Didier Le Pêcheur : Un bref désir d’éternité

Un bref désir d’éternité
Un bref désir d’éternité

Résumé

Paris, 1892. Alors que la capitale est en proie à une vague d’attentats et que la police recherche activement l’anarchiste Ravachol, un garçon de café, Jules Lhérot, le reconnaît parmi ses clients et rend possible son arrestation. Érigé en héros par une presse qui est en train de découvrir que la peur fait vendre, Jules devient aussitôt, pour les anarchistes épris de vengeance, l’ennemi à abattre.

De son côté, la jeune Zélie, fille d’ouvrier prompte à frayer avec les marlous et bien décidée à vendre son corps pour se faire une place dans le monde, s’enfuit de la maison de correction où elle a été enfermée. C’est alors qu’elle rencontre Jules, qui tombe éperdument amoureux d’elle…

L’auteur

Didier Le Pêcheur est réalisateur, scénariste pour le cinéma et la télévision.

Il a réalisé plusieurs longs métrages, parmi lesquels Je n’aimerais pas crever un dimanche, Des nouvelles du bon Dieu, Home sweet home et La Liste de mes envies. Il est l’auteur chez Lattès de deux romans remarqués, Le bord du monde (1988) et Les hommes immobiles (2006).

Mon avis

Un bon roman historique et une grande histoire d’amour dans le Paris de la fin du dix-neuvième siècle.

Très documenté et réaliste, nous plongeons dans cette époque où Paris était le théâtre d’attentats commis par les anarchistes.

Nous découvrons aussi les bandes qui ont la main mise sur ce qui rapporte : larcins et prostitution. La petite Zélie y plonge pour ne plus dépendre de sa famille : gagner de l’argent sans être obligée d’aller à l’usine comme son père. Elle n’a pas froid aux yeux et décide qu’elle aura une belle vie.

Ce que j’ai aimé : une histoire bien menée, des personnages charismatiques et du réalisme.

Mon bémol : pas assez littéraire à mon goût, une écriture sans fioritures et plate.

À vous de décider maintenant.

Merci à Babelio et aux Éditions Lattès.

Notation :

Claire Buron : Antoine et le voyage intérieur

Antoine et le voyage intérieur
Antoine et le voyage intérieur

Présentation :

Antoine n’arrive pas à trouver le sommeil. Tante Eva l’accompagne dans un étonnant voyage du souffle et des sensations… de la tête aux pieds…

Un album qui offre aux enfants un merveilleux voyage au cœur du souffle et des sens, une belle approche de la relaxation pour les enfants.

L’auteur

Après avoir appris le dessin de manière autodidacte, Claire part en Belgique étudier l’illustration à l’Institut des Arts de Saint-Luc de Liège. Elle y découvre une manière très douce d’aborder le dessin. Elle affectionne les techniques à l’encre colorée, l’aquarelle et la gouache. Elle aime créer des univers doux et colorés dans lesquels une multitude de détails, de motifs floraux et végétaux viennent s’intégrer. « J’aime que l’on puisse se promener longuement dans l’image, créer la surprise en y amenant du détail et des éléments cachés ou à moitié dévoilés.

Mon avis :

Une délicieuse comptine, très bien illustrée, pour relaxer nos petits et les aider à s’endormir plus facilement.

Antoine est agité et peine à s’endormir, sa tante Eva abandonne sa méditation pour lui raconter une belle histoire qui va complètement le détendre.

Progressivement, synchronisant souffle et sensations, la belle histoire installe la détente depuis la tête jusqu’aux pieds.

Les dessins colorés, gais et poétiques illuminent ce beau texte.

En fin de livre, sur un grand dessin, l’enfant pourra suivre le cheminement de son souffle à travers l’ensemble de son corps.

J’ai été émerveillée par les dessins et enchantée par les textes : une belle réussite !

Merci aux Éditions La Pimpante et Babelio pour la découverte de ce bel album.

Notation :

Georges Simenon et Loustal : Le passager clandestin

Le passager clandestin
Le passager clandestin

Résumé :

Il y avait six canots sur le pont, calés dans leur berceau, sans compter la grande baleinière. Chacun était recouvert d’une bâche en grosse toile grise qui formait tente. Une de ces bâches remuait, un vide se dessinait entre elle et le plat-bord, et l’on aurait pu penser à la présence de quelque animal si l’on n’avait distingué des doigts humains.

Du pont d’un paquebot aux paysages enchanteurs de Tahiti, un roman exotique de Simenon magnifié par le dessin et les couleurs de Loustal.

Les auteurs :

Peintre et illustrateur, Jacques de Loustal, dit Loustal, est un fervent admirateur de l’œuvre de Simenon. Il a illustré pour Omnibus Les Frères Rico, Un nouveau dans la ville et Six Enquêtes de Maigret.

On ne présente pas Georges Simenon (1903-1989), qui, avec près de 200 romans, est le troisième auteur francophone le plus traduit dans le monde ; son œuvre est publiée par les éditions Omnibus.

Mon avis :

Je vous propose un voyage à Tahiti dans les années quarante cela vous tente ?

Je vous parle d’une époque où ces îles lointaines étaient à un mois de bateau de la France.

Georges Simenon, accompagné des dessins de Loustal, nous entraîne dans ce paradis en démarrant par une traversée sur un cargo mixte. Celui-ci accueille quelques passagers dont un major anglais et un français mystérieux en première classe. Tous deux embarquent à Panama pour une traversée de dix-huit jours en direction de Tahiti. Des incidents émaillent le voyage, le major découvre un passager clandestin caché dans un canot de sauvetage et fera tout pour l’aider.

Arrivé à Tahiti, le mystère du passager clandestin est dévoilé, je vous laisse le découvrir. Nous partageons le quotidien des tahitiens, qualifiés « d’indigènes » par l’auteur, des français arrivés ici comme fonctionnaires ou missionnaires appelés « les blancs ». Le vocabulaire employé et le contexte décrit montre le décalage entre cette vie d’antan et notre monde actuel.

Ce qui est inchangé : la gentillesse des tahitiens, leur symbiose avec la nature et le parfum des fleurs de tiare.

L’auteur en profite aussi pour épingler quelques travers des « blancs » comme l’alcoolisme ou la concupiscence.

Les dessins de Loustal mettent en valeur un récit dans lequel je me suis glissée avec plaisir : j’ai aimé les personnages auxquels je me suis attachée, l’ambiance polynésienne et l’histoire. Le dénouement est plutôt inattendu.

Plongez dans ce beau livre pour découvrir une histoire dépaysante.

Georges Simenon a visité la Polynésie dans les années trente et l’a aimée se dit-on après avoir refermé cet ouvrage.

Paru aux Éditions Omnibus.

Notation :

Robert Goddard : La croisière Charnwood

La croisière Charnwood
La croisière Charnwood

Résumé :

1931 : Guy et Max, deux vétérans de la Première Guerre mondiale, quittent New York à bord du transatlantique Empress of Britain. Dans les luxueuses cabines de première classe, ils font la connaissance de la très anglaise Miss Charnwood, et de sa nièce, Diana. Celle-ci est non seulement ravissante, mais également l’unique héritière du richissime financier international Fabian Charnwood. Les deux hommes entreprennent de la séduire afin de mettre la main sur une partie de sa fortune. Alors que leur opération semble sur le point de réussir …

L’auteur :

Robert Goddard est un écrivain britannique né en 1954 à Fareham. Il étudie l’Histoire à l’université de Cambridge avant de se lancer dans une carrière de journaliste puis d’enseignant. Il dirige également un établissement scolaire durant quelques années avant de se consacrer pleinement à l’écriture. Plusieurs de ses titres seront nominés pour le prix Edgar Allan Poe et le prix Anthony de la meilleure parution poche.

Ses romans à intrigues se démarquent par une construction précise et un style impeccable.

Mon avis :

Un excellent polar très « British ».

Je suis fan de cet auteur depuis son deuxième livre : « Heather Mallender a disparu » paru en 2012.

Son secret : une tension implacable, une écriture très fluide, des personnages bien campés et une immersion dans les grands événements de notre histoire.

Ici, nous sommes dans les années trente, peu après la grand crise qui a marqué nos héros.

À la conquête d’une riche héritière, ils s’embarquent sur un luxueux navire pour l’Europe. Guy et Max la rencontrent et perdent la tête, l’amour prendra-t-il le pas sur la raison ?

Sachez que les événements les plus fous et surtout complètement imprévisibles vont contrarier les plans des deux amis. Nous les suivons en retenant notre souffle et en tournant les pages rapidement. Comment cela va-t-il finir ?

Très bien ficelé et haletant, un bon cru de Robert Goddard.

Paru aux Éditions Sonatine.

Notation :

David Hennebelle : Mourir n’est pas de mise

Mourir n’est pas de mise
Mourir n’est pas de mise

Résumé :

À bord d’un grand voilier, un homme laisse derrière lui le ciel gris et bas de Belgique, les paparazzis, les salles de concert enfumées. Sur les îles Marquises, il veut devenir un autre et retrouver le paradis perdu de l’enfance. Mais il reste toujours le plus grand : Jacques Brel.

L’auteur :

David Hennebelle est né en 1971 à Lille. Professeur agrégé et docteur en Histoire, il est l’auteur d’essais sur la vie musicale. « Mourir n’est pas de mise » est son premier roman.

Mon avis :

Un beau roman qui nous emmène aux côtés de Jacques Brel dans ses dernières années.

J’ai aimé l’écriture imagée, la fluidité du récit et l’immersion dans l’aventure polynésienne.

Pour la partie se déroulant en Polynésie, j’ai retrouvé le caractère des habitants de ces îles magiques, nous comprenons que Jacques Brel ne pouvait qu’être en phase dans cette belle contrée où règne l’authenticité et le sens du partage.

Pour l’histoire, bien que connue de tous, on redécouvre la personnalité du grand chanteur, ses motivations pour changer de vie et on a envie d’écouter son dernier disque « Les Marquises ».

Une balade douce et émouvante en compagnie d’un homme vrai, cela ne se refuse pas.

Mes proches l’ont lu et adopté aussi, je vous le recommande.

Merci aux Éditions Autrement et à Babelio.

Notation :