François Bourgognon : Ne laissez pas votre vie se terminer avant même de l’avoir commencée.

Ne laissez pas votre vie se terminer avant même de l’avoir commencée.

Présentation
Combien sommes-nous à courir après le temps, à nous agacer de futilités, à chercher inlassablement à être heureux, à nous inquiéter du futur ou, au contraire, à rester prisonnier du passé ? Le risque d’un tel rythme, à des années lumières de l’instant présent, est d’arriver au bout du chemin sans avoir pu profiter du voyage. Nous oublions alors l’essentiel : prendre part au prodigieux spectacle du monde et de la vie qui continuera sans nous. François Bourgognon nous propose dans cet ouvrage de considérer la conscience de notre mort comme un formidable moyen de nous ramener à nous-même et à ce qui compte réellement pour nous. Pour cela, il s’appuie sur les principes de la thérapie d’acceptation et d’engagement (ACT) et de la pleine conscience qu’il nous invite à mettre en pratique pour accepter avec sérénité notre condition d’être humain
.

L’auteur
Le docteur François Bourgognon est psychiatre et psychothérapeute, instructeur et formateur en méditation de pleine présence. Il est formé aux thérapies comportementales et cognitives et à la thérapie d’acceptation et d’engagement (ACT). Il est également le directeur de Mindful-France et le conseiller scientifique del’application de méditation Namatata.

Mon avis
La préface de Fabrice Midal éclaire immédiatement le but de ce livre : décrypter l’ACT, levier de transformation intérieure.
Commençons par définir ce qu’est l’acceptation : à ne pas confondre avec la résignation. Accepter et non fuir devant une situation désagréable, évitons de retenir l’aspect péjoratif du terme et demeurer passif face aux difficultés.
Pour bien comprendre, l’auteur rappelle l’origine latine du mot « accipere » qui signifie « recevoir avec égards, accueillir ».
Accepter est donc synonyme d’accueillir : notre regard change alors. Nous pouvons choisir de répondre aux problèmes et ne plus subir.
Ne pas « surréagir », conserver nos facultés d’observation et soyons calmes.
Après avoir posé les principes, l’auteur explique comment utiliser les ressources du moment présent et celles de l’imaginaire par le biais d’exercices et pratiques clairement exposées.
J’ai noté un exercice simple : « Les 5R » : Ralentir, Regarder, Respirer, Reconnaître, Répondre. Il permet d’être dans le moment présent et de sortir du mode réactif.
En synthèse : un ouvrage qui définit concrètement l’ACT, thérapie d’acceptation et d’engagement, expose les grands principes avec des synthèses tout en nous donnant des témoignages et exercices.
À garder près de soi pour s’y référer régulièrement.

Publié aux Éditions First.

Notation :

Paula Mac Lain : La troisième Hemingway

La troisième Hemingway
La troisième Hemingway

Résumé

Fin 1936. La jeune romancière Martha Gellhorn a vingt-sept ans mais déjà une solide réputation de globe-trotteuse. De neuf ans son aîné, Ernest Hemingway est en passe de devenir le monstre sacré de la littérature américaine. Elle est célibataire mais connaît les hommes, il en est à son deuxième mariage. Entre eux, la complicité est d’abord intellectuelle. Mais la guerre a le pouvoir d’attiser les passions… Du New York bohème à l’Espagne ravagée par le franquisme, les amis deviennent amants. Et les voilà repartis sur les routes, entre l’Amérique, l’Europe et Cuba. Seulement, au gré de leurs allées et venues dans un monde à feu et à sang et d’une rivalité littéraire qui ne cesse de croître, les deux époux ne tarderont pas à goûter aux fruits amers de la vie conjugale…

L’auteur

Diplômée en poésie de l’université du Michigan, boursière du prestigieux National Endowment for the Arts, Paula McLain est l’auteur de deux recueils de poèmes, d’un essai, d’un roman jamais traduit en français (A Ticket to Ride) et d’une biographie romancée, Madame Hemingway, qui lui a valu les honneurs. Elle vit avec ses enfants à Cleveland, dans l’Ohio.

Mon avis :

Quel plaisir de retrouver cette auteure découverte il y a six ans pour son roman : « Madame Hemingway ».

Son deuxième roman « L’aviatrice » était un coup de cœur aussi.

Son talent de conteuse est toujours présent : dès la première page le lecteur est captivé par le récit.

Paula est très douée pour utiliser les faits historiques et produire une belle fiction : le roman se dévore, en le refermant on en redemande.

Le grand écrivain a déjà eu deux épouses et ne peut résister au charme de cette jeune femme. Celle-ci est belle et talentueuse : écrivaine et journaliste, ils sont en phase intellectuellement dès le début. Chacun lit les textes de l’autre. Mais progressivement, la jalousie d’Ernest empoisonne leur relation.

Je vous encourage vivement à découvrir ce roman passionnant qui nous fait revivre le destin de ces deux êtres uniques. Martha est une grande héroïne qui fut l’une des plus grandes correspondantes de guerre du vingtième siècle.

Un roman qui combine une histoire passionnante et une belle plume : n’hésitez pas.

Paru aux éditions Presses de la Cité.

Merci Babelio pour cette lecture.

Notation :

Didier Le Pêcheur : Un bref désir d’éternité

Un bref désir d’éternité
Un bref désir d’éternité

Résumé

Paris, 1892. Alors que la capitale est en proie à une vague d’attentats et que la police recherche activement l’anarchiste Ravachol, un garçon de café, Jules Lhérot, le reconnaît parmi ses clients et rend possible son arrestation. Érigé en héros par une presse qui est en train de découvrir que la peur fait vendre, Jules devient aussitôt, pour les anarchistes épris de vengeance, l’ennemi à abattre.

De son côté, la jeune Zélie, fille d’ouvrier prompte à frayer avec les marlous et bien décidée à vendre son corps pour se faire une place dans le monde, s’enfuit de la maison de correction où elle a été enfermée. C’est alors qu’elle rencontre Jules, qui tombe éperdument amoureux d’elle…

L’auteur

Didier Le Pêcheur est réalisateur, scénariste pour le cinéma et la télévision.

Il a réalisé plusieurs longs métrages, parmi lesquels Je n’aimerais pas crever un dimanche, Des nouvelles du bon Dieu, Home sweet home et La Liste de mes envies. Il est l’auteur chez Lattès de deux romans remarqués, Le bord du monde (1988) et Les hommes immobiles (2006).

Mon avis

Un bon roman historique et une grande histoire d’amour dans le Paris de la fin du dix-neuvième siècle.

Très documenté et réaliste, nous plongeons dans cette époque où Paris était le théâtre d’attentats commis par les anarchistes.

Nous découvrons aussi les bandes qui ont la main mise sur ce qui rapporte : larcins et prostitution. La petite Zélie y plonge pour ne plus dépendre de sa famille : gagner de l’argent sans être obligée d’aller à l’usine comme son père. Elle n’a pas froid aux yeux et décide qu’elle aura une belle vie.

Ce que j’ai aimé : une histoire bien menée, des personnages charismatiques et du réalisme.

Mon bémol : pas assez littéraire à mon goût, une écriture sans fioritures et plate.

À vous de décider maintenant.

Merci à Babelio et aux Éditions Lattès.

Notation :

Claire Buron : Antoine et le voyage intérieur

Antoine et le voyage intérieur
Antoine et le voyage intérieur

Présentation :

Antoine n’arrive pas à trouver le sommeil. Tante Eva l’accompagne dans un étonnant voyage du souffle et des sensations… de la tête aux pieds…

Un album qui offre aux enfants un merveilleux voyage au cœur du souffle et des sens, une belle approche de la relaxation pour les enfants.

L’auteur

Après avoir appris le dessin de manière autodidacte, Claire part en Belgique étudier l’illustration à l’Institut des Arts de Saint-Luc de Liège. Elle y découvre une manière très douce d’aborder le dessin. Elle affectionne les techniques à l’encre colorée, l’aquarelle et la gouache. Elle aime créer des univers doux et colorés dans lesquels une multitude de détails, de motifs floraux et végétaux viennent s’intégrer. « J’aime que l’on puisse se promener longuement dans l’image, créer la surprise en y amenant du détail et des éléments cachés ou à moitié dévoilés.

Mon avis :

Une délicieuse comptine, très bien illustrée, pour relaxer nos petits et les aider à s’endormir plus facilement.

Antoine est agité et peine à s’endormir, sa tante Eva abandonne sa méditation pour lui raconter une belle histoire qui va complètement le détendre.

Progressivement, synchronisant souffle et sensations, la belle histoire installe la détente depuis la tête jusqu’aux pieds.

Les dessins colorés, gais et poétiques illuminent ce beau texte.

En fin de livre, sur un grand dessin, l’enfant pourra suivre le cheminement de son souffle à travers l’ensemble de son corps.

J’ai été émerveillée par les dessins et enchantée par les textes : une belle réussite !

Merci aux Éditions La Pimpante et Babelio pour la découverte de ce bel album.

Notation :

Georges Simenon et Loustal : Le passager clandestin

Le passager clandestin
Le passager clandestin

Résumé :

Il y avait six canots sur le pont, calés dans leur berceau, sans compter la grande baleinière. Chacun était recouvert d’une bâche en grosse toile grise qui formait tente. Une de ces bâches remuait, un vide se dessinait entre elle et le plat-bord, et l’on aurait pu penser à la présence de quelque animal si l’on n’avait distingué des doigts humains.

Du pont d’un paquebot aux paysages enchanteurs de Tahiti, un roman exotique de Simenon magnifié par le dessin et les couleurs de Loustal.

Les auteurs :

Peintre et illustrateur, Jacques de Loustal, dit Loustal, est un fervent admirateur de l’œuvre de Simenon. Il a illustré pour Omnibus Les Frères Rico, Un nouveau dans la ville et Six Enquêtes de Maigret.

On ne présente pas Georges Simenon (1903-1989), qui, avec près de 200 romans, est le troisième auteur francophone le plus traduit dans le monde ; son œuvre est publiée par les éditions Omnibus.

Mon avis :

Je vous propose un voyage à Tahiti dans les années quarante cela vous tente ?

Je vous parle d’une époque où ces îles lointaines étaient à un mois de bateau de la France.

Georges Simenon, accompagné des dessins de Loustal, nous entraîne dans ce paradis en démarrant par une traversée sur un cargo mixte. Celui-ci accueille quelques passagers dont un major anglais et un français mystérieux en première classe. Tous deux embarquent à Panama pour une traversée de dix-huit jours en direction de Tahiti. Des incidents émaillent le voyage, le major découvre un passager clandestin caché dans un canot de sauvetage et fera tout pour l’aider.

Arrivé à Tahiti, le mystère du passager clandestin est dévoilé, je vous laisse le découvrir. Nous partageons le quotidien des tahitiens, qualifiés « d’indigènes » par l’auteur, des français arrivés ici comme fonctionnaires ou missionnaires appelés « les blancs ». Le vocabulaire employé et le contexte décrit montre le décalage entre cette vie d’antan et notre monde actuel.

Ce qui est inchangé : la gentillesse des tahitiens, leur symbiose avec la nature et le parfum des fleurs de tiare.

L’auteur en profite aussi pour épingler quelques travers des « blancs » comme l’alcoolisme ou la concupiscence.

Les dessins de Loustal mettent en valeur un récit dans lequel je me suis glissée avec plaisir : j’ai aimé les personnages auxquels je me suis attachée, l’ambiance polynésienne et l’histoire. Le dénouement est plutôt inattendu.

Plongez dans ce beau livre pour découvrir une histoire dépaysante.

Georges Simenon a visité la Polynésie dans les années trente et l’a aimée se dit-on après avoir refermé cet ouvrage.

Paru aux Éditions Omnibus.

Notation :