Critique de : Lune de Tasmanie de Tamara McKinley

L’une de Tasmanie

Résumé :

1905. À la mort de son mari, Christy décide, à bientôt 65 ans, de se rendre en pèlerinage sur l’île de Skye, en Écosse, terre rude où elle a passé les quinze premières années de sa vie. Avant que ses parents ne soient contraints à l’exil et s’installent en Tasmanie, au sud de l’Australie.

L’auteure :

Née à Launceston (Tasmanie) en 1948, Tamara McKinley émigre en Grande-Bretagne, où elle intègre un pensionnat de jeunes filles du Sussex. De La Dernière Valse de Mathilda (2005), traduit dans plus de 20 pays, à La Route de Savannah Winds (2019), ses romans ont tous paru aux éditions de l’Archipel, puis en Archipoche. Mère de trois enfants, Tamara McKinley vit sur la côte sud-est de l’Angleterre, où se déroule l’action de cette saga.

Ma chronique :

J’ai beaucoup aimé le nouveau roman de Tamara, un de ces meilleurs romans à mon sens, j’ai été très touchée par l’histoire.

On s’attache immédiatement à l’héroïne Christy, pilier de sa famille, une femme forte qui cache aux siens ses failles. Repartie vers les terres de son enfance, elle y entraîne sa fille et petite-fille. Le voyage va les métamorphoser toutes les trois.

Leurs maris et fils restés au pays devront dénouer les fils de l’histoire compliquée de Christy en lien avec sa jeunesse. 

Ce que je retiens de cette lecture : l’émotion à l’état pur avec ces femmes fortes remplies d’une profonde humanité et porteuses de valeurs qui ont fait écho en moi.

Tous les ingrédients d’une belle lecture sont réunis : une intrigue palpitante avec des personnages forts, un rythme soutenu et intense plus le dépaysement garanti avec les aller-retours entre l’Ecosse et la Tasmanie.

En synthèse, une lecture parfaite pour l’été : une histoire émouvante et dépaysante, quoi de mieux ?

Paru aux éditions L’Archipel.

Notation :

Critique de : Et m*** de Richard Russo

Et m***

Résumé :

Au lendemain de l’élection de Donald Trump, David et sa femme Ellie reçoivent à dîner deux couples d’amis et anciens voisins partis vivre dans une banlieue plus cossue. Ils se sont tous connus à l’université où ils enseignaient et sont désormais à la retraite. La question que chacun se pose, c’est comment le pays a pu en arriver là. Après le départ des Schuulman et des Miller, Ellie s’attarde à ranger les restes du dîner et, au moment d’éteindre les lumières et d’aller se coucher, détecte une drôle d’odeur dans l’air du jardin.

L’auteur : 

Richard Russo est né en 1949 aux États-Unis. Après avoir longtemps enseigné la littérature à l’université, il se consacre à l’écriture de romans et de scénarios. Un homme presque parfait avait été adapté au cinéma avec Paul Newman en 1994, et Le Déclin de l’empire Whiting a été, lui aussi, porté à l’écran en 2005.

Ma chronique :

Quand un drame domestique et une bombe politique se catapultent, sous la plume de Richard Russo, le résultat est une nouvelle décapante.

Richard Russo a l’art de dépeindre ses semblables, ici des universitaires retraités installés à Tucson dans une banlieue calme. Ils mènent une vie tranquille jusqu’au jour où …

Un brin décalé, toujours un peu de cynisme et des personnages vrais : un cocktail parfait pour une nouvelle qu’on ne lâche pas.

La politique s’invite dans cette histoire qui démarre avec l’élection de Donald Trump.

J’espère vous avoir donné envie de le lire car vous ne le regretterez pas !

 Paru aux éditions de la Table Ronde collection La non pareille.

Notation :

Critique de : La place de l’autre d’Émilie Billon

La place de l’autre

Résumé :

Il y a huit ans, Élise, une jeune avocate, a brusquement disparu à Cancale, en Bretagne. Personne n’a plus jamais eu de ses nouvelles. Jusqu’au jour où elle fait transmettre un courrier à un homme, un certain Marceau. En disparaissant, Élise a voulu protéger un secret : elle était la femme de l’ombre, la maîtresse, l’amour illégitime. La femme que l’on juge malgré la sincérité de ses sentiments, malgré sa solitude et son douloureux effacement.

L’auteure :

Émilie Billon a la trentaine. Elle est thérapeute de couple et sexologue. Elle est aussi chroniqueuse radio et conférencière sur les thématiques liées à l’épanouissement personnel. Après son premier roman, Demain, la vie t’appartient (City), elle signe un nouveau livre émouvant et sensible.

Ma chronique :

La place de l’autre ou comment vivre en tant que femme de l’ombre ?

Ce roman à deux voix m’a scotchée : j’ai été prise par l’histoire émouvante, racontée successivement par les deux protagonistes, chacun ayant sa vision de leur amour. C’est une belle et grande histoire d’amour que nos deux héros vont vivre, une vie pourtant difficile puisque cette passion est vécue cachée, Marceau étant marié et père de famille. Élise doit se contenter de moments volés dans la journée et toujours avant dix-huit heures. Ils s’aiment tout en souffrant des séparations et de cette vie cachée.

L’histoire débute avec la disparition de l’héroïne et l’auteure a choisi de remonter le temps en passant la parole à chacun. J’ai aimé cette construction qui donne du rythme à la lecture et un certain suspense autour de la disparition d’Elise.

Voici une belle analyse fine autour des amours cachées et du poids des secrets : comment réussir à vivre et à trouver son équilibre tout en restant dans l’ombre d’un homme qu’on adore ?

Après avoir refermé ce livre, on y repense notamment à la dernière partie riche en réflexions sur la place de cette femme de l’ombre.

Je vous recommande cette lecture.

Paru chez City Éditions.

Notation :

Critique de : Et la vie reprit son cours de Catherine Bardon

Et la vie reprit son cours

Résumé :

Jour après jour, Ruth se félicite d’avoir écouté sa petite voix intérieure : c’est en effet en République dominicaine, chez elle, qu’il lui fallait poser ses valises. Il lui suffit de regarder Gaya, sa fille. À la voir faire ses premiers pas et grandir aux côtés de ses cousines, elle se sent sereine, apaisée. En retrouvant la terre de son enfance, elle retrouve aussi Almah, sa mère, l’héroïne des Déracinés. Petit à petit, la vie reprend son cours et Ruth – tout comme Arturo et Nathan – sème les graines de sa nouvelle vie. 

L’auteure :

Catherine Bardon est une amoureuse de la République dominicaine où elle a vécu de nombreuses années. Elle est l’autrice de guides de voyage et d’un livre de photographies sur ce pays. Après L’Américaine (Les Escales, 2019), Et la vie reprit son cours est le troisième tome qu’elle consacre à la saga des Déracinés, saluée par de nombreux prix.

Ma chronique :

Très heureuse de retrouver Ruth, Almah et tous les protagonistes de cette formidable saga.

Comme les deux précédents tomes, je l’ai lu vite, et même dévoré en deux jours !

Si le premier tome reste mon épisode préféré pour son intensité dramatique, cette suite a le mérite de nous faire revivre les événements de la fin des années soixante à celles des années soixante-dix. Ces dix années seront mouvementées pour nos héros qui voyagent ou résident entre les États-Unis, Israël et la République Dominicaine. Les grands événements comme la guerre du Vietnam, la guerre des six jours ou la fin de la dictature dominicaine défilent sous nos yeux. L’auteure mélange habilement cette grande histoire et l’intrigue romanesque.

Ruth est au centre de ce troisième livre, une héroïne attachante qui lutte pour vivre ses passions tout en protégeant les siens. L’histoire est émouvante et prenante tout au long du récit.

Oui, cette auteure a du talent et sa passion pour la République dominicaine est palpable lors de cette lecture.

N’hésitez pas et retrouvez la suite de cette saga dépaysante et passionnante.

Parue aux éditions Les Escales.

Notation :

Critique de : J’ai failli te manquer de Lorraine Fouchet

J’ai failli te manquer

Résumé :

Lise et Cerise n’ont en commun que la rime. Tout oppose la mère et la fille. D’ailleurs c’est simple, Lise voulait un garçon. À la mort d’Axel, mari et père adoré, les deux femmes se retrouvent en tête à tête, et se repoussent comme des aimants réfractaires. Mais une inconnue s’invite dans l’équation…

L’auteure :

Avant de se consacrer à l’écriture, Lorraine Fouchet a été médecin urgentiste. Elle est l’auteur de dix-neuf romans, dont le best-seller Entre ciel et Lou, couronné notamment par le prix Ouest et le prix Bretagne. En 2014, elle a publié J’ai rendez-vous avec toi, lettre ouverte à son père. Elle vit entre les Yvelines et l’île de Groix.

Ma chronique :

Depuis plusieurs années, j’attends toujours le nouveau livre de Lorraine avec impatience, certaine de passer un beau moment de lecture. Et voilà, c’est encore réussi. Je viens de quitter, avec regret, les héros de son nouveau roman : Lise, Cerise, Axel et tous les autres.

Cette histoire a une intensité dramatique plus forte que ces précédents livres, contrebalancée par un humour et une profonde humanité qui font la force de cette auteure.

L’histoire de Cerise, dont le monde s’écroule lorsque son père meurt, est poignante. Comment cohabiter avec une mère qui ne vivait que pour son mari et voulait un fils uniquement ? Cerise a dix-sept et prendra son envol dès sa majorité en choisissant un métier qui lui tient à cœur tout en rendant hommage à son père, écrivain renommé.

J’ai aimé voyager en Namibie ou sur l’île de Groix avec Cerise et la suivre dans ses combats, ses quêtes et ses rêves. Le meilleur conseil donné par son père est le suivant : « le bonheur est réservé à tout le monde ».

Ce livre donne envie de croquer la vie à pleines dents et si possible sur une jolie petite île comme celle de Groix.

Profitez de cette bouffée d’oxygène et d’air marin : embarquez aux côtés de Cerise et ses proches pour une grande aventure humaine.

Publié aux éditions Héloïse d’Ormesson

Notation :