Fiona Melrose : Midwinter

Midwinter
Midwinter

Résumé :

Landyn Midwinter et Vale, son fils, agriculteurs dans le Suffolk, sont des hommes du terroir. Face à la concurrence des grandes entreprises ils doivent lutter pour garder leur propriété. Mais un combat plus profond et plus brutal est à l’œuvre depuis la mort tragique de Cecelia, épouse et mère adorée, dix années auparavant en Zambie ; un passé jusque-là enfoui, non dit, retranché derrière la maladresse et la douleur des deux hommes. Lors d’un hiver particulièrement éprouvant, Landyn et Vale affrontent enfin le souvenir qui les hante, et mettent à l’épreuve Ie fragile tissu de leur relation.

L’auteur :

Fiona Melrose est née à Johannesburg. Elle a eu plusieurs carrières, dans l’analyse politique pour des ONG et le secteur privé. Elle a vécu à Londres et dans le Suffolk. Midwinter est son premier roman.

Mon avis :

Un roman qui nous laisse pantelant, tourneboulé : une expérience littéraire inoubliable. A ne pas rater.

Ce récit fort et poignant nous immerge dans le quotidien de deux hommes, père et fils, qui ont perdu leurs repères après la mort de la mère de famille.

La scène d’ouverture est particulièrement réussie, puissante et prenante, le lecteur retient sa respiration en attendant le dénouement.

Midwinter est le nom de ces deux hommes : le père, la soixantaine, a épousé tardivement Cecelia, ils ont eu un fils, Vale qui a vingt ans. Deux taiseux, tristes et malheureux depuis la disparition de la mère, dix ans auparavant. Chacun raconte son quotidien et son mal-être. Les chapitres alternent leurs confessions, ils vivent ensemble mais ne se parlent pas. Leur douleur est enfouie et les étouffe.

Vale dit « je crois que je n’ai jamais su comment réparer les choses », personne ne l’aide et sa peine est immense.

Le père est plus sensible aux animaux qui lui sont proches comme cette renarde qu’il croise régulièrement (et nous rappelle la jolie couverture de ce livre). Le fils pense que son père préfère ces animaux à son enfant et se replie davantage sur lui-même.

On assiste impuissant à leurs querelles, autant d’appels à l’aide sans réponse.

Le décor apporte aussi une intensité dramatique, que l’on soit dans les campagnes gelées du Suffolk ou au milieu des terres arides de la Zambie, des terres grandioses et difficiles.

Cette lecture m’a bouleversée, partez aussi à la découverte de l’histoire de la famille Midwinter, vous ne serez pas déçus.

Notation :

Michel Bernard : Le bon cœur

Résumé :

Le Bon Cœur est le roman d’une voix, celle d’une paysanne de dix-sept ans qui retint le royaume de France sur le bord de l’abîme, le sauva et en mourut. Elle changea le cours de l’Histoire en réveillant dans le cœur usé des hommes la force de croire et d’aimer.

L’auteur :

Michel Bernard est né à Bar-le-Duc. Haut fonctionnaire, il est l’auteur de plusieurs textes publiés à la Table Ronde, un livre sur l’écrivain Maurice Genevoix, Pour Genevoix (2011), ainsi qu’un roman sur l’expérience humaine et musicale du compositeur Maurice Ravel durant la Grande Guerre, Les Forêts de Ravel (2014), pour lequel il a reçu le Prix Livres et Musiques du festival de Deauville en 2015.

Son roman Deux remords de Claude Monet, paru en 2016, a reçu le Prix Marguerite Puhl-Demange et le Prix Libraires en Seine.

Mon avis :

Un livre passionnant qui nous offre un nouvel éclairage sur le fabuleux destin de Jeanne La pucelle.

J’ai retrouvé avec un grand plaisir un auteur découvert il y a un an avec « Deux remords de Claude Monet ».

Toujours cette belle plume et son style impeccable.

On pensait tout connaître de cette héroïne mais la suivre tout au long de ce récit nous dévoile une forte personnalité passionnée par sa mission.

Déterminée et courageuse, la jeune fille avance vers son destin et lève tous les obstacles pour mener à bien sa mission.

Nous la suivons avec grand intérêt et fébrilité en se disant : comment une jeune fille pauvre au Moyen Âge parvient-elle à faire basculer l’histoire de France ?

La force de ce récit est de nous immerger complètement dans son époque : nous chevauchons à ses côtés, guerroyons contre les anglais et discutons avec le roi. Nous prenons plaisir à vivre ses aventures grâce au style fluide et poétique employé par Michel Bernard, j’ai été conquise.

Pourquoi ne pas proposer aux enfants de découvrir cette page d’histoire avec ce livre ?

Ne passez pas à côté de ce beau texte.

 

Notation :

Richard Russo : A malin, malin et demi

Résumé : Quand Douglas Raymer était collégien, son professeur d’anglais écrivait en marge de ses rédactions : «Qui es-tu, Douglas?» Trente ans plus tard, Raymer n’a pas bougé de North Bath, et ne sait toujours pas répondre à la question. Dégarni, enclin à l’embonpoint, il est veuf d'une femme qui s’apprêtait à le quitter. Pour qui? Voilà une autre question qui torture ce policier à l’uniforme mal taillé. De l’autre côté de la ville, Sully, vieux loup de mer septuagénaire, passe sa retraite sur un tabouret de bar, à boire, fumer et tenter d’encaisser le diagnostic des cardiologues : «Deux années, grand maximum.» Raymer et Sully sont les deux piliers branlants d’une ville bâtie de travers. Quand un mur de l’usine s’écroule, tous ses habitants – du fossoyeur bègue au promoteur immobilier véreux, en passant par la femme du maire et sa case en moins – sont pris dans la tempête.

 

L'auteur :

Richard Russo est né en 1949 aux États-Unis. Après avoir longtemps enseigné la littérature à l’université, il se consacre désormais à l’écriture de scénarios et de romans dans sa maison du Maine.


Mon avis :

Un grand cru ce Richard Russo ! Si vous avez envie de passer un bon moment de lecture au cœur d'une petite ville américaine paumée, ce pavé de six cent pages est pour vous.

Richard Russo adopte un ton humoristique pour accrocher le lecteur : oui, ces personnages sont déjantés, faibles et pourtant si attachants.

On compatit aux malheurs et regrets du chef de la police qui ne parvient pas à oublier sa femme décédée, même si elle avait décidé de le quitter. Quant à Sully, son médecin l'informe qu'il ne vivra plus très longtemps sauf s'il se fait opérer bientôt. En a-t-il seulement envie ?

On croise beaucoup d'autres personnages, j'ai été sensible aux rôles féminins comme Alice, la femme du maire ou Charice dont la logique désarçonne Raymer même s'il sait qu'elle lui est dévouée.

Autant les hommes sont bourrus et même limités, quant aux femmes, elles leur sauvent la mise régulièrement. Ils en bien besoin, surtout notre chef de la police qui doit faire face à des situations plutôt catastrophiques. Oui, il s'en passe des choses dans cette histoire. Pour le plus grand plaisir du lecteur bien sûr.

On peut dire que l'auteur est sans pitié pour ses personnages, ce qui donne un portrait criant de vérité : une satire sociale terriblement vivante et réaliste.

À quand un film tiré de ce roman ?

En attendant, profitez du roman.


Parution aux Éditions de la Table Ronde collection Quai Voltaire le 24/8/17.

 

Thierry Dancourt : Jeux de dame

Jeux de dame
Jeux de dame

Résumé : Solange Darnal promène sa silhouette élégante et solitaire entre le Paris du début des années 1960, le Berlin de la guerre froide et la mélancolie de Trieste sous la pluie. On roule en Volvo P1800, on fume des cigarettes State Express 555, le musée de la porte Dorée s’appelle encore le palais des Colonies, et les femmes portent des imperméables beurre frais. Solange oscille entre deux mondes, celui de la vérité et celui du mensonge, de la lumière et de l’ombre, de la transparence et du secret, et navigue entre deux hommes. Elle prend peu à peu conscience qu’elle en aime un davantage que l’autre, et sans doute aime-t-elle vraiment pour la première fois…

L’auteur :

Thierry Dancourt est né à Montmorency, dans le Val-d’Oise. Il travaille aujourd’hui comme rédacteur indépendant dans les domaines de l’architecture et de l’urbanisme. Hôtel de Lausanne, écrit à Paris et à Casablanca, est son premier roman. Suivent Jardin d’hiver en 2010, puis Les Ombres de Marge Finaly en 2012 à La Table Ronde.

 

Mon avis :

J’ai beaucoup aimé ce roman d’atmosphère qui m’a plongée avec délice dans les années 60 entre Paris et Berlin.

Solange n’est pas une héroïne comme les autres, mystérieuse et discrète, nous la suivons dans ses déambulations vers Porte Dorée où elle se rend fréquemment pour visiter le Palais des colonies. Seule, au volant de sa voiture, elle semble fragile et mystérieuse. Que fait-elle de sa vie ? Pourquoi ce départ vers Berlin ?

Le mystère plane, Solange rejoint un homme qu’elle fréquente et accomplit des tâches très différentes de sa vie parisienne. Elle mène plusieurs existences en parallèle.

Je précise que l’intrigue n’est pas le plus important dans ce texte même si l’on se laisse porter par l’histoire, c’est l’atmosphère parfaitement retranscrite qui m’a le plus touchée. Avec une grande précision et force détails, l’auteur nous emmène dans ce Paris des années soixante.

Sur un ton feutré, délicat et sensuel, l’auteur nous raconte une histoire qui se lit vite. Quoique… on a aussi envie de freiner la lecture pour profiter le plus longtemps possible de cette ambiance si bien retracée.

Les sensations provoquées par ce texte ressemblent à celles ressenties lors de la lecture d’un ouvrage de Patrick Modiano.

Un grand plaisir littéraire donc que je vous incite à découvrir. Vous ne serez pas déçu.

 

Merci aux Éditions de la Table Ronde.

Notation :

Rentrée littéraire : avant-première….

 

Voici, un peu en avance mes premières impressions de lectures de la prochaine rentrée littéraire :

 

J’ai lu six livres, de belles découvertes que je vous conseille.

 

Jeux de dame de Thierry Dancourt collection Vermillon, parution le 17/8/2017

Ambiance “modianesque”, mystère et belle écriture

 

L’embaumeur de Isabelle Duquesnoy, parution le 17/8/2017

Un roman historique captivant

 

Un bruit de balançoire de Christian Bobin, parution le 30/8/2017

Comme un long poème en hommage à un ermite japonais, magnifique

 

Pourquoi les oiseaux meurent de Victor Pouchet parution le 7 Septembre 2017

Inattendu et décalé, une quête le long de la Seine…

 

Les complicités involontaires de Nathalie Bauer parution le 24/8/17

Subtil et bien mené …

 

Comment vivre en héros de Fabrice Humbert parution le 17/8/17

Un texte fort et prenant sur la vie d’un héros ordinaire.

 

Dans quelques jours, des avis plus détaillés.

En attendant je replonge dans mes autres romans de la rentrée littéraire.