Neil Gaiman : La mythologie viking

La mythologie viking
La mythologie viking

Présentation : L’univers de Neil Gaiman est nourri par les légendes nordiques. Il revient à ses sources et nous raconte enfin la grande saga des dieux scandinaves qui l’ont inspiré pour son chef d’oeuvre American Gods. De la genèse des neuf mondes au crépuscule des dieux et l’ère des hommes, ils reprennent vie : Odin, le plus puissant des dieux, sage, courageux et rusé ; Thor, son fils, incroyablement fort mais tumultueux ; Loki fils d’un géant et frère d’Odin, escroc et manipulateur inégalable…

L’auteur :

Né en 1960 en Angleterre, Neil Gaiman vit aux États-Unis. Salué comme un surdoué par Stephen King, lu dans le monde entier, il est l’auteur d’un chef-d’œuvre d’humour anglais co-écrit avec la star anglaise Terry Pratchett, De bons présages, de BD devenues cultes (The Sandman, Violent Cases, Signal/Bruit), de livres pour la jeunesse et de nombreux romans et nouvelles dont les best-sellers American Gods (prix Hugo, Nébula, Bram Stoker et Locus) et L’Océan au bout du chemin parus au Diable vauvert.

 

Mon avis :

Envie de partir à la découverte des dieux scandinaves ? N’hésitez plus, ce livre est pour vous. J’ai testé…

Ne connaissant pas du tout l’auteur, pas d’a priori pour moi; attirée par la promesse de découvrir la genèse de ces dieux du nord, j’ai plongé dans cet univers avec curiosité.

Verdict : ces légendes se lisent comme un roman, abordable et fluide, une lecture agréable. J’ai découvert ces dieux, n’étant pas férue de mythe viking, aidée par la présentation des “acteurs” en début d’ouvrage. On découvre immédiatement l’importance d’Odin, le plus grand de tous et son fils Thor (avec son marteau) ainsi que Loki, frère de sang d’Odin.

Le livre est ensuite découpé en quinze chapitres, avec un glossaire bien utile en fin de livre. Beaucoup de combats, de banquets, d’elfes et parfois un peu de poésie, en ces temps là aussi on déclamait des vers.

Des contes qu’on a envie de faire siens et de raconter à ses enfants ou aux adultes autour de soi, des histoires tout public.

Mention spéciale pour l’objet livre : belle couverture et mise en page intérieure.

 

Merci Anaïs pour cette découverte.

 

Notation :

Jean-Paul Didierlaurent : Le reste de leur vie

Le reste de leur vie
Le reste de leur vie

Résumé : Comment, au fil de hasards qui n’en sont pas, Ambroise, le thanatopracteur amoureux des vivants et sa grand-mère Beth vont rencontrer la jolie Manelle et le vieux Samuel, et s’embarquer pour un joyeux road trip en corbillard, à la recherche d’un improbable dénouement…

 

L’auteur : Jean-Paul Didierlaurent vit dans les Vosges. Nouvelliste exceptionnel lauréat de nombreux concours, trois fois finaliste et deux fois lauréat du Prix Hemingway, Le Liseur du 6h27 était son premier roman. Il a publié en 2015 chez le même éditeur un premier recueil de ses nouvelles, Macadam.

 

Mon avis :

Une histoire terriblement humaine qui fait du bien, nous ragaillardit et donne le sourire. Une chouette lecture !

Le thème principal, la fin de vie, est traité ici avec délicatesse, pudeur et même avec once d’humour. Les personnages, attachants et plein de vie, donnent une grande force à ce récit.

J’ai aimé Ambroise qui s’occupe d’embellir les morts avant leur départ pour l’au-delà. Manelle, quant à elle, est une auxiliaire de vie qui s’occupe de personnes âgées dans leur quotidien. Elle s’est attachée à Samuel, un vieux monsieur charmant avec qui elle déjeune une fois par semaine pour leur plus grand plaisir.

Manelle vit seule, épuisée le soir par son travail. Ambroise fait peur aux filles lorsqu’il s’intéresse à elles et habite chez sa grand-mère Beth. Leurs routes se croiseront au fil de l’histoire.

J’ai aimé ces belles rencontres humaines entre des personnages atypiques toujours sincères et remplis d’humanité. Ce livre est plein de tendresse, doublé d’une belle dose d’humour tellement agréable.

Je vous recommande ce roman profond et délicieux qui réjouit son lecteur et offre une belle réflexion sur notre vie.

 

Merci à l’Agence Anne et Arnaud et aux éditions Au diable Vauvert

Notation :