Chronique de : La traversée des sangliers de Guixing Zhang

Résumé :

Décembre 1941. Le Bouk aux Sangliers est un village perdu au nord de Bornéo. Jadis repaire de pirates, de coolies et de chercheurs d’or, il a gagné son nom au terme d’une lutte épique des chasseurs contre les premiers occupants, les sangliers. Mais cette année-là, ce ne sont pas les bêtes qui déferlent sur le village mais l’armée japonaise.

L’auteur :

Zhang Guixing est né en 1956 à Sarawak, province du nord de l’île de Bornéo. Il suit des études universitaires et devient enseignant d’anglais à Taïwan. Il commene à écrire dans les années 1980 et est aujourd’hui considéré comme l’un des plus grand écrivains sinophones contemporains. La Traversée des sangliers est paru à Taïwan en 2019 après plus de vingt années de travail et a été couronné de deux prix les plus prestigieux : le Golden Tripod Award et le Taipei Book Fair Award.

Ma chronique :

Dense, picaresque et flamboyant, un récit inclassable à découvrir pour sa prose et son contenu.

J’avoue avoir été désarçonnée parfois par le trop-plein de violence et de cruauté narrés ici avec un grand réalisme. Cette impression a été contrebalancée par l’humour, la grandiloquence de personnages incroyables et même cocasses.

Les japonais, les horribles envahisseurs, ont face à eux des villageois déterminés et habitués à chasser les sangliers.

Si vous aimez les grands romans épiques, les histoires fortes avec des héros pas comme les autres et l’ambiance de la jungle omniprésente avec sa faune et sa flore, pas d’hésitation ce roman est fait pour vous.

Paru aux éditions Philippe Picquier

Notation :