V. Veedam C.B. Wall : Cap sur la liberté

Cap sur la liberté

Résumé 

À la fin de la Seconde Guerre mondiale, Staline exige le retour de dizaines de milliers d’exilés qui ont fui l’occupation nazie. 

Parmi eux deux Estoniens, Harry Paalberg et Voldemar Veedam, craignent que la Suède où ils se sont réfugiés ne doive renoncer à sa neutralité et ne les renvoie dans leur pays devenu territoire soviétique. Rassemblant leurs maigres ressources, ils achètent un vieux voilier de travail pour s’enfuir clandestinement vers les États-Unis. Le 10 août 1945, seize hommes, femmes et enfants appareillent à bord de l’Erma, un sloop de 11,30 mètres qui n’a jamais navigué en haute mer. Ils mettront soixante-douze jours pour atteindre Norfolk, en Virginie. 

Les auteurs 

V. Veedam est un historien estonien réfugié en Suède, employé à l’Institut suédois du travail, Voldemar Veedam refusa de regagner l’Estonie, à la fin de la seconde Guerre mondiale, tandis que Staline faisait pression sur la Suède pour que tous les émigrés rentrent chez eux après la victoire alliée. En 1945, son ami Harry Paalberg achète un voilier et, avec d’autres réfugiés, ils quittent la Suède pour les États-Unis. Veedam devint journaliste à New York.

Carl B. Wall (1907–1979), journaliste américain, fut reporter et correspondant étranger en Europe pendant la Seconde Guerre mondiale. Il rencontra Veedam en 1946, et écrivit un premier récit de la traversée d’après les carnets de l’Estonien : « La Croisière de l’Erma » parut dans le Reader’s Digest en 1947.

Mon avis

Un document passionnant qui se lit comme un roman. Je vous le conseille vivement.

J’ignorais le triste sort de ces estoniens qui ont connu le joug des allemands et des soviétiques.

Réfugiés pour certains en Suède comme nos héros, il est hors de question pour eux de rentrer chez eux pour finir en Sibérie. Ils préfèrent fuir la Suède sur un vieux bateau de soixante-dix ans et rejoindre les États-Unis. 

Nous suivons les préparatifs puis le départ avec les premiers aléas. Faire naufrage ou mourir de faim ou de soif : voilà les risques.

On se dit : quel courage !

Le récit est émouvant lorsqu’ils arrivent en Ecosse ou en Irlande et croisent des habitants généreux qui offrent du lait pour les enfants.

Ce témoignage est rempli d’humanité, l’entraide sur le bateau et la générosité de certains peuples pendant le voyage expliquent certainement la réussite de ce grand périple.

L’écriture fluide rend la lecture très agréable et les photos complètent bien ce document.

Une grande épopée à découvrir grâce à cette nouvelle édition paru aux éditions de la Table Ronde.

Notation :

Joseph Ponthus : À la ligne

À la ligne

Résumé 

À la ligne est le premier roman de Joseph Ponthus. C’est l’histoire d’un ouvrier intérimaire qui embauche dans les conserveries de poissons et les abattoirs bretons. Jour après jour, il inventorie avec une infinie précision les gestes du travail à la ligne, le bruit, la fatigue, les rêves confisqués dans la répétition de rituels épuisants, la souffrance du corps. Ce qui le sauve, c’est qu’il a eu une autre vie. Il connaît les auteurs latins, il a vibré avec Dumas, il sait les poèmes d’Apollinaire et les chansons de Trenet. C’est sa victoire provisoire contre tout ce qui fait mal, tout ce qui aliène. Et, en allant à la ligne, on trouvera dans les blancs du texte la femme aimée, le bonheur dominical, le chien Pok Pok, l’odeur de la mer. 

L’auteur 

Joseph Ponthus est né en 1978. Après des études de littérature à Reims et de travail social à Nancy, il a exercé plus de dix ans comme éducateur spécialisé en banlieue parisienne où il a notamment dirigé et publié Nous… La Cité (Editions Zones, 2012). Il vit et travaille désormais en Bretagne. 

Mon avis :

Une claque ce livre : je répète cette phrase à tous mes proches, pour les convaincre de découvrir ce texte.

Atypique, presque dérangeant tout en étant attachant : je suis passée par tous ces états en le lisant. Ce qui est sûr c’est qu’on n’en sort pas indemne.

Plusieurs prix littéraires ont déjà couronné cet ouvrage qui ne peut passer inaperçu.

Pour quelles raisons ? Pour sa forme : un roman entièrement en vers libres avec une écriture poétique et fluide. Une écriture au diapason de l’histoire.

Pour le fond : une description détaillée du travail à l’usine qui se lit sans ennui, bien au contraire. 

Joseph Ponthus se confie et décrit minutieusement sa vie d’ouvrier : le rythme infernal, les conditions de travail, les relations avec les chefs et la fatigue. Les conditions de travail dans la conserverie étaient difficiles mais cela se corse encore dans l’abattoir. J’ai encore moins envie de manger de la viande après cette lecture !

La littérature et la musique agissent comme un baume et le soutiennent.

Un livre qui remue, interroge et bouleverse : une lecture incontournable.

Rencontré au salon du livre de Vannes, Joseph Ponthus indique qu’il continue d’écrire , à quand le prochain livre ?

Nous lecteurs, on a hâte …

Publié aux éditions de la Table Ronde.

Notation :

Nadia Busato : Je ne ferai une bonne épouse pour personne

Je ne ferai une bonne épouse pour personne

Résumé :

Le 1er mai 1947 au matin, Evelyn McHale monte à la terrasse panoramique du 86e étage de l’Empire State Building, saute dans le vide et s’écrase sur le toit d’une limousine. Quelques minutes plus tard, Robert Wiles, étudiant en photographie, immortalise son corps, miraculeusement intact, sa main gantée enserrant son collier de perles, la disposition harmonieuse de son cadavre épousant parfaitement le linceul de métal. Si le cliché du «plus beau suicide», l’une des images les plus célèbres publiées par le magazine Life, a inspiré Andy Warhol, la mode et l’avant-garde pop, la vie et la personnalité d’Evelyn sont restées dans l’ombre.

L’auteur :

Nadia Busato travaille dans la communication. Elle collabore avec Grazia et le Corriere Della Sera. Elle écrit pour le théâtre, la radio et la télévision.

Mon avis :

Une enquête passionnante sur la suicidée la plus connue des Etats-Unis.

Ici pas de voyeurisme, du factuel avec une formidable reconstitution de l’Amérique d’après guerre, pas de parti pris non plus, la vie de la suicidée défile sous nos yeux.

Pourquoi Evelyn, une jeune fille de vingt-trois ans, a-t-elle choisi de sauter depuis l’l’Empire State Building ? 

En donnant la parole à ses proches (sa mère, sa sœur ou son fiancé) l’auteure restitue la vie d’Evelyn. Le personnage fort, sa mère, s’est éloignée de son foyer : pour vivre autrement et ne pas avoir un septième enfant. Une première cassure dans la vie d’Evelyn. Elle était différente de sa sœur : plus solitaire, rebelle. Comment expliquer ses gestes fous lors d’un mariage ou pendant son service militaire ?

Quelle est sa vraie place au sein de sa famille ou dans la société ?

Quelles fêlures ont incitées cette jeune fille qui devait se marier quelques semaines plus tard à se donner la mort ? 

Beaucoup de questions et une première réponse de la jeune femme dans le mot qu’elle laisse derrière elle : «Dites à mon père que je ressemble trop à ma mère ».

Une plongée au cœur d’une époque difficile pour les femmes : l’après guerre les cantonne souvent à un rôle d’épouse modèle.

Cette enquête révèle autant la vie d’Evelyn qu’une période : instructif et passionnant.

Ajoutez à cela une écriture fluide et une construction de roman de type chorale, chaque proche d’Evelyn intervient alternativement dans ce récit.

Je vous conseille la lecture de ce roman qui redonne vie à la suicidée la plus connue des États-unis.

Paru aux éditions de la Table Ronde.

Notation :

Elizabeth Jane Howard : Une saison à Hydra

Une saison à Hydra

Résumé 

À soixante et un ans, Emmanuel Joyce est un dramaturge à succès. Accompagné de sa femme Lillian et de son manager dévoué Jimmy Sullivan, qui partage leur vie nomade, il s’apprête à quitter Londres le temps de repérer une comédienne pour la production de sa dernière pièce à Broadway. Alors qu’aucune candidate ne fait l’affaire, surgit l’idée de confier le rôle à Alberta, sa secrétaire de dix-neuf ans, tout droit sortie du presbytère de son père dans le Dorset. Seulement, il faudra lui apprendre le métier. Ils embarquent pour l’île grecque d’Hydra où Jimmy aura six semaines pour faire répéter l’ingénue, tandis qu’Emmanuel tâchera de renouer avec l’écriture.

L’auteur 

Née à Londres en 1923, elle est l’auteur de 15 romans dont la sagaies Cazalet Chronicles adaptée en série pour la BBC et devenue un classique au Royaume Uni.

Mon avis

Ce magnifique texte paru en 1959, est réédité aux Éditions de la Table Ronde avec une superbe traduction de Cécile Arnaud.

Dès la préface de Sybille Bedford, le ton est donné : nous voici en présence d’une œuvre d’une grande qualité littéraire encensée à sa sortie. Toute la présentation de Sybille m’a donné envie d’attaquer cet ouvrage, c’est un vibrant hommage à l’auteure britannique.

Les trois premiers personnages qui se donnent la réplique sont Emmanuel, le dramaturge, Lilian son épouse et Jimmy l’homme à tout faire. Chacun alternativement se raconte chapitre après chapitre. Un procédé qui rapproche les personnages du lecteur tout en donnant du rythme à une histoire intimiste. 

Ce roman est bâti comme une pièce en trois actes : Londres, New-York et Hydra. À chaque nouvel acte, une évolution s’opère qui vient bouleverser la vie de nos héros; la plus profonde s’opérera à Hydra avec Alberta, le quatrième personnage, qu’on peut qualifier de catalyseur. Je me suis vite attachée aux personnages et j’ai beaucoup aimé la délicatesse des sentiments exprimés.

Ce roman d’apprentissage magnifiquement ciselé est à découvrir absolument pour l’histoire émouvante et l’ambiance parfaitement restituée des îles grecques, cela m’a rappelé mes séjours sur ces belles îles.

Après lecture, je me suis posée, et j’ai réfléchi à la meilleure manière de transmettre mes ressentis : d’abord pour prendre un peu de recul après cette belle lecture et commenter ce texte qui ne ressemble à nul autre m’a semblé difficile. 

Finalement, j’ai tout simplement envie de vous dire de faire comme moi : prendre le temps de déguster cette lecture bien que l’histoire et la qualité littéraire poussent à avancer plus vite. Je parie que, comme moi, vous n’aurez pas envie de quitter Alberta, Lilian, Jimmy et Emmanuel.

Précipitez-vous sur ce beau livre paru aux éditions de la Table Ronde collection Quai Voltaire.

Notation :

Katherine Mosby : Sous le charme de Lilian Dawes

Sous le charme de Lilian Dawes
Sous le charme de Lilian Dawes

Résumé
« Il y a presque toujours dans la vie un moment clé, un point divisant le temps entre un avant et un après – un accident ou une histoire d’amour, un voyage ou peut-être un décès…». Ainsi commence le récit que fait Gabriel, dix-sept ans, de l’été qui changea le cours de sa vie. Renvoyé du pensionnat, il s’installe à Manhattan chez son frère Spencer, qui a renoncé à la carrière diplomatique pour la bohème littéraire. Enivré par sa liberté toute neuve, Gabriel goûte aux plaisirs de la ville et croise le chemin de Lillian Dawes. Artiste? Aventurière? Espionne? Cette jeune femme, indépendante et mystérieuse, est de celles qui enflamment l’imagination des hommes.

L’auteur
Professeure à l’université de New-York, Katherine Mosby collabore au New Yorker et à Vogue. Poète et romancière, elle est l’auteure de trois romans.

Mon avis
Une lecture réjouissante.
Comment la résumer ? Si c’était un alcool, ce serait du champagne rosé et pour un vêtement, je dirai un foulard en soie.
Vous l’aurez compris, une lecture pétillante et pleine de douceur.
J’ai aimé l’écriture délicate et poétique, tellement fluide. La belle traduction de Cécile Arnaud y contribue forcément.
Nous suivons deux frères, dans ce roman d’apprentissage, qui succombent au charme d’une femme énigmatique : qui est-elle ? Indépendante et libre, les hommes sont subjugués, surtout le jeune Gabriel, tout juste dix-sept ans. Cela vire à l’obsession.
Autour des deux jeunes hommes et de Lilian, gravitent des personnages hauts en couleurs comme la tante Lavinia, une femme au caractère bien trempé, généreuse et complice des deux frères.
Que dire de plus ? Lisez-le aussi pour l’ambiance parfaitement restituée : les années cinquante, New-York et ses clubs de jazz, le tout sous une chaleur accablante.

Paru aux éditions de la Table Ronde collection Petit Quai Voltaire.

Notation :