner à leur sort. Camilla, la meilleure amie de Louise, journaliste, mène aussi son enquête en parallèle.

Un livre qui entremêle l’histoire des jumelles et la vie de Louise et ses proches : Louise l’écorchée au passé trouble, Camilla la rebelle, Eik le coéquipier insaisissable et efficace.

En résumé : une bonne intrigue, suspense au rendez-vous et des personnages auxquels on croit. On le pose à regret donc un polar que je vous conseille.

Merci aux éditions Terra Nova.

Notation :