Hanne-Vibeke Holst : Femme de tête

Femme de tête
Femme de tête

Résumé :

À la tête du Parti social-démocrate, Elisabeth Meyer s’apprête à mener campagne quand elle apprend qu’elle est atteinte d’Alzheimer. Au péril de sa vie, cette femme de conviction engage une course contre la montre pour mener son parti à la victoire et sauver la démocratie danoise menacée par la montée des extrémismes… Mais la fin justifie-t-elle les moyens ?

 

L’auteur :

Née à Hjørring en 1959, Hanne-Vibeke Holst a longtemps été journaliste politique avant de se consacrer à l’écriture. Membre de la commission danoise de l’Unesco, elle s’est également illustrée par son engagement pour la cause des femmes. Véritables best-sellers en Scandinavie, ses romans ont été couronnés par de nombreux prix, notamment le Søren Gyldendal et le prix des libraires danois. Passionnante exploration des arcanes du pouvoir, Femme de tête (2017) s’inscrit dans la continuité de L’Héritière (2014) et du Prétendant(2015).

 

Mon avis :

Un suspense politique addictif aussi prenant que les deux premiers opus.

J’ai adoré ! Rappelez-vous dans “Le prétendant” , nous avions fait connaissance avec les principaux personnages de ce récit. J’avais hâte de découvrir la suite et je n’ai pas été déçue. Le projecteur est braqué, cette fois, sur les femmes et plus spécialement Elisabeth Meyer.

Elle veut gagner les élections et fera tout pour y parvenir malgré la maladie qui la guette et les chacals autour d’elle. Un univers impitoyable, dans lequel elle navigue avec aisance, suivant toujours son but : ne rien laisser aux adversaires. Une femme forte, aidée par son héritière, son mari et ses assistants. En face d’elle, un homme qui veut aussi le pouvoir, à l’affût des failles d’Elisabeth.

Va-t-elle résister à la pression de la maladie pendant sa conquête du pouvoir ?

Autour d’elle, Charlotte, l’héritière, se débat entre son envie de continuer la bataille et la volonté de se retrouver plus souvent en famille et changer de voie.

D’autres périls les attendent comme la montée de l’extrémisme et des attentats. Les situations nous rappelant aussi notre quotidien.

Un thriller hautement addictif mêlant habilement l’intime et le public dans cette lutte pour le pouvoir.

Ce troisième et dernier volet de cette trilogie sur le monde politique danois s’achève en apothéose. Un livre qu’on n’oublie pas.

À découvrir sans tarder.

Le site de l’auteure

 

Merci aux Éditions Heloïse D’Ormesson.

Notation :

Sarah Blaedel : Les filles oubliées

Les filles oubliées
Les filles oubliées

Résumé :

Le corps d’une femme est découvert dans une forêt isolée du Danemark. Une cicatrice sur le visage aurait dû rendre son identification facile, mais personne n’a signalé sa disparition. Louise Rick, enquêtrice au Département des Personnes Disparues, lance un appel à témoins. Une femme âgée reconnaît la victime qu’elle a connue enfant. Il s’agit d’une certaine Lisemette, qui fut internée autrefois dans un hôpital psychiatrique. Comme les autres enfants de cette lugubre institution, Lisemette était une « fille oubliée », abandonnée par sa famille. L’enquêtrice fait alors une autre découverte troublante : l a victime avait une sœur jumelle. Et toutes les deux sont censées être mortes depuis une trentaine d’années…

L’auteur :

Sara Blædel est l’auteur d’une série de romans mettant en scène l’enquêtrice Louise Rick, un immense succès dans 24 pays. Elle vit à Copenhague et a été élue meilleure romancière du Danemark quatre fois de suite.

Mon avis :

Un bon polar danois que j’ai lu vite, suspense garanti jusqu’à la dernière page.

Une enquêtrice, Louise, recherche la trace de jumelles disparues dont l’une d’elles vient d’être retrouvée morte. Ces jumelles handicapées avaient été placés dans un institut dès leur petite enfance. Là où cela ne colle pas, c’est qu’elles ont été déclarées mortes il y a trente ans. Or l’une d’elles vient d’être découverte.

D’autres disparitions sont signalées, toutes ces affaires sont confiées à l’enquêtrice Louise, une battante, qui est spécialisée dans la recherche des personnes disparues.

L’enquête entraîne Louise et son équipier vers une institution dans laquelle les deux jumelles ont été placées, une partie de l’institut existant toujours et des employés sont interrogés. Les enfants confiés sont oubliés de leurs parents, c’est l’institution elle-même, qui pousse l’entourage des handicapés à les abandonner à leur sort. Camilla, la meilleure amie de Louise, journaliste, mène aussi son enquête en parallèle.

Un livre qui entremêle l’histoire des jumelles et la vie de Louise et ses proches : Louise l’écorchée au passé trouble, Camilla la rebelle, Eik le coéquipier insaisissable et efficace.

En résumé : une bonne intrigue, suspense au rendez-vous et des personnages auxquels on croit. On le pose à regret donc un polar que je vous conseille.

Merci aux éditions Terra Nova.

Notation :

Hanne-Vibeke Holst : Le prétendant

Résumé :

Le prétendant
le prétendant

Suite à l’écrasante défaite du gouvernement aux élections, Gert Jacobsen, ex-ministre des Finances, brigue la tête du parti et se lance dans une ambitieuse course à la popularité pour s’attirer les suffrages. Toutefois, derrière l’excellence de son parcours, le leader social-libéral dissimule une part d’ombre. Sa femme, Linda, ne cesse d’en faire les frais. Quand les accès de violence du « prétendant » dépassent la sphère intime, sa campagne est mise en péril. Sait-on vraiment qui nous gouverne ? Jusqu’où la vie privée des politiques doit-elle être protégée ?

L’auteur :

Hanne-Vibeke Holst, née en 1959 à Hjørring, est un auteur danois. Avant de se consacrer à l’écriture, elle a longtemps été journaliste politique et s’est également illustrée par son engagement pour la cause des femmes. Elle siège aujourd’hui comme membre de la Commission danoise de l’Unesco. Véritables best-sellers au Danemark, ses romans ont été traduits en plusieurs langues, dont l’allemand, le néerlandais et le suédois. Elle a reçu plusieurs prix, notamment le Søren Gyldendal en 2003 et le Laurel d’Or, prix annuel des libraires danois, en 2008.

Mon avis :

Un livre qui nous scotche. Addiction assurée !

Les héros ne sont pas des gens comme les autres puisqu’ils sont à la tête d’un pays. Ils sont aussi terriblement humains : fragiles, sensibles et ambitieux.

Le prétendant est Gert, assoiffé de pouvoir; lorsque son parti bascule dans l’opposition, il se sent prêt à prendre la place du leader de son partir et briguer le poste de premier ministre. Oui mais il n’est pas le seul en lice. Des tractations démarrent entre lui et d’anciens ministres tandis que le précédent premier ministre débute aussi une campagne pour reconquérir les électeurs.

Chacun a ses faiblesses, Gert est le plus vil de tous : c’est un ultra violent dès qu’il se retrouve chez lui et, Linda, sa femme, en fait les frais. Un personnage qui s’humanise lorsqu’il rencontre Yasemin, une jeune femme intelligente d’origine turque qui devient son attachée parlementaire. Parmi les autres personnages, Charlotte, responsable sur les sujets environnementaux, croit dans sa mission et n’adhère pas aux manœuvres des autres comme Per et Meyer.

Une plongée dans les arcanes du pouvoir : des thèmes actuels, des guerres sans merci pour gouverner et des “authentiques” comme Charlotte ou Yasemin.

Le livre est découpé en chapitres qui alternent les points de vue, les passages où Linda se raconte sont poignants.

J’ai aimé les personnages, le sujet et le rythme.

Un pavé de 700 pages qui se lit vite, attention, le terminer devient une obsession, un véritable “page turner”. Je confirme la mention sur la couverture : “suspense politique”.

Un livre passionnant que je vous recommande.

Merci aux Editions Heloïse d’Ormesson.

 

Notation :