Chronique de : Magnificat de François-Henri Soulié

Magnificat

Résumé :

An 1177. La vicomtesse Ermengarde règne seule sur le riche comté de Narbonne. Dernière de sa dynastie, elle entretient une cour raffinée dont le jeune troubadour Guilhem de Malpas est le plus brillant fleuron. Dans l’ombre, elle est pourtant la proie d’un complot implacable. Les marchands, qui constituent la richesse de la ville, veulent faire du comté une république à l’égal de Gênes ou de Pise. Le comte de Toulouse rêve de s’emparer du comté …

L’auteur :

François-Henri Soulié est un homme de théâtre aux multiples casquettes : écrivain, comédien, marionnettiste, scénographe, metteur en scène et scénariste. Il a reçu le Prix du premier roman du festival de Beaune en 2016 pour Il n’y a pas de passé simple, paru aux Éditions du Masque. Ce livre a inauguré la série des « Aventures de Skander Corsaro ».

Ma chronique :

Après Angelus, voici Magnificat, la suite des aventures de Guilhem et sa famille se déroulant en Occitanie.

J’ai lu cette suite avec autant de plaisir que le premier opus. J’y ai retrouvé les ingrédients qui ont fait le succès du premier : une intrigue bien ficelée et étayée historiquement avec des personnages attachants. On y retrouve aussi les codes des grands romans d’aventure avec ses rebondissements nombreux, les félonies des uns et la bravoure des autres. Le tout avec un rythme enlevé qui ne faiblit pas.

Dans la postface, les notes de l’auteur précisent tout ce qui est véridique ici.

Je précise aussi que cet épisode peut se lire indépendamment

François-Henri Soulié mêle avec brio érudition historique, suspense et aventures.

Un roman historique captivant à découvrir aux éditions 10 18.

Merci Babelio et les éditions 10 18 pour cette lecture.

Notation :

Chronique de : Le messager de L. P. Hartley

Le messager

Résumé :

Été 1900, campagne anglaise du Norfolk. Léon Colston, bientôt treize ans, est invité par un camarade de classe à séjourner au manoir de Brandham Hall. Issu d’un milieu social modeste, il découvre avec fascination le monde des aristocrates, un monde dont il peine à comprendre les codes. Heureusement, Marian, la jeune fille de la maison, le prend sous son aile.

L’auteur :

Leslie Poles Hartley est né le 30 décembre 1895. Diplômé de l’université d’Oxford en 1922, il écrit des critiques pour des revues littéraires et publie des nouvelles à la fois fantastiques et macabres. Après plusieurs recueils de nouvelles, Hartley publie son premier roman en 1944, La Crevette et l’Anémone. Le Messager, publié en 1953, obtient un succès considérable et est encore culte au Royaume-Uni.

Ma chronique :

J’ai découvert cet auteur avec « La Crevette et l’Anémone » publié aux éditions de la Table Ronde.

Ici aussi, c’est un roman d’apprentissage avec Léon, jeune garçon catapulté dans le mon de l’aristocratie britannique. Beaucoup de nouveautés pour un garçon issu de la bourgeoisie, père banquier, qui découvre les codes de cette caste, guidé par Marian, la soeur ainée de son copain.

Après des débuts un peu difficiles, son appartenance à un autre monde étant visible au travers de son habillement notamment, Léon se fait une place au sein de cette grande famille. Son rôle de messager de la jeune Marian va accélérer sa découverte du monde des adultes. 

Apprenti sorcier a ses heures, nous suivons ces aventures avec délice. Une grande histoire d’amour se noue sous ses yeux, il y contribue sans le savoir.

Si on aime les ambiances « so british » avec match de cricket , tenues en flanelle blanche pour tous et « tea time », ne pas hésiter surtout et se précipiter sur ce livre écrit en 1953. 

Merci Babelio et les Editions 10 18 pour cette lecture.

Notation :