Chronique de : Un invincible été de Catherine Bardon

Un invincible été

Résumé :

Depuis son retour à Sosúa, en République dominicaine, Ruth se bat aux côtés d’Almah pour les siens et pour la mémoire de sa communauté, alors que les touristes commencent à déferler sur l’île. Gaya, sa fille, affirme son indépendance et part aux États-Unis, où Arturo et Nathan mènent leurs vies d’artistes. Comme sa mère, elle mène son propre combat à l’aune de ses passions.

L’auteure 

Amoureuse de la République dominicaine, Catherine Bardon a déjà emporté plus d’un demi-million de lecteurs avec sa saga Les Déracinés. En quelques livres, elle s’est imposée comme une voix majeure du paysage romanesque français.

Ma chronique :

J’ai adoré cette saga enchanteresse que j’ai savouré tout au long des quatre tomes.

Dernier opus ici, je ne me suis pas essoufflée et j’ai ressenti le même intérêt pour les personnages et le décor de cette île dominicaine. Je suis retombée sous le charme de l’histoire et des lieux très bien décrits.

C’est ce qui m’a le plus enthousiasmée dans cette épopée : la sensation de faire corps avec les héros, d’être complètement immergée, j’ai l’odeur des fruits et le parfum des fleurs dans les narines. La mer n’est jamais très loin non plus et on s’y promène avec délice en accompagnant nos héros. C’est autant un voyage dans les Caraïbes qu’un voyage dans le temps.

L’autre talent de cette auteure réside dans son art d’entrelacer les événements historiques et la vie de cette famille pas comme les autres. C’est réussi une fois de plus. Ruth et ses enfants seront au cœur des grands événements de ces années 2000. En clôturant cette épopée, l’auteure nous ramène aussi dans le passé, dans la ville de Vienne des années trente, en évoquant la jeunesse d’Almah et cela fait du bien au lecteur de se replonger dans l’époque du premier épisode des « Déracinés », avant même l’arrivée de ces pionniers sur ce bout d’île. La boucle est bouclée, on peut ainsi refermer le livre sans tristesse.

Une des plus belles épopées historiques à mon sens : j’ai frémi et vécu intensément avec Almah et les siens tout au long de cette histoire. 

Je vous recommande chaudement cette formidable aventure en quatre tomes parus aux éditions Les Escales.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, merci de nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée. Merci.

Notation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.