Vivement l’avenir de Marie-Sabine Roger

Vivement l'avenir
Vivement l’avenir

Résumé :

Dans une petite ville de province, trois trentenaires paumés vont se rencontrer et prendre en charge un jeune homme handicapé physique et mental, considéré par tous comme un monstre. Un roman chaleureux, drôle et d’une justesse rare sur notre époque. Dans la lignée de « La Tête de friche », précédent roman de Marie-Sabine Roger. Prix des Hebdos en région et Prix handi-Livres.

L’auteur :

Née en 1957, Marie-Sabine Roger écrit pour tous les publics : bien connue pour son œuvre de littérature jeunesse et ado, elle n’en est pas moins célébrée pour tous ses romans, dans lesquels elle dresse un portrait saisissant des déboires de la condition humaine. En 2008, la parution de “La Tête en friche” connaît un grand succès.

Mon avis :

Un récit rempli d’humanité qui fait mouche et nous touche.

Une auteure que j’affectionne particulièrement pour son réalisme teinté d’optimisme et cela fait du bien dans cette époque morose.

Trois jeunes, deux garçons et une fille, traînent leur désarroi et ennui dans une petite ville. Les deux garçons se connaissent depuis la maternelle, vivotent aux crochets de leurs parents sans but. La jeune fille Alex, garçon manqué, s’est fait embaucher dans une usine et trouvé une chambre dans une maison où vit également un adulte handicapé mental bousculé par ses proches. Elle se prend d’amitié pour Roswell, surnom donné à celui que son frère et belle-sœur nomme plus méchamment le monstre. S’il est différent mentalement, il l’est aussi physiquement : rabougri, maigre et baveux. Pourtant, dès qu’Alex lui raconte des histoires, lui, répond par des poèmes et chansons. Elle qui n’aime pas s’attacher, passe de plus en plus de temps avec “neuneu” le monstre. En se promenant avec lui, elle rencontre les deux autres jeunes.

Chacun est écorché et triste, quoi faire de leur vie ?

Trente ans et pas d’avenir.

Cette rencontre va tout bousculer heureusement et leur rendre l’espoir. Ils vont prendre leur vie en main.

Un livre plein d’espoir, d’amour et d’amitié.

Un texte qui rassure sur nos semblables et donne envie d’avancer.

Bravo, une fois de plus, Marie-Sabine Roger.

A lire de toute urgence !

Notation :

Rentrée littéraire : Trente six chandelles de Marie-Sabine Roger

Résumé :

Trente six chandelles de Marie-Sabine Roger
Trente six chandelles de Marie-Sabine Roger

Allongé dans son lit en costume de deuil, ce 15 février, à l’heure de son anniversaire, Mortimer Décime attend sagement la mort car, depuis son arrière-grand-père, tous les hommes de sa famille sont décédés à onze heures du matin, le jour de leurs 36 ans. La poisse serait-elle héréditaire, comme les oreilles décollées ? Y a-t-il un gène de la scoumoune ? Un chromosome du manque de pot ?Que faire de sa vie, quand le chemin semble tout tracé à cause d’une malédiction familiale ? Entre la saga tragique et hilarante des Décime, quelques personnages singuliers et attendrissants, une crêperie ambulante et une fille qui pleure sur un banc, on suit un Mortimer finalement résigné au pire. Mais qui sait si le Destin et l’Amour, qui n’en sont pas à une blague près, en ont réellement terminé avec lui ?

L’auteur :

Marie-Sabine Roger est notamment l’auteur, au Rouergue, de La tête en friche (adapté au cinéma par Jean Becker), de Vivement l’avenir (prix des Hebdos en région et prix Handi-Livres), et de Bon Rétablissement (prix des lecteurs de L’Express), qui est sorti en salles en septembre 2014, adapté de même par Jean Becker.

Mon avis :

De l’humour, de la légèreté et beaucoup d’humanité : encore une belle réussite ce livre de Marie-Sabine Roger.
Je suis cette auteure depuis “la tête en friche” pour son univers, son écriture et l’humanité qui se dégage de ses personnages. Une bonne dose d’humour vient renforcer le plaisir de la lecture.

Notre héros, Mortimer Décime attend la mort, résigné, car une malédiction pèse sur sa famille : chaque homme décède le jour de ses 36 ans. Depuis son enfance, il vit avec cette certitude, sa vie est marquée par une fin de vie programmée. Forcément, sa vie sera différente : il tentera des expériences multiples même risquées puisque la mort est planifiée. Autre conséquence : comment s’attacher à quelqu’un alors que l’on sait que l’on va mourir trentenaire ? Heureusement, une galerie de personnages bienveillants gravite autour de lui et lui portera assistance. Toute cette joyeuse bande d’amis l’aidera à surmonter l’incroyable destin qui l’attend.

Ses amis sont atypiques et décalés, débordent d’humanité, l’auteure sait aussi nous les rendre proche et nous les aimons aussi. La langue utilisée, drôle et inventive, rend les situations cocasses et nous fait sourire.
La grande leçon de ce livre : pour vivre heureux, prévoir une dose de légèreté, une dose d’optimisme et surtout beaucoup d’amour et de générosité.
Un livre qui fait du bien : surtout ne pas s’en priver.

Spéciale dédicace à Marie-Anne (SurlaroutedeJostein) qui m’a adressé ce livre : un grand merci.

 

Notation :

Bon rétablissement de Marie-Sabine Roger

Résumé : Sauvé d’une chute dans la Seine, un homme un peu ours et misanthrope de 67 ans, se retrouve immobilisé dans un lit d’hôpital pendant un mois et demi. Cela lui donne le temps de revisiter sa vie, avec ses bons et mauvais côtés, et surtout de rencontrer des personnes inattendues, lui qui n’attendait plus beaucoup de surprises dans sa vie.

L’auteur :

Née en 1957 près de Bordeaux, Marie-Sabine Roger vit entre la France et La Réunion. Depuis dix ans, elle se consacre entièrement à l’écriture. Son travail est très reconnu en édition jeunesse, où elle a publié une centaine de textes, souvent primés. En littérature générale, elle a notamment publié un roman chez Grasset, Un simple viol en 2004, et des nouvelles chez Thierry Magnier, La théorie du chien perché (2003) et Les encombrants (2007). Son roman précédent, publié au Rouergue en août 2008, La tête en friche à été adapté par Jean Becker.

Mon avis :

Des retrouvailles avec l’auteur de “Tête en friche”. Ayant beaucoup aimé ses autres romans, j’ai renoué avec plaisir avec cette auteure. Ici, une histoire de rencontres humaines entre des personnages cabossés par la vie : de l’humanisme, de l’humour et de la tendresse : un beau cocktail !

L’histoire : un homme solitaire, âge de plus de soixante ans, se réveille à l’hôpital complètement plâtré et dépendant. Comment s’est-il retrouvé dans la Seine à l’aube ? Qui l’a secouru ?

Petit à petit les réponses arrivent mais là n’est pas le plus important : ce sont les rencontres humaines qui illuminent ce récit et vont modifier la vie de Jean-Pierre notre héros.

Il va croiser un jeune policier malheureux, une adolescente paumée, un jeune prostitué : pour un homme bougon et aimant la solitude, cela fait beaucoup de monde. Surtout ces rencontres vont bousculer ses certitudes. L’hôpital devient un lieu de rencontre et d’ouverture sur les autres.

Vivre caché est difficile dans cet univers hospitalier : malgré ses demandes répétées, la porte de sa chambre reste ouverte, difficile dans ses conditions de s’isoler. Pourtant, il demande à chaque visiteur de la fermer.

Une histoire attachante, une écriture fluide, efficace et parsemée d’humour : quel plaisir de lecture et un regret quand le livre est terminé.

A déguster sans modération et j’ai hâte de découvrir l’adaptation cinématographique de Jean Becker qui sortira en septembre.

Notation :