Anne de Bourbon-Siciles : Même si le soleil se cache

Même si le soleil se cache

Résumé 

Lorsque Émilie rencontre Éric, au cours d’un séjour en Martinique au Club Med, elle n’a que dix-huit ans. Elle est une bachelière de bonne famille, lui un GO au charme irrésistible. Bientôt, cet amour de vacances se mue en une relation passionnée. Un bébé nait, Alice. Rien ne manque au bonheur.

Mais, un matin, Émilie découvre d’étranges traces sur le corps de sa fille. Dès lors, tout s’enchaîne …

L’auteur 

La princesse Anne de Bourbon-Siciles est née à Saint-Raphaël. Descendante en ligne directe du roi Louis XIV, cousine du roi d’Espagne et apparentée à la plupart des cours d’Europe, elle a été rédactrice de mode, puis chargée des relations publiques des maisons Versace et Balenciaga. Elle vit entre Paris et la Martinique. Elle est l’auteure de Le Chant du pipiri (L’Archipel, 2014 ; Archipoche, 2015) et J’ai quelque chose à te dire (l’Archipel, 2016 ; Archipoche, 2017).

Mon avis

J’ai dévoré ce livre en trois jours, une histoire particulièrement prenante et émouvante.

Une auteure découverte avec son précédent livre « J’ai quelque chose à te dire » une lecture qui ne nous quitte pas 

Autre ambiance, nouveaux thèmes mais toujours autant de conviction dans ce nouvel ouvrage.

Le roman se déroule entre Paris et la Martinique, où Emilie rencontre Éric : un grand amour les unit, cela démarre comme une belle histoire. Après la naissance de leur bébé tout va basculer.

Je ne vous détaillerai pas l’histoire, sachez que vous découvrirez peut-être, comme moi, le « Syndrome de Munchausen » qui est une forme de maltraitance.

J’ai vibré avec Emilie jusqu’au bout du roman, tant le suspense est intense. On plaint Emilie et Éric tout en doutant de leur innocence.

Une lecture prenante au scénario bien construit, une plume alerte et fluide.

N’hésitez pas, lisez ce roman.

Paru aux éditions L’Archipel

Notation :

Sylviane Jung : Entrez dans la magie de l’intuition

Entrez dans la magie de l’intuition

Présentation 

L’intuition a le vent en poupe. Hommes d’affaires, scientifiques, artistes… de plus en plus de personnes évoquent l’intelligence intuitive pour expliquer leur succès. Le sixième sens, cette petite voix intérieure, nous guiderait vers le meilleur. Mais nous sommes tous – plus ou moins – intuitifs ! L’objectif de ce livre est de proposer des techniques simples pour que le sixième sens devienne un outil essentiel à votre vie. Comment prendre la bonne décision, obtenir une information, connaître la meilleure voie pour soi, savoir pourquoi on a échoué, que faire pour réagir, éloigner ses peurs, corriger ses faiblesses ?

L’auteur 

Après trente ans d’expérience dans le domaine de l’intuition, et convaincue que c’est le meilleur moyen de devenir autonome face aux épreuves de la vie, Sylviane Jung anime des séminaires et des conférences en France, en Belgique et au Portugal, où elle réside actuellement.

Mon avis

Un guide pratique pour écouter et développer son intuition. 

Six clés pour devenir super intuitif, nous promet l’auteur : j’ai lu attentivement cet ouvrage et apprécié le découpage clair, la progression de la méthode avec les propositions de postures et les très nombreux exercices (plus d’une cinquantaine).

J’ai remarqué qu’en pratiquant, on se « prend au jeu » et cela devient comme une seconde nature.

À retenir pour devenir intuitif : écouter son corps en reconnaissant les signaux qu’il nous adresse, se relaxer pour que l’intuition soit davantage perceptible, être spontané et se faire confiance.

Ce qui m’a paru le plus intéressant : l’intuition est un vrai outil pour mieux se connaître; en lisant les conseils et en testant les exercices cela se confirme.

Éviter les pièges du mental, accueillir et comprendre les ressentis de son corps grâce à notre intuition.

Je confirme : c’est amusant à pratiquer et enrichissant : je vous le conseille.

Pour aller plus loin, le site de l’auteure : https://www.lescheminsdelintuition.com

Paru au Courrier du Livre, Éditions Trédaniel 

Notation :

Anne Youngson : Il n’est jamais trop tard

Résumé :

Lorsque Tina Hopgood écrit une lettre depuis sa ferme anglaise à un homme qu’elle n’a jamais rencontré, elle ne s’attend pas à recevoir de réponse. Et quand Anders Larsen, conservateur solitaire d’un musée de Copenhague, lui renvoie une missive, il n’ose pas espérer poursuivre les échanges. Ils ne le savent pas encore, mais ils sont tous deux en quête de quelque chose. Anders a perdu sa femme, ses espoirs et ses rêves d’avenir. Tina se sent coincée dans son mariage. Leur correspondance s’épanouit au fur et à mesure qu’ils s’apprivoisent au travers de leurs histoires personnelles : des joies, des angoisses, toutes sortes de découvertes. 

L’auteur :

Anne Youngson vit dans l’Oxfordshire en Angleterre, ce livre est son premier roman.

Mon avis :

Un roman épistolaire agréable qui se lit sourire aux lèvres.

Le propos est plutôt classique, l’inattendu réside dans le profil de chacun des héros.

Ils sont si différents Tina et Anders : elle vit en Angleterre dans une ferme tandis que lui est danois et conservateur de musée. La correspondance débute autour du questionnement sur un homme mort il y a plus de deux mille ans, l’homme de Tollund dont les restes sont conservés au musée de Silkeborg au Danemark.

Petit à petit chacun se raconte en se dévoilant davantage.

Le lecteur reste accroché à l’histoire de chacun de ces personnages tout en se demandant où cela les mènera.

Empreint d’une grande sensibilité, avec une écriture simple mais fluide : un roman plaisant.

Paru aux éditions Denoël.

Traduit de l’anglais par Perrine Chambon

Notation :

Nadia Busato : Je ne ferai une bonne épouse pour personne

Je ne ferai une bonne épouse pour personne

Résumé :

Le 1er mai 1947 au matin, Evelyn McHale monte à la terrasse panoramique du 86e étage de l’Empire State Building, saute dans le vide et s’écrase sur le toit d’une limousine. Quelques minutes plus tard, Robert Wiles, étudiant en photographie, immortalise son corps, miraculeusement intact, sa main gantée enserrant son collier de perles, la disposition harmonieuse de son cadavre épousant parfaitement le linceul de métal. Si le cliché du «plus beau suicide», l’une des images les plus célèbres publiées par le magazine Life, a inspiré Andy Warhol, la mode et l’avant-garde pop, la vie et la personnalité d’Evelyn sont restées dans l’ombre.

L’auteur :

Nadia Busato travaille dans la communication. Elle collabore avec Grazia et le Corriere Della Sera. Elle écrit pour le théâtre, la radio et la télévision.

Mon avis :

Une enquête passionnante sur la suicidée la plus connue des Etats-Unis.

Ici pas de voyeurisme, du factuel avec une formidable reconstitution de l’Amérique d’après guerre, pas de parti pris non plus, la vie de la suicidée défile sous nos yeux.

Pourquoi Evelyn, une jeune fille de vingt-trois ans, a-t-elle choisi de sauter depuis l’l’Empire State Building ? 

En donnant la parole à ses proches (sa mère, sa sœur ou son fiancé) l’auteure restitue la vie d’Evelyn. Le personnage fort, sa mère, s’est éloignée de son foyer : pour vivre autrement et ne pas avoir un septième enfant. Une première cassure dans la vie d’Evelyn. Elle était différente de sa sœur : plus solitaire, rebelle. Comment expliquer ses gestes fous lors d’un mariage ou pendant son service militaire ?

Quelle est sa vraie place au sein de sa famille ou dans la société ?

Quelles fêlures ont incitées cette jeune fille qui devait se marier quelques semaines plus tard à se donner la mort ? 

Beaucoup de questions et une première réponse de la jeune femme dans le mot qu’elle laisse derrière elle : «Dites à mon père que je ressemble trop à ma mère ».

Une plongée au cœur d’une époque difficile pour les femmes : l’après guerre les cantonne souvent à un rôle d’épouse modèle.

Cette enquête révèle autant la vie d’Evelyn qu’une période : instructif et passionnant.

Ajoutez à cela une écriture fluide et une construction de roman de type chorale, chaque proche d’Evelyn intervient alternativement dans ce récit.

Je vous conseille la lecture de ce roman qui redonne vie à la suicidée la plus connue des États-unis.

Paru aux éditions de la Table Ronde.

Notation :

Catherine Bardon : Les déracinés

Les déracinés

Résumé :

Almah et Wilhelm se rencontrent dans la Vienne brillante des années 1930. Après l’Anschluss, le climat de plus en plus hostile aux juifs les pousse à quitter leur ville natale avant qu’il ne soit trop tard. Perdus sur les routes de l’exil, ils tirent leur force de l’amour qu’ils se portent : puissant, invincible, ou presque. Ils n’ont d’autre choix que de partir en République dominicaine, où le dictateur promet 100 000 visas aux juifs d’Europe. 

L’auteur :

Catherine Bardon est une amoureuse de la République dominicaine où elle a vécu de nombreuses années. Elle est l’auteure de guides de voyage et d’un livre de photographies sur ce pays. Son premier roman, Les Déracinés (Les Escales, 2018 ; Pocket, 2019), a rencontré un vif succès.

Mon avis :

Un coup de cœur : sept cent soixante huit pages avalées en quelques jours.

Ce roman captivant est inspiré de faits historiques réels comme le précise l’auteure à la fin du récit. Des événements peu connus de la seconde guerre mondiale : des juifs s’enfuient d’Autriche et se retrouvent à la République Dominicaine pour participer à la création d’une colonie.

Nos héros, Almah et Wilhelm, décident de fuir Vienne pour rejoindre la sœur de Wilhem à New-York. Le périple long et compliqué les emmènera en Suisse, au Portugal, à New-York avant d’arriver à destination.

Leurs aventures ne font que débuter et s’étalent sur trente ans.

Ce premier roman est une grande saga historique et romanesque, un grand roman d’aventure. Au programme beaucoup de passions : l’amour intense entre les deux protagonistes, l’amitié entre les deux femmes Almah et Svenja et la solidarité qui règne parmi les colons.

Je n’ai pas décroché un seul instant : palpitant, intense et bien écrit, bravo pour ce roman qui nous tient en haleine tout du long. Un seul regret, quitter cette histoire à la fin.

Pour se consoler: la suite de cette histoire est parue, il s’agit de « L’américaine ».

Paru aux éditions Les Escales et Pocket.

Notation :